in

Malcolm & Marie: Nous devons parler de la violence psychologique

F

Si quinze minutes après le début de Malcolm & Marie, le film Netflix en noir et blanc de Sam Levinson sur un cinéaste vaniteux et son partenaire, nous entendons le mot «abus». Malcolm (John David Washington) est assis à la table de la cuisine en train de manger du macaroni au fromage, déchirant verbalement sa petite amie Marie (Zendaya) entre deux bouchées.

«Vous êtes mentalement instable», crie-t-il. «F *** ing délirant!» Poussée par son petit ami de cinq ans, Marie émerge bientôt de l’autre côté de la pièce: «Est-ce que vous me criez et me rabaissez de l’autre côté de la maison parce que vous êtes trop occupé à manger du macaroni au fromage?» rétorque-t-elle. «Savez-vous à quel point il est dérangeant de pouvoir compartimenter à un tel point que vous pouvez me maltraiter en mangeant du macaroni au fromage?» Cela attire l’attention de Malcolm. «Vous maltraiter?» il se moque. «Abusez-moi verbalement.» Marie répond, incitant Malcolm à la remercier pour la «clarification importante» avant de lui dire de «sortir le f *** d’ici».

Ce n’est qu’un des nombreux incidents troublants du film. L’histoire découle d’un argument singulier sur l’échec de Malcolm à remercier Marie dans son discours lors de la première de son film plus tôt dans la soirée. Un film qui, selon Marie, est basé sur son histoire de dépression, de dépendance et de récupération éventuelle vers la sobriété. Mais au fur et à mesure que le film se déroule, il devient clair que les fissures dans leur relation sont profondes. Leur histoire est compliquée par des déséquilibres de pouvoir, des différences d’âge et la toxicité séduisante d’une dynamique push-pull qui les maintient dans un état perpétuel d’être à la fois fascinés et enragés les uns par les autres.

Lire la suite

Les critiques ont réprimandé l’importance du film, certains le qualifiant même de prétentieux. Mais ce qui est le plus inquiétant, c’est la manière dont Malcolm & Marie a été présenté. Pas comme un film sur une relation émotionnellement abusive, mais comme une histoire d’amour. La description sur Netflix, par exemple, fait référence à une «nuit tumultueuse [that] va tester les limites de leur amour », tandis que le matériel promotionnel porte le slogan« follement amoureux ». Même Levinson lui-même a admis qu’il ne savait même pas si cette relation est saine ou toxique, une question qu’il pose explicitement au spectateur à la fin du film en jouant «Libération» d’Outkast, qui porte le refrain «il y a une ligne fine entre l’amour et la haine ».

Mais les téléspectateurs ne sont pas aussi ambivalents, beaucoup conseillant aux survivants d’abus de réfléchir à deux fois avant de le regarder. «Je me suis mis à l’écoute de ce film pour soutenir Zendaya et parce qu’il était commercialisé comme un film sur l’amour, à mon avis, il ne s’agit absolument pas d’amour à quelque titre que ce soit», a tweeté une personne. Un autre a ajouté: «Il est intéressant qu’ils la commercialisent comme une histoire d’amour alors que c’est tout le contraire. C’est une histoire d’abus émotionnel et mental dans une relation amoureuse. »D’autres se sont concentrés sur les spécificités du comportement de Malcolm. «La façon dont il lui hurlait dessus, l’insultait et la mettait en lumière ne me plaisait pas du tout et me rendait vraiment anxieuse», a noté un spectateur. Un autre a ajouté: «Malcolm et Marie n’était qu’un film relatant la violence psychologique, vous ne pouvez pas me convaincre du contraire.»

