in

Malcolm & Marie Review: Un requiem à un amour mourant qui est aussi un piège pour les critiques de cinéma

Dir: Sam Levinson. Mettant en vedette: Zendaya, John David Washington. 15, 106 minutes

Malcolm & Marie de Sam Levinson se sent comme un piège pour les critiques de cinéma. Il suit un couple. L’un est un réalisateur prometteur nommé Malcolm (John David Washington), retournant dans une maison moderniste louée à Malibu après la première de son nouveau film. Il est très apprécié. L’autre, son rendez-vous et petite amie de longue date, Marie (Zendaya) est un acteur périmé dont les expériences de toxicomanie ont peut-être inspiré ce chef-d’œuvre nouvellement salué.

Malcolm est un spectacle de feux d’artifice pour un seul homme – tout ego et promesse de jeunesse, canalisé dans un flux de conscience furieuse. Les critiques n’ont jamais aimé son travail antérieur, donc leur adulation fraîche lui a laissé une amertume privée. Lorsqu’il reçoit une critique (positive) de la «fille blanche du LA Times», cette amertume explose en délire. Elle suggère qu’un de ses personnages «subvertit brillamment le trope du sauveur blanc» – il est convaincu que s’il était un homme blanc, elle aurait dit le contraire. Les critiques, à ses yeux, lisent d’abord l’identité du cinéaste, le contenu de leur film ensuite.

Son monologue, livré à personne en particulier, est l’appât. Levinson, qui a également écrit le scénario du film, est blanc – il a créé Euphoria très applaudi de HBO et son père, Barry, a réalisé Rain Man. A-t-il le droit de parler à travers des personnages noirs de cette manière? Ou est-ce que tirer parti de cette critique ignore un point que Marie propose plus tard, ce film est un effort entièrement collaboratif? Après tout, Zendaya, l’une des principales stars d’Euphoria, était fortement impliquée à la fois dans la conception du film et dans son écriture. Elle est l’une de ses productrices, aux côtés de Washington.

Malcolm souligne l’aspect racial et codé de son film qui est qualifié de «jazzy», tandis qu’une véritable partition de jazz de Labrinth scintille en arrière-plan. L’utilisation par le directeur de la photographie Marcell Rév d’un somptueux noir et blanc, tous tournés sur film 35 mm, appelle une comparaison directe avec des classiques tels que Faces de John Cassavetes ou Who’s Afraid of Virginia Woolf? De Mike Nichols. Malcolm & Marie invite avec taquinerie la catégorisation comme une farce de haut niveau réalisée par une équipe créative s’ennuyant dans le verrouillage (le film a été tourné l’année dernière avec une équipe de 22). Mais la vraie ruse est que tout critique trop irrité par les insultes du film risque de paraître aussi solipsiste que Malcolm lui-même. C’est tellement diaboliquement provocant que c’est impressionnant.



<p> John David Washington et Zendaya traitent ces cycles émotionnels – le silence, les cris, les larmes, le sexe – comme une sorte de tango toxique </p>
<p> » src= »https://static.independent.co.uk/2021/02/03/10/DSC03438-2_R2_rgb.jpg?width=982&height=726&auto=webp&quality=75″ srcset= »https://static.independent.co.uk/2021/02/03/10/DSC03438-2_R2_rgb.jpg?width=320&auto=webp&quality=75 320w, https://static.independent.co.uk/2021/02/03/10/DSC03438-2_R2_rgb.jpg?width=640&auto=webp&quality=75 640w »/></p>
<p>John David Washington et Zendaya traitent ces cycles émotionnels – le silence, les cris, les larmes, le sexe – comme une sorte de tango toxique</p>
<p>  (DOMINIC MILLER / NETFLIX © 2021)</p>
<p>Comme le note Marie, ses échecs de partenaire et de cinéaste sont les mêmes.  Malcolm & Marie n’est pas seulement une méditation sur le cinéma moderne – c’est un portrait épineux et luxuriant d’une relation qui ne peut plus se maintenir, où un partenaire est un égoïste étouffant et l’autre a trop de blessures non cicatrisées.  Le catalyseur d’une dispute marathon est un acte d’insouciance: Malcolm a oublié de remercier Marie lors de son discours.  Elle pense que c’est parce qu’il ne supporte pas de partager la vedette avec quelqu’un dont la voix est si présente dans le film.</p>
<p>Le frisson de Malcolm & Marie réside dans la façon dont les personnages se voient accorder un espace pour être équitables et laids dans une égale mesure – parfois absurde, à la manière de tels arguments égoïstes ont tendance à l’être.  Elle l’appelle «un terroriste émotionnel» avec un visage impassible;  il sombre dans l’hystérie quand il ne trouve pas son portefeuille.  Le silence soudain et humilié qui suit suggère qu’il était dans sa poche depuis le début.</p>
<p>Independent Culture NewsletterLe meilleur du cinéma, de la musique, de la télévision et de la radio directement dans votre boîte de réception chaque semaine</p>
<p>Newsletter Culture Indépendante</p>
<p>Washington et Zendaya traitent ces cycles émotionnels – le silence, les cris, les larmes, le sexe – comme une sorte de tango toxique.  Il est la star de cinéma habile que nous avons vue dans Tenet, se balançant dans le salon pour « Down and Out in New York City » de James Brown, mais avec un enfant impatient criant à l’attention en dessous.  Zendaya, sa voix douce et détachée, échange des dévastations tranquilles: un rire amer ici, un front froissé là.  Il y a une manière spécifique dont elle jette la tête en arrière, le menton haut, qui donne l’impression que Marie est dans une bataille constante pour préserver sa fierté.</p>
<p>Au début du film, elle prévient: « Je vous le promets, rien de productif ne sera dit ce soir. »  Malcolm & Marie offre le plaisir distinct de se délecter de la douleur et des passions de quelqu’un d’autre, tout l’air chaud et un fatalisme enivrant.  C’est le requiem d’un amour à la porte de la mort.
<!-- WP QUADS Content Ad Plugin v. 2.0.20.1 -->
<div class=