in

Un ancien soldat américain qui a déjoué l’attaque du train Thalys hospitalisé avant le procès de Paris

Publié le: 19/11/2020 – 16:33

Un Américain qui devait comparaître en tant que témoin vedette lors du procès à Paris d’un agent de l’État islamique a été hospitalisé jeudi dans la capitale française, mettant en doute s’il serait toujours en mesure de témoigner sur son rôle dans la capture dramatique du homme armé qui a évité un éventuel massacre à bord d’un train à grande vitesse.

L’avocat de Spencer Stone, Thibault de Montbrial, n’a pas donné de détails sur ce qui souffre l’ancien aviateur américain, citant la confidentialité médicale. Il a déclaré que Stone ne témoignerait pas comme prévu jeudi après-midi.

«Je sais qu’il est hospitalisé. Je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas comment il va », a déclaré de Montbrial.

« La seule chose dont je suis sûr, c’est qu’il n’est pas en état de témoigner aujourd’hui. Nous allons nous regrouper ce soir pour évaluer s’il peut être entendu demain matin ou après-midi. »

Stone, alors âgé de 23 ans, faisait partie des passagers qui ont aidé à maîtriser le tireur Ayoub El Khazzani à bord du train Amsterdam-Paris en 2015.

Leurs actes héroïques pendant le drame du 21 août 2015 ont inspiré Clint Eastwood à réaliser une reconstitution hollywoodienne: «Le 15:17 à Paris».

El Khazzani, un Marocain de 31 ans, est jugé avec trois complices présumés. Il risque la prison à vie s’il est reconnu coupable de tentative de meurtre terroriste.

El Khazzani est monté dans le train à Bruxelles armé d’une Kalachnikov, de neuf clips de 30 cartouches chacun, d’un pistolet automatique et d’un cutter, selon les enquêteurs. Une fois à bord du train, El Khazzani s’est attardé dans les toilettes entre les voitures puis en est ressorti torse nu avec ses armes.

L’un des témoins devant témoigner jeudi après-midi est Mark Moogalian, un franco-américain qui a combattu la Kalachnikov au large d’El Khazzani – avant d’être lui-même abattu par un pistolet.

Stone a déclaré qu’il sortait d’un sommeil profond lorsque le tireur est apparu. Lui et Alek Skarlatos, alors un garde national américain de 22 ans récemment revenu d’Afghanistan, sont entrés en action, s’attaquant au tireur.

Skarlatos devait témoigner vendredi.

Stone, dont la main a été blessée par le coupeur, est également crédité d’avoir sauvé Moogalian, dont le cou giclait du sang.

(AP)