Accueil International Boris Johnson «  n’exclurait pas  » d’avoir le vaccin Covid-19 en direct...

Boris Johnson «  n’exclurait pas  » d’avoir le vaccin Covid-19 en direct à la télévision

Boris Johnson n’exclurait pas d’avoir un vaccin Covid-19 en direct à la télévision, a déclaré son attaché de presse.

Mais il ne voudrait pas non plus en prendre un si cela signifiait que quelqu’un plus haut dans la liste des priorités verrait son jab retardé.

Cela vient après que le secrétaire à la Santé, Matt Hancock, ait provisoirement accepté que son jab soit télévisé, quand il en viendra à l’avoir.

Allegra Stratton, l’attachée de presse de Downing Street, a déclaré qu’elle ne savait pas à quel niveau de la liste de priorité se trouvait le Premier ministre.

Mais on pense qu’à 56 ans, il serait dans le sixième rang.

Il peut être dans un niveau de priorité plus élevé si son poids le rend encore cliniquement obèse, comme il l’était lorsqu’il a été admis à l’hôpital avec la maladie plus tôt cette année.

Mme Stratton a déclaré que M. Johnson a passé beaucoup de temps au cours de sa récente période d’auto-isolement de dix jours « sur le tapis roulant » alors qu’il ne travaillait pas pour les affaires gouvernementales – et qu’il a perdu du poids en conséquence.

(Image: PA) Lire plus d’articles connexes Lire plus d’articles connexes

Mais elle a dit qu’elle devrait vérifier s’il était encore assez lourd pour se qualifier pour un vaccin plus rapide.

Lorsqu’on lui a demandé s’il accepterait de prendre le vaccin à la télévision, elle a déclaré: « Nous connaissons tous le caractère du Premier ministre et je ne pense pas que ce serait quelque chose qu’il exclurait. »

Le Comité mixte sur les vaccinations et l’immunisation (JCVI) a mis à jour la liste des priorités aujourd’hui, après l’approbation du vaccin par l’Autorité de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA).

Les premiers en ligne seront les résidents et les soignants des foyers de soins, suivis des personnes de plus de 80 ans et des agents de santé et de soins de première ligne.

Viennent ensuite les plus de 75 ans, suivis des plus de 70 ans et des personnes extrêmement vulnérables sur le plan clinique.

Les personnes de plus de 65 ans seront les suivantes, suivies par les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents.