in

Sean Connery n’était pas le premier acteur à jouer James Bond

Sean Connery est généralement appelé le James Bond original. Mais Barry Nelson a en fait joué 007 environ huit ans avant que Dr. No de 1962 n’apparaisse sur grand écran, dans un épisode d’une heure de la série télévisée américaine en direct Climax!

Vous pouvez voir l’épisode entier ci-dessous.

Un téléplay est exactement ce que cela ressemble: Climax! était une production plus conforme au théâtre en direct, tournée avec trois caméras ou plus, jouée et diffusée en direct. Il s’agissait soit d’histoires faites spécifiquement pour le médium télévisuel, soit fortement adaptées d’autres sources telles que des spectacles, des films et des romans de Broadway. Casino Royale, le premier livre d’un Ian Fleming pratiquement inconnu, était mûr pour l’adaptation puisqu’il s’agissait simplement d’un autre livre à ce stade.

Pourtant, beaucoup ne réalisent pas qu’il s’agissait de la première exposition américaine à James Bond dans un film cinématographique – et ce n’est pas étonnant: les projecteurs sont principalement concentrés sur le travail révolutionnaire réalisé par les écrivains Paddy Chayefsky et Rod Serling, ou des réalisateurs tels que Sidney Lumet et John. Frankenheimer. Ce sont les gagnants qui ont écrit l’histoire, et Fleming et 007 ont dû attendre le grand écran pour revendiquer leur éventuelle revendication.

Il y avait des différences clés. Le protagoniste de Climax !, tel que joué par Nelson, est appelé « Jimmy » – pas James Bond – et est américanisé dans le téléplay. Le spectacle a également présenté Peter Lorre comme le méchant, Le Chiffre. Lorre aurait été le grand tirage au sort pour l’émission, en raison d’un ensemble impressionnant de travaux comprenant M de Fritz Lang, The Maltese Falcon, Casablanca et 20 000 lieues sous les mers.

Puisque les droits du roman avaient été vendus au producteur Gregory Ratoff pour le spectacle, Casino Royale n’était pas disponible pour être inclus dans l’accord théâtral pour la production littéraire de Fleming négocié plus tard avec Albert Broccoli et Harry Saltzman. (Le duo était collectivement connu sous le nom de EON Productions, selon la rumeur, être un acronyme pour «tout ou rien».)

Après la mort de Ratoff, les droits ont été transférés à Charles K. Feldman, qui a ensuite produit la parodie satirique de 1967 Bond du même nom. Cette édition de Casino Royale présentait David Niven dans le rôle de Bond, Woody Allen (dans un clin d’œil à la version télévisée) dans le rôle de Jimmy Bond et Peter Sellers comme un autre James Bond. Le film a été réalisé par Columbia Pictures, qui a été acheté des décennies plus tard par Sony Entertainment.

MGM a accepté de payer 5 millions de dollars à Sony Pictures Entertainment en 1999 pour consolider ses droits sur l’ensemble de la franchise Bond, ainsi que pour obtenir de Sony les droits sur Casino Royale. Cela a ouvert la voie à une autre adaptation en 2006, cette fois avec le tout nouveau Bond Daniel Craig.

Mais tout revient à une présentation télévisée de Casino Royale en 1954, pas au Dr Non. C’est en fait là que le public américain aurait son premier aperçu du légendaire homme d’action.

Nelson était un acteur américain avec de nombreux crédits télévisés sur son CV, y compris The Alfred Hitchcock Hour, Suspense, l’épisode de Twilight Zone « Stopover in a Quiet Town », entre autres. Plus particulièrement, Nelson a joué Stuart Ullman, le directeur général de l’hôtel Overlook dans l’adaptation de Stanley Kubrick de The Shining.

Que pensait Nelson d’être le premier 007? «A cette époque, personne n’avait jamais entendu parler de James Bond», a-t-il déclaré à Cinema Retro en 2004. «Je me grattais la tête en me demandant comment le jouer. Je n’avais pas lu le livre ou quoi que ce soit du genre, car il n’était pas bien connu. Le pire, c’est que j’ai appris que ça devait être fait en direct. Je pensais que j’avais fini avec la télévision en direct. J’essayais de m’en sortir, en fait. «