in

Bombay Begums : une association indienne de défense des droits de l’enfant demande à Netflix d’arrêter la diffusion de la série

Sorti cette semaine sur Netflix, Bombay Begums est une série sur cinq femmes issues de différentes classes sociales qui tentent de s’en sortir dans la ville moderne de Mumbai, anciennement Bombay.

Une agence gouvernementale indienne chargée de la protection des droits de l’enfant a demandé à Netflix d’arrêter immédiatement la diffusion de sa nouvelle série dramatique « Bombay Begums » après avoir examiné des plaintes concernant des scènes montrant des enfants consommant des drogues.

Dans une lettre adressée à Netflix jeudi en fin de journée, la Commission nationale pour la protection des droits de l’enfant (NCPCR) a demandé au géant américain du streaming d’enquêter sur la question et de soumettre un rapport dans les 24 heures, sous peine de s’exposer à d’autres mesures. L’avis de la NCPCR faisait référence à un tweet où un utilisateur s’est opposé à une scène montrant « des mineurs prenant de la cocaïne ».

« Les séries présentant ce type de contenu vont non seulement polluer les jeunes esprits des enfants, mais peuvent également entraîner des abus et une exploitation des enfants », indique l’avis du NCPCR. Netflix n’a pas répondu à la demande pour le moment.

Cette controverse est la dernière en date à toucher les plateformes de streaming vidéo comme Netflix et Amazon Prime Video en Inde, où elles ont également fait l’objet de plaintes pour promotion d’obscénités ou atteinte aux sentiments religieux. Les dirigeants du secteur affirment que ces plaintes vont à l’encontre de la liberté de parole et d’expression dans le pays.

L’année dernière, un membre de l’aile jeunesse du parti au pouvoir en Inde a déposé une plainte auprès de la police contre Netflix pour protester contre des scènes de la série A Suitable Boy montrant une fille hindoue embrassant un garçon musulman avec pour toile de fond un temple hindou.

Amazon a récemment été impliqué dans des affaires judiciaires suite à des allégations selon lesquelles son drame politique « Tandav » dépeint les dieux hindous de manière désobligeante.

Vendredi, plusieurs utilisateurs ont tweeté leurs objections et leur soutien à la nouvelle série de Netflix, faisant de #BombayBegums une tendance de premier plan sur le site de microblogging.

« Si votre enfant est influencé à se droguer par des scènes dans lesquelles une jeune fille prend de la cocaïne …. Vous devez parler à votre enfant, pas à la série », a déclaré Sahir, un utilisateur de Twitter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.