Refuge, l’organisme de bienfaisance national du Royaume-Uni qui soutient les survivants de violence conjugale, déclare qu’il existe différents types de comportement qui pourraient être considérés comme de la violence psychologique. Celles-ci incluent les injures, les menaces, la manipulation, les feux de gaz et le charme immédiatement après avoir été abusif. Mais, comme l’indique l’organisme de bienfaisance Relate, ce type d’abus est souvent considéré comme une «zone grise». En effet, ce n’est que l’année dernière que le gouvernement a adopté un projet de loi qui verrait la violence psychologique légalement reconnue comme un crime dans le cadre du projet de loi sur les abus domestiques 2019-21. Le projet de loi souligne que la violence domestique «n’est pas seulement de la violence physique, mais peut aussi être une violence émotionnelle, coercitive ou dominante et économique», indique le site Web du gouvernement.

(DOMINIC MILLER / NETFLIX © 2021)

Nous voyons beaucoup des comportements susmentionnés chez Malcolm & Marie. Tout au long du film, les deux protagonistes dissèquent et démantèlent les personnages avec une cruelle précision comme s’il s’agissait d’une compétition pour voir qui peut causer la douleur la plus émotionnelle. Elle critique son ego, l’appelle «médiocre» et le manipule en lui faisant croire qu’elle consomme encore de la drogue, allant même jusqu’à coucher avec ses amis pour prouver un point. Mais ce sont Malcolm dont les paroles piquent le plus.

Infolettre INDY / LIFE Laissez-vous inspirer par les dernières tendances lifestyle chaque semaine

Infolettre INDY / LIFE Laissez-vous inspirer par les dernières tendances lifestyle chaque semaine

Il la traite de «jalouse» quand elle essaie d’expliquer à quel point elle a été blessée que Malcolm ne l’ait pas choisie, un ancien acteur, dans son film, exploite son histoire avec dépendance pour la rabaisser («c’est ce qui vous rend si f *** unique, non? »), et lui jette sa tentative de suicide au visage. Malcolm soulève les différences entre la violence physique et verbale pour tenter de suggérer que cette dernière est moins problématique. En fait, ce film est un exercice pour illustrer pourquoi ce n’est pas le cas.

Comme dans de nombreuses relations toxiques, pour Malcolm et Marie, leur vie sexuelle n’est pas freinée par leur dysfonctionnement, mais alimentée par celui-ci. Un moment, ils hurlent dans le visage l’un de l’autre et le suivant, ils s’étouffent de baisers avec le même degré de passion. Mais même lorsque les sons que font les personnages sont ceux du plaisir plutôt que de la douleur, ils ne se font pas moins de mal les uns aux autres, note la thérapeute senior Sally Baker. «Dans les relations émotionnellement abusives, le sexe peut devenir purement transactionnel», dit-elle, notant comment, dans une scène, Marie a l’air de faire une fellation à Malcolm alors il se calme avant de soulever un autre problème qu’elle avait avec son film.

«  Les scènes où ils sont tous sur les autres ne sont pas différentes de leurs scènes de dispute  »

(DOMINIC MILLER / NETFLIX © 2021)

«Les scènes où ils sont tous sur les autres ne sont pas différentes de leurs scènes de dispute», ajoute Baker. «Les deux sont caractérisés par la fureur, la vengeance et l’adrénaline.» Malcolm souligne lui-même cette dichotomie vers la fin du film, quand il dit à Marie qu’il passe de vouloir à «couper [her] arrêter « une minute pour vouloir » embrasser [her] beau petit visage stupide le prochain ». Quelques instants plus tard, il demande à Marie s’ils doivent se marier, car il a l’impression qu’ils vont se marier et divorcer «au moins» plusieurs fois pour qu’ils puissent aussi bien commencer. Ils commencent à s’embrasser, puis ils recommencent à se disputer.

Tout cela, soutient Baker, montre à quel point les relations abusives normalisées sont devenues pour tant de gens. «C’était moche et déclencheur de regarder la façon dont leur dynamique est présentée», ajoute-t-elle. Ceci est également réitéré à la fin du film, lorsque Malcolm se réveille le lendemain matin pour trouver Marie seule devant leur propriété. Il se tient à côté d’elle en silence, laissant le spectateur avec un sentiment inquiet qu’une répétition de la soirée précédente n’est pas loin pour ce couple. Et tant qu’ils seront ensemble, cela ne le sera jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings