in

Le conseil musulman français élabore une charte de lutte contre l’extrémisme

Publié le: 18/01/2021 – 11: 02Modifié: 18/01/2021 – 11:04

Les dirigeants musulmans en France se sont mis d’accord sur une « charte de principes » demandée par le président Emmanuel Macron dans sa tentative d’éradiquer le sectarisme et l’extrémisme.

La charte, adoptée dimanche par le Conseil français du culte musulman (CFCM), rejette les tentatives d ‘«instrumentalisation» de l’islam à des fins politiques et affirme l’égalité entre les hommes et les femmes.

Il dénonce des pratiques telles que les circoncisions féminines, les mariages forcés ou les «certificats de virginité» pour les épouses, et rejette aussi explicitement le racisme et l’antisémitisme.

Les mosquées « ne sont pas créées pour diffuser un discours nationaliste défendant des régimes étrangers », prévient la charte.

Macron avait exhorté le CFCM à élaborer la charte en novembre après le meurtre djihadiste horrible de Samuel Paty, un instituteur qui montrait des caricatures du prophète Mohamed aux étudiants.

« Cette charte réaffirme la compatibilité de la foi musulmane avec les principes de la République, y compris la laïcité, et l’engagement des musulmans français à leur pleine citoyenneté », a déclaré le président du CFCM, Mohammed Moussaoui.

Dans un communiqué publié sur Twitter, il a ajouté que la charte serait partagée avec les imams et les dirigeants locaux, « en vue d’une consultation et d’une adhésion la plus large possible ».

Conseil national des imams

L’adoption formelle de la charte par les neuf fédérations du CFCM ouvre la voie à une vaste restructuration de l’islam en France, notamment la création d’un Conseil national des imams (CNI) qui sera chargé de «labelliser» les imams exerçant dans le pays.

Auparavant, plusieurs fédérations membres du CFCM avaient critiqué l’idée d’une charte déclarant l’islam compatible avec la loi et les valeurs françaises – première étape vers la création du projet de CNI.

Mais Moussaoui et ses deux vice-présidents ont conclu un accord lors d’une réunion avec le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

« Il y avait une prise de conscience que ces désaccords empêchaient la communauté musulmane de s’affirmer », a déclaré Moussaoui à l’.. « Cette prise de conscience nous a permis de surmonter nos différences. »

« Je salue le travail entrepris par la communauté musulmane française qui condamne clairement l’islam politique », a déclaré Darmanin sur Twitter.

«  Libérez  » l’Islam des islamistes

La charte fait partie des espoirs de Macron de «libérer» l’Islam des influences radicalisées qui empiètent sur la laïcité stricte de la France et qui sont accusées d’une vague de meurtres djihadistes ces dernières années.

Son gouvernement a lancé une répression contre les mosquées et les associations extrémistes, et prévoit de supprimer les quelque 300 imams en France envoyés pour enseigner de Turquie, du Maroc et d’Algérie.

>> ‘L’islam est hyper-politisé en France, mais les musulmans ne font pas partie du débat’

Le gouvernement de Macron fait également adopter une législation pour lutter contre le radicalisme islamiste «pernicieux», qui resserrerait les règles sur des questions allant de l’éducation religieuse à la polygamie.

Cette décision, ainsi que la défense par le président des caricatures controversées de Mohamed publiées par Charlie Hebdo, a attisé la colère de nombreux musulmans du monde qui croient que Macron vise injustement une religion entière.

Macron a rejeté les allégations, affirmant que la loi vise à protéger les quatre à cinq millions de musulmans du pays, le plus grand nombre d’Europe.

(. avec .)

Attendez, Thor: Love and Thunder ramène-t-il une star surprise de Ragnarok?

Vin Diesel célèbre le 20e anniversaire de «  Le rapide et le furieux  » en partageant une photo emblématique