in

Un conseiller de haut niveau prévient que la France a probablement besoin d’un nouveau verrouillage dès février

Délivré le: 25/01/2021 – 03:19

La France a probablement besoin de passer à un troisième verrouillage, peut-être dès les vacances scolaires de février, en raison de la circulation de nouvelles variantes du virus, a déclaré dimanche le principal conseiller médical du gouvernement sur la politique Covid-19.

Les écoliers français ont deux semaines de congé en février, mais le mois entier est un mois de vacances car trois zones différentes décalent le début de leurs vacances d’une semaine, la première commençant le 6 février.

«Il faut sans doute aller vers un confinement. Que ce soit un confinement très strict comme le premier en mars ou une forme plus douce comme en novembre, c’est une décision politique», Jean-François Delfraissy, chef du conseil scientifique qui conseille le gouvernement sur la réponse de Covid-19, a déclaré à la télévision BFM.

Le gouvernement se réunira mercredi pour décider s’il doit prendre des mesures supplémentaires.

« Si nous ne durcissons pas les réglementations, nous nous retrouverons dans une situation extrêmement difficile à partir de la mi-mars », a déclaré Delfraissy.

Il a déclaré qu’il serait logique de faire coïncider le nouveau verrouillage avec la prochaine relâche scolaire et de prolonger les vacances d’au moins une semaine.

Le 16 janvier, la France a reporté le début d’un couvre-feu nocturne à 1800 HEC pendant au moins deux semaines afin de ralentir la propagation du virus, mais depuis lors, le nombre moyen de nouvelles infections est passé de 18000 par jour à plus de 20 000.

Delfraissy a déclaré que l’arrivée des variantes les plus contagieuses du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud, du Brésil et maintenant de la Californie avait complètement changé la situation de la pandémie au cours des trois dernières semaines.

« Ces nouvelles variantes sont l’équivalent d’une deuxième pandémie », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que les données montrent que la variante britannique est déjà à des niveaux de 7% à 9% des cas dans certaines régions françaises, notamment la région parisienne et qu’elle est désormais imparable, car elle est propagée par les Français, et non plus seulement par les personnes qui viennent. de grande Bretagne.

Il a dit que le seul point brillant était la campagne de vaccination.

« Dans les trois mois de début février à fin avril, nous aurons une course entre l’arrivée de la variante britannique et la vaccination du plus grand nombre de personnes possible », a-t-il déclaré.

Il a déclaré qu’il s’attendait à ce que la France vaccine probablement 6 à 8 millions de personnes d’ici la mi-avril, mais a ajouté que la prévision du ministre de la Santé Olivier Veran de 70 millions de vaccinations d’ici la fin août était peu susceptible de se réaliser.

« Je pense que nous pouvons vacciner environ 40% de la population d’ici la fin de l’été, mais pas plus », a-t-il déclaré.

(.)