in

Critique de Night Stalker: Cette véritable série policière n’est ni de bon goût ni convaincante

Il y a un équilibre tacite entre le bon goût et la bonne télévision. Il se déroule dans chaque nouvelle entrée dans le genre du vrai crime à la mode, les actes les plus sinistres et les plus odieux parfaitement adaptés au cadre du divertissement pop. Des émissions telles que Making a Murderer ou Conversations with a Killer: The Ted Bundy Tapes ont été d’énormes succès pour Netflix, exhumant de vieux crimes et les reconstruisant avec un flair méthodique de conteur. Night Stalker: The Hunt for a Serial Killer arrive aujourd’hui sur Netflix avec toutes les caractéristiques d’une véritable sensation de crime moderne – mais ne permet ni une visualisation de bon goût ni particulièrement convaincante.

Le «Night Stalker» était le nom donné par les médias contemporains à Richard Ramirez, un homme texan qui a perpétré une série de meurtres, d’agressions sexuelles et de cambriolages en Californie au milieu des années 1980. Les crimes de Ramirez étaient effrontés, diaboliques et prêts pour le sensationnalisme médiatique: il a utilisé une panoplie d’armes telles que des machettes et des marteaux pour attaquer, tuer et parfois torturer ses victimes, qui allaient des jeunes enfants aux personnes âgées. Night Stalker, réalisé par Tiller Russell, est principalement préoccupé par la chasse à Ramirez, plutôt que par le tueur lui-même, guidant les téléspectateurs à travers l’enquête policière via des entretiens approfondis avec certaines de ses victimes survivantes et les détectives qui dirigent l’affaire.

L’ensemble du documentaire aurait peut-être été mieux condensé dans la longueur d’un long métrage. On passe trop de temps à se fixer sur les détails factuels insipides de l’enquête, comme les empreintes révélatrices que Ramirez a laissées par inadvertance sur les scènes de ses crimes. Si les interviews sont assez sèches et respectueuses, elles sont ponctuées d’éclairs de style nauséabonds – des recréations CGI de corps éclaboussés de sang ou un gros plan d’un couteau de cuisine plongeant dans une plaie jaillissante.

Lire la suite

Le cas de Ramirez était compliqué, méritant un véritable examen journalistique et historique. Il a réussi à échapper à la capture pendant plus d’un an, tuant plus d’une douzaine de personnes, ne se faisant prendre que lorsque les habitants de Boyle Heights, un quartier à majorité latino de l’est de Los Angeles, l’ont identifié à partir d’un croquis de la police et l’ont assailli. Des erreurs ont été commises tout au long de l’enquête, la plus flagrante étant lorsque l’ancienne maire de San Francisco Dianne Feinstein (maintenant sénateur) a failli compromettre l’enquête en 1985 en divulguant un élément de preuve clé lors d’une conférence de presse. Cela est donné quelques minutes au cours de l’un des quatre épisodes de Night Stalker, mais sinon, les lacunes de l’enquête sont laissées relativement non prouvées.

Le défaut fondamental de Night Stalker est un manque de but. Il est trop dérisoire pour être qualifié de documentaire «sérieux» – il ne vous dit pas grand-chose qu’un chalut à travers Wikipédia ne pourrait pas – mais son sujet est trop sombre et dépravé pour être qualifié de divertissement léger. Laissez de côté le ton sinistre et les clichés de genre, et il ne vous reste pas grand-chose: aucune exploration du mal, juste une itinérance par cœur.

Independent Culture NewsletterLe meilleur du cinéma, de la musique, de la télévision et de la radio directement dans votre boîte de réception chaque semaine

Independent Culture NewsletterLe meilleur du cinéma, de la musique, de la télévision et de la radio directement dans votre boîte de réception chaque semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.