in

Le plus haut tribunal français ordonne la révision des restrictions de Covid-19 sur la fréquentation des églises

Publié le: 29/11/2020 – 11: 54Modifié: 29/11/2020 – 12:12

Le Conseil d’État français, la plus haute juridiction du pays, a ordonné au gouvernement de réviser une règle limitant à 30 le nombre de personnes dans les églises pendant les services religieux.

Le Conseil a déclaré dimanche dans un communiqué que la mesure n’était pas proportionnée aux risques d’infection à coronavirus.

La semaine dernière, le gouvernement a annoncé qu’un verrouillage national en place depuis le 30 octobre serait annulé par étapes.

Les magasins vendant des produits non essentiels ont été autorisés à rouvrir à partir du samedi et les services religieux en salle ont également été autorisés à reprendre, mais le nombre de fidèles a été plafonné à 30 personnes, quelle que soit la taille du lieu de culte.

Les organisations catholiques ont contesté la limite, faisant valoir que les églises et les cathédrales sont beaucoup plus spacieuses que les points de vente, où la limite est d’une personne par huit mètres carrés.

« Quand on voit les images de la manifestation d’hier avec cette foule serrée, et qu’on pense que dans les grandes églises il ne peut y avoir que 30 personnes, c’est absurde », a déclaré l’évêque de Nanterre, Matthieu Rouge, à BFM TV, faisant référence aux manifestations de Paris contre l’article 24 de la loi «sécurité mondiale».

Le gouvernement français a nié que les fidèles catholiques soient stigmatisés.

La France n’est « pas le seul pays » à avoir adopté ce type de mesure, a déclaré Pascale Leglise, représentante du ministère de l’Intérieur.

Elle a dit qu’il était vain de comparer les entreprises et les lieux de culte.

«Dans un magasin, les gens passent, ne se parlent pas, ne s’assoient pas les uns à côté des autres», a-t-elle déclaré, notant que les théâtres, cinémas, bars et restaurants restaient fermés.

Cependant, Leglise a reconnu que « trente personnes (dans un lieu de culte), ce n’est pas beaucoup », ajoutant que les lieux de culte pourraient « tenir plus de messes – pas seulement le dimanche matin ».

Les représentants religieux devaient rencontrer le Premier ministre Jean Castex plus tard dimanche.

(. avec .)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.