in

Le directeur de 6ix9ine Docuseries qualifie le rappeur de «  vraiment horrible humain  »

Le directeur d’un prochain docu-série n’a pas beaucoup de belles choses à dire sur le rappeur.

Lors d’une conversation avec Page Six, Supervillain: The Making of Tekashi 6ix9ine directeur Karam Gill a expliqué que le natif de Brooklyn est loin d’être un enfant naïf qui a été aspiré à vouloir la gloire et la fortune.

« Je pense que les téléspectateurs seront choqués de réaliser à quel point le rappeur est hyper calculé », a déclaré Gill. «Tekashi était quelqu’un qui n’a jamais rien fait en ligne par accident. Chaque clic, mot et action en ligne a été conçu avec soin pour susciter une réaction. »

Le réalisateur n’a pas rencontré personnellement 6ix9ine pour réaliser le projet en trois parties. Au lieu de cela, la série est basée sur le long métrage Rolling Stone de Stephen Witt de janvier 2019 «Tekashi 6ix9ine: The Rise and Fall of a Hip-Hop Supervillain». Bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés en face à face, Gill pense qu’il a suffisamment d’informations pour porter un jugement sur le personnage de l’artiste.

«Le public et les médias le détestent parce qu’il est vraiment un être humain horrible qui a fait des choses terribles», a déclaré Gill. «Et d’un point de vue global, il adore susciter et aggraver, ce qui déclenche naturellement une réaction.»

C’était en plein écran lorsque 6ix9ine a provoqué Meek Mill dans une altercation quasi physique ce week-end. En dépit d’être un informateur connu avec la surveillance policière et la sécurité, 6ix9ine a récité les paroles de « Back in Blood » de Pooh Shiesty en criant que Meek se déplace avec des flics en congé. Comme les bœufs et les incidents qui ont fait de lui un nom familier, 6ix9ine a filmé toute la rencontre, créant un moment viral.

Non seulement Tekashi a menacé la vie de rappeurs emblématiques bien-aimés comme Chief Keef, mais il a également ébranlé le rap et la culture de la rue en travaillant ouvertement avec les autorités fédérales. Ce type de comportement a failli éloigner Gill du projet, mais il a fini par créer la série parce qu’il a l’impression que c’est une «histoire importante».

«Je n’ai jamais vraiment voulu explorer l’histoire de Tekashi en particulier, et j’étais en fait hésitant à propos du projet au début à cause de la façon dont il était un individu si toxique dans notre culture», a poursuivi Gill. « [But] d’un point de vue plus large, j’ai réalisé que c’est une histoire extrêmement importante qui met en lumière notre situation en tant que culture. Nous vivons à l’ère de la célébrité fabriquée, où les gens peuvent créer des personnages en ligne inauthentiques et devenir célèbres sans aucun talent ni aucune morale. L’histoire de Tekashi est exactement cela – c’est quelqu’un qui a réalisé le pouvoir d’avoir sa propre plate-forme.

La série en trois parties de Showtime Supervillain: The Making of Tekashi 6ix9ine fera ses débuts le 21 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.