in

Dutty Dario personnalise les baskets de vos rappeurs canadiens préférés

Au cours des deux dernières années, Dutty Dario s’est fait un nom en peignant à la main des personnages de dessins animés et de dessins animés sur des baskets, des vêtements et d’autres articles. Qu’il s’agisse de Pokémon sur Nikes ou de Dragon Ball Z sur un tee-shirt, Dutty sait ce qu’il faut pour donner une nouvelle vie.

Né et élevé à Montréal, il est entré dans la scène de manière organique, en créant un design pour un ami. Bientôt, le bouche à oreille a commencé à se répandre et il s’est rendu compte qu’il n’y avait pas seulement un marché croissant pour les coutumes des baskets dans la ville, mais des noms allant de Roy Woods à KILLY en passant par Jae et Trey Richards de 4YE étaient intéressés par son travail.

Suite au succès de Dutty Dario en 2020, nous nous sommes entretenus avec l’artiste pour discuter de son processus créatif, de l’état de la scène des sneakers à Montréal et de ce que c’est de travailler avec certains des plus grands noms du Canada.

Que pensez-vous de la scène sneaker montréalaise?
La scène sneaker est assez développée à Montréal. Nous attirons de grands événements comme Sneaker Con pour la revente. La scène à cet égard est assez forte. En matière de personnalisation, peu d’autres artistes le faisaient avec moi quand j’ai commencé. Mais depuis, de plus en plus de Montréalais se sont adressés à eux et ont dit: «J’ai vu votre travail et j’ai aussi commencé à peindre des chaussures». Tout le monde a le désir de personnaliser ce qui lui appartient et, surtout à Montréal, je pense avoir contribué à lancer cette vague. Au début, c’était très individualiste, où chacun essayait de faire son propre truc, mais au fil des ans, cela est devenu plus collaboratif avec des marques travaillant les unes avec les autres et se faisant la promotion les unes des autres. Il y a beaucoup de soutien dans la communauté des sneakers et du streetwear, ce qui est agréable à voir.

Comment fonctionne votre processus créatif, du client qui vous approche à la réalisation?
Quand j’ai commencé à le faire, je n’avais pas vraiment de système en place. Il y avait beaucoup de conversations DM avec chaque client. Je me spécialise dans les personnages d’anime et de dessin animé. C’est le style artistique que j’aime mettre en avant, donc ils viennent généralement avec un spectacle ou un personnage et j’essaierai de trouver des images qui auront l’air cool sur une chaussure. Je leur présenterai ceux-ci et ils choisiront ceux qu’ils aiment. L’aspect le plus long est de trouver ces images car certaines fonctionnent mieux que d’autres. Ensuite, je créerai une maquette sur Photoshop qui montrera à quoi ressemblera la chaussure lorsqu’elle sera peinte, afin qu’ils sachent exactement à quoi cela ressemblera.

Vous avez travaillé avec des personnes extraordinaires.
Travailler avec des clients célèbres s’est déroulé de la même manière que se lancer dans l’entreprise. Les choses progressent très rapidement et beaucoup d’artistes avec lesquels j’ai travaillé sont dans le même réseau ou groupe d’amis. J’ai travaillé avec Ramriddlz. C’est un artiste de Toronto. J’ai assisté à l’un de ses concerts à l’époque où j’ai commencé et j’ai pris une photo avec lui après. J’avais commencé à faire des douanes et je pensais qu’il ne me laisserait pas peindre quoi que ce soit pour lui, mais je lui ai tiré un DM et à ma grande surprise, il a répondu. Nous avons fait beaucoup de travail à partir de ce moment avec des baskets et chaque fois qu’il me postait et me taguait, cela menait à d’autres opportunités. Je pensais que si je réussissais à l’avoir, il y avait de bonnes chances que je puisse débarquer Roy Woods, KILLY et tous ces autres gars que j’ai réussi à débarquer.

Vous vous lancez également dans l’art culinaire. Qu’est-ce qui a commencé ça?
Je n’aime pas être étiqueté. Je reçois le label sneaker artist mais j’aime repousser les limites autant que possible. L’art culinaire est une forme d’art sous-estimée. Peu de gens le font, mais j’ai pensé qu’il y avait plus d’une façon de peindre un portrait. Il fournit une réaction de mes followers que j’aime. Ils voient la nourriture différemment maintenant. J’ai vu quelqu’un qui a fait un portrait de M & M’s et qui a inspiré l’idée.

Vous avez également utilisé votre travail pour collecter des fonds pour le mouvement Black Lives Matter et la Croix-Rouge libanaise.
Utiliser ma plate-forme pour sensibiliser ou collecter des fonds, ou générer un rayonnement est très important pour moi. Ce sont deux collectes de fonds qui ont eu lieu récemment et où j’ai réussi à faire quelque chose et en place pour générer des fonds. J’essaierai toujours de trouver un moyen d’aider. Si je n’ai pas le temps de fabriquer de la marchandise, ce qui est généralement la façon dont je génère des fonds pour les dons, je vais organiser un tirage au sort où les gens doivent payer 10 $ pour avoir une chance de gagner une coutume. Le tirage au sort est ce que j’ai fait pour le mouvement Black Lives Matter et pour le Liban j’ai fait une vente de marchandises.

Quelle est la prochaine étape pour vous? Quelque chose que nous pouvons espérer?
Certainement pour 2021. Je prévois plus de collectes de fonds et j’aimerais éventuellement organiser un événement, si COVID le permet. Une façon de réunir les communautés montréalaises autour de la levée de fonds. Dans le même esprit, un pop-up shop est quelque chose que je prévois pour l’année prochaine. Juste pour un jour de l’année, louez un espace et ayez mon art sur le mur ou de la marchandise à vendre. Une partie des ventes sera à nouveau reversée ou aidera des communautés à Montréal ou à l’étranger. J’ai aussi l’opportunité de faire une exposition d’art à Montréal, mais qui sera principalement axée sur des toiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.