in

Un homme accusé du meurtre au Royaume-Uni du frère de 21 Savage, Terrell Davis

Les détectives enquêtant sur le meurtre au Royaume-Uni du frère de 21 Savage, Terrell Davis, alias TM1way, ont annoncé dimanche qu’un suspect avait identifié et inculpé le meurtre.

Tyrece Fuller, 21 ans, a comparu lundi en détention au tribunal de première instance de Bromley en Angleterre, selon un communiqué de presse de la police métropolitaine. Samedi, Fuller a été accusé de meurtre. Il doit comparaître mercredi prochain devant la Cour pénale centrale.

Selon une mise à jour plus détaillée de BBC News lundi, Fuller a été accusé de meurtre et de possession d’un couteau. Plus tôt ce mois-ci, Davis a été retrouvé blessé à Lambeth, dans le sud de Londres et est finalement décédé sur les lieux. Davis, qui aurait 27 ans au moment du coup de couteau, se trouvait dans la région de Ramilles Close pour rendre visite à un parent âgé.

Dans un post Instagram, 21 Savage a partagé une paire de photos de son défunt frère et a déclaré qu’il « n’arrive pas à croire que quelqu’un t’a pris, bébé frère ».

Auparavant, comme documenté dans une interview de Fader en 2016, 21 Savage s’est fait tatouer – l’encre de poignard désormais emblématique entre ses yeux – en hommage à Quantivayus, son jeune frère qui a été tragiquement abattu.

Plus tôt ce mois-ci, 21 Savage a surpris Kayla B, la sœur cadette du défunt roi Von, avec un nouveau Range Rover. Comme 21 l’a expliqué plus tard lorsqu’il a été contraint de s’adresser publiquement à l’acte de gentillesse parce que certains se sont mis en quatre pour le peindre sous un jour négatif, Von avait déjà planifié le cadeau mais « n’a pas été en mesure de terminer » en raison de son retard. décès.

« Tout ce que j’ai fait, c’est finir ce qu’il a commencé parce que j’ai dit à Kayla quand il est passé que je lui avais 4L et je le pensais vraiment », a déclaré 21.

Rita Ora s’excuse d’avoir rompu le verrouillage du COVID-19 à l’occasion de son 30e anniversaire

Le Français Sarkozy se plaint d’avoir été victime de six ans de «  calomnie  » lors d’un procès pour corruption