in

L’ONU demande la libération des personnes détenues pour être homosexuelles en Indonésie après la flagellation publique

Exclusif

Les Nations Unies interpellent l’Indonésie suite à la flagellation publique de 2 hommes accusés d’avoir des relations homosexuelles … et demandent la libération de toutes les personnes détenues sur la base de leur orientation sexuelle.

Porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric dit à TMZ … « Nous sommes préoccupés par la détention, l’humiliation publique et les mauvais traitements d’hommes perçus comme homosexuels en Indonésie. »

Dujarric dit qu’il y a des rapports troublants d’attaques violentes contre les personnes LGBTQ + dans le pays, perpétuées par les médias et certains groupes religieux … et la bastonnade des 2 hommes cette semaine par la police de la charia dans la province conservatrice du pays Aceh n’est que le dernier exemple .

L’ONU affirme que le droit international est clair – «toutes les personnes, sans exception, ont droit à la protection de leurs droits humains – et cela inclut les personnes LGBT».

Dujarric affirme que la punition publique infligée aux hommes «viole de multiples normes relatives aux droits humains, notamment celles relatives à la liberté, à un procès équitable, à l’intégrité, à la vie privée, à la dignité, à l’égalité devant la loi, à la non-discrimination et à l’interdiction absolue de la torture et autres traitements cruels, inhumains et dégradants ou une punition. « 

Par conséquent, l’ONU appelle les autorités indonésiennes à «libérer toutes les personnes détenues sur la base de leur orientation sexuelle, à offrir aux personnes victimes d’abus un recours effectif et à revoir la législation qui enfreint les obligations légales de l’Indonésie, y compris la législation pénale locale à Aceh».

Comme nous l’avons rapporté … les 2 hommes qui ont été publiquement cannés – 77 fois chacun – ont été arrêtés en novembre après avoir été dénoncés par des habitants pour avoir eu des relations sexuelles. Ils ont également purgé 3 mois de prison.

Le sexe gay est illégal dans la province d’Aceh en Indonésie, et la flagellation publique est une punition courante là-bas … ce que l’ONU espère mettre fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings