in

FKA Twigs accuse Shia LaBeouf de «  mauvais traitements implacables  » dans un nouveau procès

FKA twigs a accusé Shia LaBeouf d’abus physiques, émotionnels et mentaux dans le cadre d’un nouveau procès.

Le procès, détaillé dans un rapport du New York Times publié vendredi, a été déposé à Los Angeles par des brindilles, de son vrai nom Tahliah Debrett Barnett. LaBeouf est spécifiquement accusé de violence sexuelle, d’agression et d’infliction de détresse émotionnelle.

«Je voudrais être en mesure de faire connaître les tactiques utilisées par les agresseurs pour vous contrôler et vous enlever votre agence», a déclaré Twigs, qui était auparavant dans une relation amoureuse avec LaBeouf et qui a également co-vedette dans son film semi-autobiographique Honey Boy .

Un incident présumé qui est la clé de la poursuite remonte au 14 février 2019. Comme le prétendent des brindilles, elle était avec LaBeouf dans une voiture alors qu’il conduisait imprudemment et menaçait de faire tomber intentionnellement le véhicule à moins qu’elle ne «professât son amour pour lui. À l’époque, selon le procès, LaBeouf et des brindilles étaient sur le chemin du retour à Los Angeles après un voyage dans le désert au cours duquel LaBeouf l’aurait réveillée au milieu de la nuit et l’étouffée.

Dans une station-service, LaBeouf aurait jeté des brindilles contre la voiture et lui aurait crié au visage en tentant de sortir ses sacs du coffre, la forçant finalement à rentrer dans le véhicule. LaBeouf aurait également sciemment donné à des brindilles une MST. À plusieurs reprises, dit des brindilles, il la serrait ou l’attrapait «au point de la faire des bleus».

Karolyn Pho, une styliste décrite comme un autre ancien partenaire de LaBeouf, est également mentionnée dans le procès. Elle a également allégué que LaBeouf était abusif, déclarant que « il faut tellement briser un homme ou une femme pour qu’il accepte un certain type de traitement ». Dans le procès, LaBeouf est accusé d’avoir épinglé Pho à un lit alors qu’elle était ivre et lui avoir donné des coups de tête assez fort pour qu’elle saigne.

Un certain nombre de courriers électroniques entre le Times et LaBeouf sont cités dans l’article.

« Je ne suis pas en mesure de dire à qui que ce soit ce que mon comportement les a fait ressentir », a-t-il déclaré dans un e-mail, par le Times. « Je n’ai aucune excuse pour mon alcoolisme ou mon agressivité, seulement des rationalisations. Je suis violent envers moi-même et tout le monde autour de moi depuis des années. J’ai une histoire de blesser les personnes les plus proches de moi. J’ai honte de cette histoire et je suis désolé de ceux que j’ai blessés. Je ne peux vraiment rien dire d’autre. « 

Dans un autre e-mail, que les journalistes Katie Banner et Melena Ryzik ont ​​expliqué était une réponse au « compte rendu détaillé » des allégations, LaBeouf a déclaré que « beaucoup de ces allégations ne sont pas vraies » mais qu’il « devait » des brindilles et Pho « l’opportunité » pour diffuser publiquement leurs déclarations et accepter la responsabilité de ce que j’ai fait. « 

Dans le même courriel, LaBeouf a déclaré qu’il était un « membre sobre » d’un programme en 12 étapes et actuellement en thérapie, notant qu’il n’était « pas guéri » de son ESPT et de son alcoolisme.

« Mais je suis déterminé à faire ce que je dois faire pour récupérer, et je regretterai à jamais les personnes que j’ai pu blesser en cours de route », a-t-il déclaré.

Une « partie importante » des dommages pécuniaires résultant de la poursuite sera reversée à des œuvres caritatives liées à la violence domestique, a déclaré Twigs.

Lisez l’article complet du New York Times par Katie Benner et Melena Ryzik ici.