in

Les pêcheurs français craignent les conséquences d’un Brexit sans accord

Publié le: 10/12/2020 – 18:58

Alors que la date limite pour un accord sur un accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne approche, les pêcheurs français craignent de se voir bientôt interdire de pêcher dans les eaux britanniques si un accord ne peut être conclu rapidement, ce qu’ils disent catastrophe pour leurs moyens de subsistance.

Les droits de pêche sont l’un des principaux points de friction alors que les négociations sur le Brexit se déroulent jusqu’au bout.

Le Royaume-Uni souhaite que les navires de pêche britanniques aient la priorité sur la pêche dans les eaux britanniques. Mais l’UE fait pression pour que l’accès et les quotas actuels pour les navires de l’UE restent largement inchangés.

Des pêcheurs français ont fait pression sur le président Emmanuel Macron pour qu’il reste ferme sur les droits de pêche

Mais si un accord ne peut être conclu avant le 1er janvier, cela pourrait signifier que les bateaux français et européens ne pourront plus du tout pêcher au large des côtes du Royaume-Uni.

Pour des pêcheurs français comme les frères Margolle, basés à Boulogne-sur-Mer, le port de pêche le plus fréquenté de France, ce serait une catastrophe.

Ils tirent plus de la moitié de leurs revenus annuels du poisson pêché au large des côtes britanniques.

« S’il n’y a pas de sourd, ça va être compliqué car les bateaux européens n’auront plus accès aux eaux britanniques », a déclaré Nicolas Margolle à ..

« Donc, nous allons tous nous retrouver dans la bande française – avec tous les bateaux belges, hollandais, français, bien sûr. Il n’y aura jamais assez de place pour tout le monde. Et donc les ressources vont être anéanties. » « 

« Ce serait une catastrophe pour tout le littoral », a ajouté son frère, Jeremy.

L’industrie de la pêche britannique a également beaucoup à perdre si un accord ne peut être conclu. Cela signifierait un accès limité au marché de l’UE pour les navires de pêche britanniques pour vendre leurs prises.

Et à l’approche de la date limite d’un accord, l’avenir semble incertain pour les pêcheurs des deux côtés de la Manche.

« Quoi qu’il arrive, aucun pêcheur ne va gagner ici », a déclaré Nicolas Margolle. « Je suis sûr qu’il n’y aura pas de pêcheurs britanniques satisfaits, pas de pêcheurs français satisfaits. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.