in

Le football français s’enfonce plus profondément dans la crise alors que les appels d’offres pour les droits de télévision échouent

Publié le: 02/02/2021 – 08: 59Modifié: 02/02/2021 – 09:02

La dernière tentative du football français pour remplacer un accord de droits télévisés effondré a échoué lundi lorsque les offres sur un nouvel appel d’offres n’ont pas atteint le prix attendu, plongeant les clubs déjà sous tension dans la crise.

La nouvelle a porté un nouveau coup aux clubs de football à court d’argent qui sont confrontés à de graves difficultés financières en raison de stades vides pendant la pandémie de coronavirus. Cela a accru les craintes d’un écart grandissant entre le Paris Saint-Germain, propriété du Qatar, qui regorge de liquidités, et les petits clubs.

La ligue française a déclaré avoir reçu des offres d’Amazon, de Discovery et de DAZN appartenant aux États-Unis pour montrer les matchs des deux premières divisions, mais a déclaré que toutes les offres étaient inférieures au minimum requis.

« Étant donné que le prix de réserve n’a pas été atteint, les consultations (offres) ont été déclarées infructueuses », a déclaré la ligue dans un communiqué lundi, sans divulguer les détails financiers. « La LFP se donne 48 heures pour définir les prochaines étapes à franchir dans la commercialisation de ses droits », ajoute le communiqué.

Canal +, le diffuseur traditionnel du football français, et beIN Sports, qui diffuse des matchs français depuis plusieurs années, ont été absents de manière frappante du processus de candidature.

Fiasco de Mediapro

Le football français reste plongé dans l’incertitude financière des mois après l’échec d’un énorme accord de droits de diffusion avec la société espagnole Mediapro. L’accord lucratif aurait dû générer plus de 4 milliards d’euros (4,8 milliards de dollars) sur quatre ans pour les deux premières ligues françaises. Au lieu de cela, il a chaviré après seulement quatre mois.

En décembre, la LFP a été contrainte de mettre fin à son accord avec Mediapro, qui a créé une nouvelle chaîne d’abonnement appelée Telefoot pour diffuser les matchs, mais a manqué des paiements prévus de 172 millions d’euros (209 millions de dollars) et 152,5 millions d’euros (185 millions de dollars) avant que la prise ne soit retirée. .

Mediapro a ensuite convenu avec la LFP de payer 100 millions d’euros (122 millions de dollars) afin de pouvoir renoncer à ses droits de jeux, ouvrant ainsi la voie aux droits d’enchères au siège de la ligue à Paris lundi matin.

Combat juridique Canal Plus

La chaîne de télévision française établie Canal + avait semblé à de nombreux observateurs comme l’acheteur le plus probable des droits nouvellement restitués. Au lieu de cela, elle est entrée en conflit avec la LFP ces dernières semaines, exigeant de restituer les droits qu’elle avait acquis pour téléviser des jeux lors du processus d’enchère initial remporté par Mediapro.

Canal + a affirmé que le prix payé à l’époque pour sous-licencier des jeux de beIN Sports – 332 millions d’euros (400 millions de dollars) par an pour seulement deux matchs par semaine – était bien trop élevé compte tenu de la crise de Mediapro.

Le président de Canal +, Maxime Saada, souhaitait que tous les droits soient restitués pour un nouveau processus d’appel d’offres, et pas seulement les 80% des jeux initialement achetés par Mediapro. La LFP n’a pas accepté, Canal + a intenté une action en justice, et ils se rencontreront au tribunal ce mois-ci.

(. avec AP)