in

Revue de Pieces of a Woman: Vanessa Kirby est primitive et provocante en tant que mère en deuil

Dir: Kornel Mundruczo. Avec: Vanessa Kirby, Shia LaBeouf, Molly Parker, Sarah Snook, Iliza Shlesinger, Benny Safdie, Jimmie Fails, Ellen Burstyn. 15 et 126 minutes

Pieces of a Woman, le dernier espoir des récompenses Netflix, s’ouvre avec une telle fureur, une telle intimité sans fard, que vous vous sentez piégé – incapable de vous échapper ou même de détourner le regard. Pendant 30 minutes atroces, vous regardez Martha (Vanessa Kirby) en train d’accoucher. Elle y est préparée, parcourant toutes les routines pratiquées: les exercices de respiration, le ballon d’accouchement, les massages du dos. Elle est consciencieusement assistée par un paquet d’énergie nerveux – son partenaire Sean (Shia LaBeouf, dont le personnage erratique et de plus en plus violent est inconfortable à regarder à la lumière des allégations de ses ex brindilles FKA et d’autres).

La naissance, pour Martha, vient comme un raz-de-marée: chaque contraction la désamorce un peu plus, car son corps communique un message qu’elle ne semble pas pouvoir traduire. La sage-femme qu’elle avait choisie pour l’aider à accoucher à domicile n’est pas disponible et sa remplaçante, Eve (Molly Parker), arrive avec un petit sourire placide. Mais la situation continue de se dégrader. Dans les derniers instants de la scène, le silence qui vient après un petit souffle irrégulier nous confirme que le pire est arrivé. Ce n’est qu’alors que la carte de titre du film apparaît à l’écran.

Pieces of a Woman nous offre une vision de l’accouchement totalement différente des représentations saintes et désintéressées auxquelles nous nous sommes si habitués. Martha transpire. Elle pleure. Elle éructe. Elle jure. Kirby gémit comme une femme des cavernes frappant à mort son prochain repas, les sons éclatant de quelque part terreux, ancien et primal. On entend à nouveau ce cri guttural dans le film. Des mois se sont écoulés depuis la perte du bébé et Martha se retrouve en confrontation avec sa mère, Elizabeth (Ellen Burstyn), qui ne comprend pas pourquoi sa fille ne partage pas son chagrin. Kirby et Burstyn se complètent à merveille; la première est résolument moderne dans son approche, tous les tiques physiques et les mots tacites, tandis que la seconde est plus classique, canalisant ses émotions dans un discours grandiose et passionné. Le directeur de la photographie Benjamin Loeb encadre Burstyn dans le plus élégant des gros plans, mais capture Kirby sous toutes sortes d’angles étranges et disjoints.

Le film tourne entièrement autour de la performance provocante de Kirby, qui lui a valu la Coupe Volpi de la meilleure actrice au Festival de Venise. Elle peut communiquer non seulement son chagrin, mais aussi la manière dont une femme peut s’en détacher. Martha agit toujours comme si elle était réveillée d’une stupeur. C’est à travers le travail de Kirby que vous avez une idée de la cruauté du sujet pour l’équipe créative du film, le réalisateur Kornel Mundruczo et le scénariste Kata Weber – le couple, qui sont partenaires dans la vie réelle, ont fait allusion à l’histoire ayant une base dans l’expérience personnelle. Il s’agit de leur troisième collaboration, après White God et Jupiter’s Moon, et sert d’adaptation de la pièce de théâtre originale de Weber. C’est aussi leur premier en anglais.



<p> La sage-femme Martha (Vanessa Kirby) a choisi de l’aider à accoucher à domicile n’est pas disponible, et sa remplaçante, Eve (Molly Parker), arrive avec un petit sourire placide </p>
<!-- WP QUADS Content Ad Plugin v. 2.0.27.1 -->
<div class=

 » src= »https://static.independent.co.uk/2020/12/31/12/Pieces_of_a_Woman_00_12_09_11.jpg?width=982&height=726″ srcset= »https://static.independent.co.uk/2020/12/31/12/Pieces_of_a_Woman_00_12_09_11.jpg?width=320 320w, https://static.independent.co.uk/2020/12/31/12/Pieces_of_a_Woman_00_12_09_11.jpg?width=640 640w »/>

La sage-femme Martha (Vanessa Kirby) a choisi de l’aider à accoucher à domicile n’est pas disponible et sa remplaçante, Eve (Molly Parker), arrive avec un petit sourire placide

(Netflix)

White God a peut-être présenté une armée de chiens errants déchirant les rues de Budapest, mais la scène de naissance ici, tournée comme une seule longue prise, est de loin la séquence la plus ambitieuse que Mundruczo ait jamais réalisée. Ce qui finit par nuire à Pieces of a Woman, c’est que ni lui, ni Weber, ne sont capables de communiquer les conséquences d’une tragédie d’une manière qui semble aussi immédiate ou reconnaissable. Leurs personnages sont enveloppés d’étranges métaphores impliquant des pommes et des ponts; Eve est jugée pour négligence, mais le sensationnalisme de la procédure permet au film de s’effondrer en discours par cœur.

Pieces of a Woman est surprenant dans sa représentation de la perte immédiate, moins réussie à communiquer le vide qui vient après.

Newsletter Culture IndépendanteLe meilleur du cinéma, de la musique, de la télévision et de la radio directement dans votre boîte de réception chaque semaine

Newsletter Culture IndépendanteLe meilleur du cinéma, de la musique, de la télévision et de la radio directement dans votre boîte de réception chaque semaine