in

Les Traducteurs (OCS) : un thriller divertissant et plein de surprises pour passer un bon moment

Avec un casting international et une grande envie de surprendre le spectateur, Régis Roinsard présente son deuxième long métrage après « Populaire ». Sept ans plus tard, il revient avec Les Traducteurs, un thriller plein de surprises qui n’a d’autre prétention que de nous faire passer un bon moment. C’est une chose très digne et reconnaissante à faire après quelques semaines au cours desquelles le reste des nouveautés a à peine essayé de le faire.

Ils étaient neuf !

Au premier coup d’œil, il est déjà aussi séduisant qu’incroyable. Un « who did it », avec son coupable caché parmi un groupe d’inconnus, dans le monde des maisons d’édition et des best-sellers. Coécrit par le réalisateur lui-même avec Daniel Presley et Romain Compingt, le film est attendu avec impatience lorsque le cinéaste déclare que l’histoire lui est venue lorsqu’il a découvert que le roman de Dan Brown, « Inferno », avait été traduit dans un bunker où une douzaine de traducteurs avaient été enfermés pour garder le secret.

Neuf traducteurs de neuf nationalités différentes sont engagés pour traduire le dernier ouvrage d’un
le dernier livre d’une trilogie d’un million de dollars. Pour mener à bien leur mission, ils doivent rester dans un bunker de luxe, sans contact avec le monde extérieur. Lorsque les dix premières pages du manuscrit sont publiées en ligne, le travail de rêve se transforme en cauchemar ; le voleur se révèle être l’un d’entre eux et l’éditeur fera tout pour le démasquer. Le premier film de Régis Roinsard avait un budget conséquent de 17 millions d’euros, mais malgré les nominations aux Césars, il n’a pas réussi à décoller au box-office et auprès des critiques. Huit ans plus tard, le cinéaste a réuni un casting impressionnant et multiculturel : Lambert Wilson, Olga Kurylenko (Sentinelle), Sidse Babett Knudsen, Eduardo Noriega, Alex Lawther, Riccardo Scamarcio, Frédéric Chau, Sara Giraudeau, Anna Maria Sturm, Manolis Mavromatakis et Maria Leite forment l’équipe d’interprètes impeccables d’un thriller idéal pour une mauvaise après-midi d’allergies et de pandémies.

Chacun d’entre eux est obligatoirement stéréotypé, car ne l’oublions pas : Régis Roinsard fait ici son propre best-seller et pour cela, il a besoin de jouer avec les codes du genre et avec les personnages. Ce choix joue à la fois pour et contre lui, torpillant parfois ses intentions, bien que lorsqu’il décide de voler libre et déchaîné, il offre de fortes doses de plaisir. Contrairement au formidable dernier film de Rian Johnson, la situation est ici beaucoup moins maîtrisée.

Des poignards dans le dos

Lorsque le film change de cap, il met tout son effort dans la recherche constante de chocs par la déconstruction d’une réalité donnée et la révélation d’informations quelque peu maladroitement cachées dans le seul but d’époustoufler le spectateur. Il est également juste de reconnaître que certains de ces rebondissements impossibles sont presque un soulagement pour ne plus prendre au sérieux ce qui se passe.

Les Traducteurs essaient, ou du moins semblent essayer, de mettre en avant le pouvoir des mots. Dans un climax désespéré de plusieurs que nous retrouverons dans son troisième acte sauvage, l’équipe de traducteurs utilise la langue comme élément clé de la guerre, bien qu’en réalité, tout ce qu’elle réussit à faire est de montrer une équipe d’acteurs s’amusant à jouer avec des accents du monde entier.

L’avis d’Urban Fusions en bref

En fin de compte, ce qui nous reste dans Les Traducteurs a beaucoup de mérite et est plus intéressant que ce que nous aurions pu imaginer au départ. Oubliez les adaptations luxueuses de Stieg Larsson ou le cinéma de studio made in Hollywood. Les Traducteurs est un excellent thriller de série B, à l’esprit léger, plus proche des œuvres du « Best Seller » de Larry Cohen que des pirouettes narratives grandiloquentes de David Fincher. Nous avons besoin de beaucoup plus de séries B.

Les Traducteurs est disponible en streaming sur OCS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.