in

Les manifestants critiquent le projet de loi «  anti-musulman  » français avant le vote parlementaire

Délivré le: 15/02/2021 – 08:25

Les militants se sont rassemblés dimanche à Paris pour exiger que le gouvernement français abandonne un projet de loi visant à éradiquer l’extrémisme islamiste qui, selon les manifestants, pourrait piétiner la liberté religieuse et faire de tous les musulmans des suspects potentiels.

Les législateurs français tiennent un vote clé mardi sur le projet de loi, qui devrait gagner l’approbation des deux chambres du parlement. Le débat législatif intervient au milieu des craintes persistantes de violence extrémiste après qu’un radical islamique a décapité un professeur d’histoire et d’autres attaques récentes.

Le gouvernement centriste du président Emmanuel Macron soutient que le projet de loi est nécessaire pour protéger les valeurs françaises telles que l’égalité des sexes et la laïcité, et pour empêcher les idées radicales de prendre racine et d’inspirer la violence.

Mais ceux qui ont manifesté dimanche ont déclaré que la France disposait déjà d’outils juridiques pour le faire et que le projet de loi stigmatisait la religion n ° 2 du pays même si la majorité des musulmans français n’épousaient pas les opinions extrémistes.

Certains l’ont décrit comme un stratagème politique de Macron pour gagner les électeurs conservateurs et d’extrême droite avant l’élection présidentielle de l’année prochaine.

«Cela ne vaut pas la peine d’attaquer toute une communauté parce qu’une personne a fait un acte horrible», a déclaré Zeyneb Bouabidi, une femme de la banlieue parisienne de Conflans-Saint-Honorine, où le professeur Samuel Paty a été décapité en octobre après avoir montré ses caricatures de classe du prophète. Muhammad a publié dans le journal satirique Charlie Hebdo pour une discussion sur la liberté d’expression.

Bouabidi a décrit avoir été victime de discrimination occasionnelle à l’université et dans son travail en raison de son nom à consonance arabe, et craint que des lois comme celle-ci ne aggravent les choses.

«Ils font des commentaires comme« retournez dans votre pays ». Mais je suis dans mon pays! Je suis née en France », dit-elle.

Un collectif de groupes musulmans, antiracistes, de gauche, pro-palestiniens et autres militants a organisé dimanche un rassemblement près du Trocadero Plaza en face de la Tour Eiffel pour demander que le projet de loi soit abandonné. Environ 150 personnes ont pris part à la manifestation pacifique, y compris des musulmans et des non-musulmans.

Le gouvernement insiste sur le fait que le projet de loi ne cible pas les musulmans. Il cherche à mettre un terme à la délivrance de certificats de virginité, à la polygamie et au mariage forcé. Il réprimerait l’enseignement fondamentaliste en exigeant que tous les enfants de trois ans et plus soient scolarisés, et resserrerait les règles sur le financement et le fonctionnement des mosquées et des associations religieuses.

D’autres religions, des bouddhistes aux catholiques romains, se sont plaints qu’elles pourraient également souffrir des retombées du projet de loi.

(AP)

‘Love Alarm’ Saison 2: date de sortie de Netflix en mars 2021 annoncée

Shawn Mendes embrasse les orteils de Camila Cabello dans le message de la Saint-Valentin