in

Une femme fracture le crâne après avoir utilisé un canon à eau lors d’une manifestation anti-verrouillage

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5

Le crâne d’une femme a été fracturé après que la police l’ait explosée avec un canon à eau lors de manifestations anti-verrouillage aux Pays-Bas.

Denisa Stastna et son petit ami ont déclaré qu’ils ne faisaient que filmer les manifestations lorsque sa tête a été poussée contre un bâtiment par l’eau à haute pression provenant du canon ce week-end.

Le ressortissant tchèque a dû avoir plus de 15 points de suture à cause de la fracture, ont rapporté les médias locaux.

«  Nous sommes restés là à filmer et nous sommes partis. Ils n’avaient pas le droit d’utiliser le canon à eau sur nous  », a déclaré Mme Stastna Omroepbrabant.

Son petit ami, Michael Piksel, a insisté sur le fait que le couple n’était «  jamais dehors pour la violence  » et ne filmait que les manifestations à Eindhoven.

Ils ont dit qu’ils allaient prendre des mesures contre la police pour ses blessures.

Denisa Stastna avec un visage ensanglanté.  Denisa Stastna s'est retrouvée avec un crâne fracturé et avait besoin de points de suture après que la police a fait exploser un canon à eau contre des manifestants anti-lockdown aux Pays-Bas.

Denisa Stastna a déclaré qu’elle allait prendre des mesures contre la police (Photo: .)

Femme poussée contre un bâtiment avec un canon à eau.  Denisa Stastna s'est retrouvée avec un crâne fracturé et avait besoin de points de suture après que la police a fait exploser un canon à eau contre des manifestants anti-lockdown aux Pays-Bas.

Le canon à eau a poussé sa tête contre un bâtiment (Photo: .)

Un porte-parole du procureur néerlandais, Janine Kramer, a déclaré: «  Il y a eu une ordonnance d’urgence et plusieurs annonces de votre départ.

«Si vous ne partez pas, vous êtes en principe punissable.

Les manifestations sont intervenues après que les Pays-Bas ont annoncé un couvre-feu strict obligeant les gens à rester chez eux de 21 heures à 4h30 tous les jours.

Des policiers auraient arrêté 240 manifestants après avoir pillé des magasins, incendié et confronté la police.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous envoyant un e-mail à [email protected]

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.