in

La ville en ruine revient aux vitrines numériques après un différend avec les éditeurs

Vous vous souvenez peut-être de The Sinking City, un jeu d’horreur lovecraftien lancé en juin 2019 avec des critiques médiocres (lisez les nôtres ici). Le jeu a été retiré de la liste en août 2020 en raison d’un désagréable différend contractuel entre le développeur Frogwares et l’éditeur BigBen Interactive / Nacon. Après des mois de litige, le tribunal français s’est prononcé en faveur de Nacon, et The Sinking City est de retour en vente sur le Microsoft Store et reviendra sur les vitrines PlayStation et PC «à une date ultérieure».

Le différend original se concentre sur un accord conclu entre Frogwares et Nacon deux ans après le début de la production de The Sinking City. Selon Frogwares, cela a donné à Nacon le droit de vendre / commercialiser le jeu en échange de leur financement. Cependant, les droits de propriété intellectuelle de Sinking City appartiendraient toujours à Frogwares. L’accord stipulait également que Frogwares recevrait des paiements de Nacon pour chaque étape de développement franchie.

Les problèmes ont commencé peu de temps après la conclusion de l’accord, Frogwares alléguant que Nacon était constamment en retard sur les paiements d’étape, a fourni des données de prévisions de ventes incohérentes et a exigé le code source de The Sinking City à utiliser dans son propre projet inspiré de Lovecraft. Frogwares dit que le point de rupture est venu après le lancement du jeu, lorsque Nacon aurait annulé ses jalons précédemment approuvés, ce qui signifie que Frogwares ne tirerait aucun profit des ventes de The Sinking City. Frogwares a répondu en déposant une nouvelle plainte contre Nacon.

Frogwares a réclamé une foule d’autres problèmes, y compris un marketing trompeur impliquant Nacon en tant que développeur du jeu et le refus de Nacon de payer à Frogwares environ 1 million d’euros de redevances, a forcé le studio à résilier son contrat d’édition. Nacon a répondu en disant que le contrat ne pouvait pas être résilié, citant les lois d’urgence françaises conçues pour protéger les entreprises des effets financiers négatifs de la pandémie COVID-19.

Cela a amené Frogwares à prendre les choses en main en demandant que The Sinking City soit retiré des vitrines où Nacon était responsable de la vente du jeu (PSN, Microsoft Store, Steam, Epic Games Store) pour empêcher l’éditeur de recevoir plus de fonds de Ventes. Depuis sa suppression, le jeu ne pouvait être acheté que via le Nintendo eShop et d’autres vitrines PC (telles que Origin) que Frogwares traitait directement.

Aujourd’hui, un communiqué de Nacon annonce que, malgré le litige toujours pendant devant les tribunaux français, une première décision exécutoire a été rendue en leur faveur:

« La Cour a jugé que Frogwares avait résilié le contrat de manière ‘manifestement illégale’ et, en conséquence, a ordonné, à titre de ‘mesure conservatoire, la continuation du contrat (…) jusqu’à son terme ou jusqu’à ce qu’une décision soit prise sur la rupture de ce contrat et a ordonné à Frogwares Ireland de s’abstenir de toute action en cas de rupture de ce contrat et a ordonné à Frogwares Ireland de s’abstenir de toute action qui empêcherait cette poursuite (…) ».

Ce que cela signifie fondamentalement, c’est que Frogwares doit adhérer aux termes du contrat d’édition original pour le moment. Avec cette décision, Nacon a maintenant le droit de vendre à nouveau The Sinking City.

La déclaration poursuit en déclarant que la fonctionnalité en ligne du jeu «dépend de la bonne volonté de Frogwares à performer» et que le fait de ne pas le faire de leur part ne reflète pas Nacon.

Inutile de dire que toute la situation est un gâchis qui continue de se régler. Cependant, si vous avez raté The Sinking City, qui met les joueurs dans la peau d’un détective privé enquêtant sur une ville inondée pour connaître la signification de ses visions bizarres, vous avez une seconde chance de tenter le coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.