in

Une loi ciblant l’extrémisme et non contre l’islam, déclare la FM française lors de sa visite au Qatar

Délivré le: 12/10/2020 – 16:17

Le ministre français des Affaires étrangères a déclaré lors d’une visite à Doha jeudi que la politique de son pays contre l’extrémisme avait été déformée et n’était pas islamophobe.

Paris a été critiqué pour un projet de loi visant à réprimer le radicalisme islamiste qui resserre les règles sur l’éducation à base religieuse et la polygamie à la suite d’une vague d’attaques imputées aux extrémistes.

Jean-Yves Le Drian a déclaré qu’à la suite des attentats, « nos positions et déclarations (sur la lutte contre l’extrémisme) ont été largement déformées et déformées dans le cadre d’une campagne contre notre pays ».

« [Our position] aurait pu être mal compris par les croyants qui auraient pu penser que leurs croyances n’étaient pas respectées », a déclaré Le Drian, à Doha pour une visite officielle d’une journée, lors d’un point de presse.

« Nous avons le plus grand respect pour l’islam », a ajouté le ministre français des Affaires étrangères, qui a cultivé des liens étroits avec les dirigeants du Moyen-Orient sous les présidences d’Emmanuel Macron et de François Hollande.

Des tensions ont éclaté entre la France et certains pays musulmans suite aux propos du président Macron en octobre défendant le droit de publier des caricatures, y compris des caricatures du prophète Mahomet, et suggérant que l’islam était « en crise ».

>> Erdogan appelle au boycott des produits français, l’UE qualifie ses propos d ‘«  inacceptables’ ‘

Bien que le Qatar n’ait pas critiqué directement la France, certains détaillants qatariens de premier plan ont institué des boycotts des produits français en réponse à ces commentaires.

Le ministre des Affaires étrangères du Qatar, qui s’est exprimé aux côtés de Le Drian, a déclaré que « l’extrémisme violent n’est lié ni lié à aucune religion ».

«Nous devons fermement nous opposer aux discours islamophobes, tout comme le monde s’oppose à toutes les formes de rhétorique raciste», a déclaré le cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al-Thani.

‘Loi de la liberté’

Les musulmans du monde entier ont protesté contre la défense véhémente de Macron de la liberté d’expression et du droit de se moquer de la religion après qu’un instituteur français qui a montré à sa classe les caricatures a été assassiné en octobre.

Le gouvernement français a défendu mercredi un projet de loi réprimant le radicalisme islamiste en le qualifiant de «loi de liberté» après un torrent de critiques de la part des pays musulmans et les expressions de préoccupation des États-Unis.

« Ce projet de loi n’est pas un texte dirigé contre les religions ou contre la religion musulmane en particulier », a déclaré mercredi le Premier ministre Jean Castex aux journalistes après que le cabinet a approuvé un texte à présenter au parlement.

>> ‘L’islam est hyper-politisé en France, mais les musulmans ne font pas partie du débat’

Les analystes ont déclaré que l’impact à long terme de la controverse dépendrait des prochaines étapes de la France.

Des dizaines de marques françaises de premier plan sont actives au Qatar, notamment des entreprises de construction, des détaillants et des marques de luxe comme Louis Vuitton, bien-aimé dans ce pays riche en gaz.

Les pièces maîtresses françaises au Qatar comprennent le musée national conçu par Jean Nouvel à Doha, le système de signalisation du nouveau métro et un avant-poste du grand magasin Galeries Lafayette.

Le Qatar est également un acheteur important de matériel militaire français avec sa commande de 36 avions de combat Rafale d’une valeur de 8,7 milliards d’euros, selon l’enquête Military Balance de l’Institut international d’études stratégiques.

(. avec .)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.