in

La deuxième vague de coronavirus en France a peut-être déjà atteint son apogée

Délivré le: 20/11/2020 – 16:36

La France a peut-être dépassé le pire de sa deuxième vague d’infections à coronavirus, a déclaré vendredi l’agence de santé du pays, avertissant toutefois que des mesures de protection devraient être maintenues en place.

Grâce aux couvre-feux et aux verrouillages, les nouvelles infections confirmées ont chuté de 40% la semaine dernière, les admissions à l’hôpital ont chuté de 13% et le nombre de nouveaux patients en soins intensifs a diminué de 9%, a déclaré Santé Publique France.

Les données ont fourni de nouveaux arguments pour les propriétaires de magasins qui ont fait pression pour être autorisés à rouvrir pendant la période cruciale de Noël, tandis que le gouvernement essayait de décider quoi faire à propos de la folie des achats du Black Friday à venir.

« Bien que les indicateurs soient toujours à des niveaux élevés, ils suggèrent que le pic du deuxième pic est derrière nous », a déclaré l’agence.

Le président Emmanuel Macron parlera de la crise des coronavirus dans le pays mardi à 2000 CET (1900), a déclaré vendredi une source au palais présidentiel.

BFM TV a rapporté plus tôt que Macron parlerait de la manière et du moment où les deuxièmes mesures de verrouillage de la France pourraient être assouplies.

Le nombre de décès de Covid s’est stabilisé après plusieurs semaines d’augmentation, a indiqué l’agence, avec 3 756 décès enregistrés contre 3 817 une semaine plus tôt.

Les villes françaises qui ont imposé les couvre-feux les plus tôt connaissent désormais les baisses les plus fortes du nombre de patients, a déclaré Santé Publique.

‘Impact direct’

Les mesures de verrouillage avaient «un impact direct» sur les statistiques des patients, qui commençaient généralement à baisser environ 10 jours après l’entrée en vigueur des restrictions.

Le gouvernement a placé Paris et quelques autres grandes villes sur le couvre-feu le 17 octobre, avec d’autres emboîtant le pas une semaine plus tard.

Mais depuis le 30 octobre, toute la France est sous clef, même si elle est moins sévère que celle observée au printemps, avec des écoles toujours ouvertes et un plus large éventail de magasins accueillant toujours des clients.

Santé Public a déclaré que les statistiques « encourageantes » ne devraient pas nous faire oublier qu’en attendant la disponibilité des traitements et des vaccins, le seul moyen de ralentir la pandémie et de réduire son impact sur le système de santé est encore d’adopter des mesures de prévention individuelles, associées à des mesures collectives. « .

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a déclaré jeudi que la levée du lock-out n’était pas à l’ordre du jour pour l’instant.

Vendredi, le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a averti qu’il était trop tôt pour dire si les gens pourraient voyager à Noël, affirmant que l’inversion de tendance Covid était encore « fragile ».

L’opérateur ferroviaire national SNCF a réduit de 70% les horaires des trains, mais prévoit de ramener son réseau à sa capacité normale à partir du 15 décembre.

(. avec .)