in

Steve Perry admet que Van Halen a «  nettoyé nos horloges  » lors de la tournée Journey

Journey était sur le point de décrocher leur premier album vendu en platine lorsqu’ils ont uni leurs forces sur la route avec Van Halen en 1978. Les nouveaux arrivants parvenus ont montré à Steve Perry que son groupe avait encore beaucoup à apprendre.

«Maintenant, vous devez vous rappeler qu’Eddie et le groupe en étaient à leur première tournée avec Journey et nous les avons amenés à ouvrir aux 3 000 places que nous faisions à l’époque», a déclaré Perry à UCR dans une interview exclusive. nettoyé notre horloge plusieurs fois et nous a réveillés assez rapidement. Ils étaient tellement concentrés et tellement enflammés qu’ils étaient simplement implacables. C’était l’acharnement le plus musical que j’aie jamais vu. « 

Les deux groupes partageaient également des scènes avec Montrose, dont la programmation comprenait Steve Smith, futur membre de longue date de Journey. Perry dit que Van Halen a également joué un rôle dans leur scission imminente avec le batteur co-fondateur Aynsley Dunbar.

«En fait, à cause de la façon dont Eddie et Alex [Van Halen] verrouillé, finalement j’ai convaincu [co-founding guitarist] Neal [Schon] qu’il avait besoin de verrouiller avec sa guitare [in that same way]», Confirme Perry.« Est venu Steve Smith, qui jouait de la batterie avec Ronnie Montrose lors de cette même tournée.

Infinity, le dernier album de Journey à présenter Dunbar, s’est finalement vendu à quelque trois millions d’exemplaires aux États-Unis, donnant naissance à une paire de favoris radio dans « Lights » et « Wheel in the Sky ». Le mandat initial de Smith avec Journey a duré pendant les premières sessions de 1986 sur Raised on Radio, un record de retour pour Journey après que Perry eut trouvé le succès en solo au milieu des années 80.

À un moment donné pendant son absence, Perry admet qu’il a été approché au sujet d’une éventuelle collaboration après la séparation de Van Halen en 1985 avec le leader original David Lee Roth.

«Je me souviens avoir parlé un soir avec Eddie Van Halen», dit Perry. «Honnêtement, je ne sais même pas comment cela s’est passé, mais nous avons discuté pendant des heures au téléphone et rions de choses. David avait déjà quitté le groupe et [Eddie] m’a dit: «Mec, tu devrais descendre et faire des confitures un jour. Ça pourrait être incroyable, tu sais, toi et moi. ‘ »

Perry a failli convaincre Van Halen. «Je dois te dire que mon cerveau a commencé à penser: ‘Oh, mon garçon.’ Parce que ce type, ce n’est pas seulement un guitariste principal », s’enthousiasme Perry. « Il obtient beaucoup de crédit pour ses côtelettes de guitare. Je comprends cela. Mais ce que les gens ne lui accordent pas, c’est sa poche rythmique. »

Il décrit cette poche rythmique comme «absolument mortelle», et quelque chose qui a laissé une impression durable lorsque vous l’avez entendue en action. «C’était tellement défini que quand il commence« Ain’t Talkin  » Bout Love », vous savez que toute la chanson est maintenant dans ce riff, avant que le groupe n’arrive», dit Perry. «Vous pouvez entendre tout ce qui manque dans son riff. C’est à quel point il était un joueur de rythme définitif.

Considérant toujours l’offre de Van Halen, Perry dit que son esprit «a commencé à devenir fou» alors qu’il commençait à «penser que ce serait possible. Mais tu sais, écoute, j’avais déjà travaillé dur pour abandonner le groupe de mes rêves et la situation de rêve devenu réalité dans ma vie. Je savais que je devais être en congé sabbatique. Je savais que je ne pourrais pas revenir en arrière.

« Alors, même si j’ai été invité à venir jouer avec Eddie, je ne l’ai jamais fait », se lamente Perry. « Je ne sais pas, nous n’avons plus jamais vraiment parlé. Et la prochaine chose que je sais, Sammy [Hagar] était dans le groupe et c’est une toute autre partie de l’histoire.

5150 suivit en 1986, avec un lot de nouvelles chansons de Van Halen comme «Summer Nights», «Dreams», «Love Walks In» et même le matériel plus dur comme «Good Enough» qui aurait facilement pu s’adapter à l’approche vocale familière de Perry.

« On ne sait jamais. Ce serait une collaboration musicale qui devrait se définir », répond Perry. «Cela n’a jamais eu de chance. Du point de vue de la liste des seaux, cela aurait pu être un moment. Ça aurait pu. »

Vous pensez connaître Van Halen?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.