in

Les Russes manifestent à -41 ° C alors que la police arrête 1600 partisans de Navalny

La police arrête un manifestant en Russie et un iPhone montrant des températures de -42 ° C.  Les Russes ont bravé des températures de -42 ° C pour protester contre la libération du critique de Poutine Alexei Navalny.

Plus de 4000 manifestants dans toute la Russie ont été arrêtés aujourd’hui (Photo: .)

Les Russes sont sortis à des températures inimaginables de -41 ° C pour continuer à protester contre l’arrestation du critique de Vladimir Poutine et activiste anti-corruption Alexei Navalny.

Des manifestations exigeant la libération de M. Navalny ont été appelées dimanche dans 142 villes des 11 fuseaux horaires du pays, dans certains des actes d’indignation les plus répandus que le pays ait connus depuis des années.

Les Russes défilent à travers le pays depuis que M. Navalny, 44 ans, a été arrêté le 17 janvier à son retour à Moscou de Berlin, où il était soigné après avoir été empoisonné avec un agent neurotoxique Novichok. Il attribue l’attaque au Kremlin, ce que les responsables russes ont nié.

Le chef de l’opposition a été arrêté dans le cadre d’une affaire de détournement de fonds en 2014, mais il affirme que les accusations sont inventées et motivées politiquement, alors qu’il cherche à gagner le pouvoir politique lors des prochaines élections législatives de septembre.

Plus de 1 600 personnes, dont l’épouse de M. Navalny, Yulia, ont été arrêtées, selon OVD-Info, un groupe qui surveille les arrestations politiques. Cela vient après que près de 4000 personnes auraient été arrêtées le 23 janvier.

À Yakoutsk, surnommée «  la ville la plus froide du monde  », les manifestations se sont déroulées aujourd’hui malgré les températures effrayantes qui ont chuté à -41 ° C.

À environ 1800 kilomètres de là, les manifestants se sont tenus la main et ont dansé en cercle, criant «Poutine est un voleur» et «honte honte honte» sur l’océan gelé de la baie d’Amur, près de Vladivostok.

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5

Alexei Navalny et Yulia Navalnaya tirée d'une vidéo publiée sur le compte Instagram @navalny montre le chef de l'opposition russe Alexei Navalny avant son vol à l'aéroport international de Berlin Brandenburg BER à Schoenefeld, Allemagne, 17 janvier 2021

Alexei Navalny et sa femme Yulia Navalnaya lors de leur vol de retour d’Allemagne en Russie (Photo: EPA)

Des personnes portant des drapeaux nationaux russes participent à une manifestation non autorisée en faveur de l'activiste de l'opposition détenu Alexei Navalny dans le centre de Novossibirsk.

Des personnes portant des drapeaux nationaux russes participent à une manifestation non autorisée en soutien à l’activiste de l’opposition détenu (Photo: TASS / .)

Des agents des forces de l'ordre arrêtent un homme lors d'un rassemblement de soutien au chef de l'opposition russe emprisonné Alexei Navalny à Moscou, en Russie, le 31 janvier 2021.

Des agents des forces de l’ordre arrêtent un homme lors d’un rassemblement à Moscou (Photo: .)

Des images de ce matin ont montré un bateau des forces de l’ordre tombant en panne alors qu’il tentait de chasser les manifestants sur la mer gelée. Plus de 100 personnes ont été arrêtées.

Les chants faisaient référence à un domaine opulent de la mer Noire qui aurait été construit pour le président Poutine sur lequel l’équipe de M. Navalny a publié une vidéo populaire.

À Moscou, les autorités ont introduit des mesures de sécurité sans précédent dans le centre-ville, fermant plusieurs stations de métro près du Kremlin, coupant la circulation des bus et ordonnant aux restaurants et aux magasins de rester fermés.

Il y a eu une forte présence policière à toutes les manifestations et l’armée aurait été appelée à les soutenir à Saint-Pétersbourg, où vit Poutine.

Des manifestations ont également eu lieu dans l’est de la Russie et plus de 500 personnes ont été arrêtées.

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5

La police arrête un manifestant en Russie.  Les Russes ont bravé des températures de -42 ° C pour protester contre la libération du critique de Poutine Alexei Navalny.

Les manifestants à Novossibirsk n’ont pas été découragés par la police anti-émeute en Serbie (Photo: .)

Des agents de la police anti-émeute arrêtent un manifestant lors d'une manifestation non autorisée.Les Russes ont bravé des températures de -42 ° C pour protester contre la libération du critique de Poutine Alexei Navalny.

Les forces de l’ordre russes ont été critiquées au niveau international pour leur brutalité envers les manifestants (Photo: .)

La semaine dernière, des manifestations ont eu lieu en Extrême-Orient russe et en Sibérie, mais une nouvelle présence de la police anti-émeute semble avoir effrayé les gens pour qu’ils restent chez eux.

Cependant, Novossibirsk, la capitale officieuse de la Sibérie, a vu 5 000 marcheurs défier la police et crier «liberté, liberté» et des dizaines d’arrestations.

Les partisans de Navalny ont également bravé le -31 ° C à Krasnoïarsk où ils ont exécuté des danses folkloriques traditionnelles malgré la police armée autour d’eux.

Les forces de l’ordre russes ont été critiquées au niveau international pour la brutalité avec laquelle elles ont traité les manifestants.

Les gens prennent part à une manifestation non autorisée en soutien au militant de l'opposition détenu Alexei Navalny dans le centre de Novossibirsk.

Des gens prennent part à une manifestation non autorisée dans le centre de Novossibirsk (Photo: .)

Des personnes portant des drapeaux nationaux russes participent à une manifestation non autorisée en faveur de l'activiste de l'opposition détenu Alexei Navalny dans le centre de Novossibirsk.  Navalny, condamné avec sursis dans l'affaire Yves Rocher en 2014, a été détenu à l'aéroport Sheremetyevo près de Moscou le 17 janvier 2021 pour violation des conditions de probation.

Des milliers de personnes ont été arrêtées lors des manifestations (Photo: .)

Ils ont entassé de la neige et coupé des arbres pour bloquer les manifestants, gardé des cellules sur roues avec eux pour arrêter rapidement des personnes, utilisé des gaz lacrymogènes dans certains cas et ont été filmés en train de malmener agressivement les journalistes et les manifestants.

Des policiers ont même été filmés en train d’essayer d’écraser des manifestants à Moscou, Saint-Pétersbourg et Vladivostok.

Les procureurs ont également exigé que les plateformes sociales bloquent les appels à rejoindre les manifestations sur Internet.

Le ministère de l’Intérieur a averti sévèrement le public de ne pas se joindre aux manifestations, affirmant que les participants pourraient être accusés d’avoir pris part à des émeutes de masse, passibles d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à huit ans.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous envoyant un e-mail à [email protected]ro.co.uk.

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.