in

Les Six Nations en danger alors que la France envisage l’interdiction de voyager au rugby en raison des craintes de virus

Délivré le: 09/01/2021 – 19:42

Des discussions sur les Six Nations auront lieu la semaine prochaine après que le gouvernement français ait recommandé samedi aux clubs de rugby de reporter les prochains matchs de Coupe d’Europe avec les équipes britanniques nationales en raison de la nouvelle variante Covid-19 au Royaume-Uni.

Cette décision jette un doute sur les deux derniers tours de matches de poule prévus pour le week-end prochain.

La rencontre initiée par le ministère français des Sports évoquera le tournoi international annuel qui débutera le 6 février avec la France, l’Angleterre, l’Irlande, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Italie.

« Cette nouvelle variante du SRAS-CoV-2 a une transmissibilité accrue par rapport à celles qui circulent actuellement en France, ce qui augmente alors le risque de contamination », indique un communiqué vu par l’..

«C’est pourquoi tout voyage ou vacances en Grande-Bretagne est fortement déconseillé.

« Le gouvernement français penche, à court terme, vers l’adoption de mesures qui restreignent voire interdisent aux clubs français de participer à des matches contre des équipes du Royaume-Uni », a-t-il ajouté.

La semaine dernière, l’European Professional Club Rugby (EPCR) et les organisateurs de compétitions nationales ont convenu de faire évoluer le protocole des tournois continentaux, que les équipes du Top 14 jugeaient trop légers.

Six matches des Champions et Challenge Cups plus tôt dans la saison ont déjà été annulés en raison de cas de coronavirus parmi les équipes.

Après avoir disputé des matchs contre des équipes anglaises en décembre, Bayonne et Pau ont enregistré des cas de la nouvelle variante parmi leurs configurations.

La partie basque avait menacé de se retirer de la Challenge Cup de deuxième niveau en raison des contaminations.

Le président du quadruple vainqueur de la Coupe d’Europe, Toulouse Didier Lacroix, a minimisé les problèmes actuels et a déclaré qu’il espérait que le tournoi serait terminé plus tard dans l’année.

« Il y a suffisamment de temps pour rattraper cette compétition », a-t-il déclaré à l’..

« Je pense que c’est une compétition qui est loin d’être déformée pour le moment, elle se déroulera davantage avec une phase à élimination directe, avec des choses un peu plus difficiles », at-il ajouté.

Doute en Premier League

La décision pourrait avoir un impact sur le football avec sept équipes anglaises et un club écossais qui participeront à des matchs à élimination directe en février.

Cependant, aucun de ces matchs n’est contre l’opposition française.

De plus, la question de savoir si la saison de Premier League peut être terminée à temps en raison de la nouvelle variante suscite de plus en plus de préoccupations. Le patron de Newcastle, Steve Bruce, et le manager de Leeds, Marcelo Bielsa, affirment qu’il existe un argument moral pour suspendre tous les matchs

Plusieurs études récentes – qui n’ont pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs – ont conclu que la variante britannique de la maladie est probablement beaucoup plus transmissible que les autres souches.

Une grande partie de la Grande-Bretagne est bloquée depuis la semaine dernière dans le but de réduire la spirale des taux d’infection et des décès.

Un total de 1325 nouveaux décès dans les 28 jours suivant un test positif a été enregistré vendredi – le plus élevé depuis le pic de la première vague en avril de l’année dernière.

Samedi à 11h00 GMT, le nombre total de décès causés par le coronavirus au Royaume-Uni s’élevait à 79833, le bilan le plus élevé d’Europe.

Jeudi, le ministère français de la Santé a rapporté que deux grappes de la variante britannique affectant un total de 19 personnes avaient été détectées dans une maison de retraite de la région Bretagne ouest de la France et à Bagneux, une banlieue sud de Paris.

Les autorités n’ont trouvé aucune preuve de contact entre l’une des personnes infectées à Bagneux et toute personne ayant voyagé depuis la Grande-Bretagne, ce qui, selon le ministère, indiquait que le virus mutant circulait déjà en France.

(.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.