Accueil Economie - Business Les taxes exceptionnelles ne sont pas un déjeuner gratuit – Institute of...

Les taxes exceptionnelles ne sont pas un déjeuner gratuit – Institute of Economic Affairs

Il n’est pas étonnant que l’électorat soutienne une taxe exceptionnelle pour tenter de faire face aux coûts de la pandémie. Après tout, une aubaine est quelque chose que vous . gratuitement. L’électorat dans son ensemble a l’impression que d’autres ont eu de la chance. Une taxe exceptionnelle nous permettrait de rembourser une partie de la dette tout en mettant la main dans la poche de quelqu’un d’autre. Quel est le problème avec ça?

Une taxe exceptionnelle vise une industrie particulière qui, d’une manière ou d’une autre, a réalisé des bénéfices plus élevés à la suite d’un événement indépendant de sa volonté. Ils ont été utilisés au moins deux fois dans le premier gouvernement Thatcher. En 1981, Geoffrey Howe a prélevé une taxe sur les banques qui auraient bénéficié de taux d’intérêt élevés sans partager les souffrances subies par d’autres secteurs de l’industrie et du commerce. L’année suivante, des taxes supplémentaires ont été imposées sur les bénéfices du pétrole de la mer du Nord. En tant que chancelier, Gordon Brown a ensuite imposé des taxes exceptionnelles sur les services publics privatisés en 1997 qui, sur un certain nombre d’années, ont levé 5 milliards de livres. Il a justifié sa décision au motif qu’ils détenaient un pouvoir de monopole qui les avait conduits à faire des profits excessifs.

À la suite de la pandémie, il a été avancé que les supermarchés et les entreprises qui dépendent des marchés en ligne ont gagné en raison des circonstances extraordinaires et qu’ils devraient être punis, tout comme les services publics, les banques et les sociétés pétrolières privatisés l’ont été dans le passé. Certains ont même fait valoir que ceux qui travaillent à la maison gagnent à réduire leurs coûts et qu’ils devraient également payer des impôts supplémentaires.

En fait, les exemples de Howe et Brown ont une justification plus solide que l’utilisation de taxes exceptionnelles après la pandémie. Au moins dans le cas du pétrole de la mer du Nord et de la taxe sur les services publics, on pourrait faire valoir que les bénéfices résultent de l’échec de la politique gouvernementale. Dans le cas du pétrole, le gouvernement accorde des droits de monopole sur le forage et les bénéfices ont été augmentés par le cartel de l’OPEP. Dans le cas des services publics privatisés, on pourrait faire valoir que l’on n’a pas fait assez pour les exposer à la concurrence. En fait, le secteur bancaire, en 1981, était si protégé par le gouvernement qu’on pourrait soutenir que des bénéfices excédentaires ont été réalisés par les banques.

Cependant, même dans ces circonstances, les taxes exceptionnelles étaient une mauvaise idée.

Premièrement, la réduction des bénéfices après impôt entraîne une baisse des rendements de l’épargne-retraite (ce qui, dans le cas de la taxe sur les services publics privatisés, a contribué à l’effondrement de l’épargne-retraite à partir de la fin des années 90). Les taxes exceptionnelles augmentent le rendement requis du capital, non seulement par le coût des taxes supplémentaires, mais aussi par des primes de risque plus élevées qui sont nécessaires parce que les investisseurs en viennent à percevoir le régime fiscal comme instable. Un coût du capital plus élevé signifie qu’en fin de compte, les propriétaires d’entreprises sont indemnisés au moins dans une certaine mesure. Cependant, les clients doivent payer plus pour les biens et services, car les entreprises doivent fournir des rendements bruts plus élevés aux actionnaires. Si l’économie devient moins capitalistique en raison du régime fiscal arbitraire, cela réduira les salaires des travailleurs à mesure que la productivité diminuera.

Un deuxième effet des taxes exceptionnelles est qu’elles réduisent la concurrence. Les titulaires, du moins à court terme, doivent supporter le régime fiscal. Cependant, les nouveaux entrants potentiels dans un secteur peuvent choisir d’utiliser leur capital d’une autre manière et de ne pas entrer dans le secteur soumis à une politique fiscale instable.

Et c’est ce point qui est crucial lorsqu’il s’agit de la question des taxes exceptionnelles post-pandémique. La pandémie est susceptible de voir un bouleversement considérable des modèles commerciaux. Il est important que les ressources s’éloignent des modèles en déclin et répondent aux nouvelles tendances de la demande. Au moins dans une certaine mesure, Zoom remplacera les voyages d’affaires et les achats en ligne remplacera les grands magasins. Les profits réalisés par les entreprises qui ont prospéré pendant la pandémie sont le stimulant d’une concurrence accrue dans ces domaines. Une taxe exceptionnelle aurait le triple effet d’augmenter les coûts pour les consommateurs, d’empêcher l’adaptation au nouveau modèle d’entreprise et donc la création de milliers de nouveaux emplois, et de décourager les nouveaux entrants d’entrer sur le marché pour concurrencer les premiers.

Si nous voulons percevoir une taxe unique pour aider à payer les coûts de Covid-19, cela devrait être un ajout généralisé à l’impôt sur le revenu ou à la TVA payé par tous les contribuables. Les taxes exceptionnelles sont populaires parce qu’elles sont étroitement basées, arbitraires et extrêmement opaques. Ce sont des principes terribles sur lesquels fonder un système fiscal. Pour faire simple, une taxe exceptionnelle serait un coup de pouce pour une économie qui a besoin d’un coup dans le bras.

Cet article a été publié pour la première fois par AAT Comment.

  • Mamabali 17e Modelage balinais avec option hammam et tisanes ou plat en déjeuner à l'institut Mamabali 17e
    Escale détente et bien-être le temps d’un modelage balinais, un rituel hammam avec une pause gourmandise
  • Empire Of beauty Rehaussement et teinture des cils pour 1 personne à l'institut Empire Of beauty
    Intensifier et souligner son regard dans un institut professionnel spécialiste de la beauté
  • Best Of Manucure Extension de cils, méthode au choix à l'institut Best Of Manucure
    Un moment beauté avec des extensions de cils à l’apparence naturelle dans un institut professionnel
  • Empire Of beauty Soin du visage "BB Glow" ou "Pumpkin Peel'' pour 1 personne à l'institut de Empire Of beauty
    Un soin du visage au choix en fonction de ses besoins prodigué par des experts à l’écoute
  • Empire Of beauty Beauté des mains avec pose de vernis semi-permanent avec ou sans beauté des pieds avec l'institut Empire Of beauty
    Prendre soin de soi jusqu’au bout des ongles avec une prestation réalisée par des professionnels du domaine
  • Empire Of beauty Rehaussement de cils pour 1 personne à l'institut Empire Of beauty
    Intensifier et souligner son regard dans un institut professionnel spécialiste de la beauté