in

Invincible (série animée) : Amazon propose une adaptation épique, violente et follement drôle du comic par Robert Kirkman

Dispo sur Amazon Prime Video, l’animé Invincible est l’adaptation du comic de super-héros, réalisé par Robert Kirkman (The Walking Dead)

Malgré l’essor qu’a connu le secteur au cours de la dernière décennie, et le fait qu’elles prolifèrent actuellement comme des champignons, les adaptations de comics au grand ou au petit écran – et, en bref, de toute fiction qui fait le saut dans un format différent -, continuent d’être un terrain très délicat où trouver le point exact de fidélité à la source sans affecter le produit final, et sans que le fandom ne hurle à tout changement nécessaire, est une mission presque impossible.

Le terme « adaptation » n’est en aucun cas synonyme de copie d’intrigues, de dialogues, de scènes et de rebondissements dramatiques ; et lorsqu’il s’agit de passer du dessin animé à l’image animée, les différences entre les deux médias rendent le défi encore plus grand ; bien que la cadence et la progression de la narration, le style cinétique et plastique du dessin en deux dimensions, et le caractère épisodique divisé en courts numéros typiques du neuvième art font que, de toutes les options, une série animée est parfaite pour tenter de réaliser le miracle.

De toutes les tentatives de capturer l’essence d’une épopée super-héroïque en bande dessinée, Invincible est peut-être l’une des meilleures que le panorama audiovisuel récent nous ait offertes. Il réinterprète l’univers de l’œuvre sur papier déjà exceptionnelle de Robert Kirkman, Cory Walker et Ryan Ottley dans un spectacle hilarant et sauvage qui transpire la comédie dans chacune de ses images.

Une adaptation du contexte

Dans une certaine mesure, il n’est pas du tout surprenant que la version cathodique d’Invincible se soit avérée être le petit bijou dont nous parlons ; Kirkman, Walker et Oatley – qui font office de showrunners en s’adaptant eux-mêmes -, en plus, comme il est logique, de connaître parfaitement le matériau, avaient une histoire et un traitement des personnages à encadrer dès le point de départ de la production, qu’ils ont tordus juste assez pour trouver un équilibre presque parfait.

Le premier épisode de la série indique très clairement l’intention du trio de co-créateurs, qui choisit d’appuyer sur l’accélérateur et de conclure les 45 premières minutes par un rebondissement au milieu de l’arc intitulé « Huit, ça suffit ». De cette façon, le début laisse l’équipe des adolescents hors de l’équation, et joue avec les intrigues secondaires originales – en les allégeant ou en les omettant – pour retarder le conflit principal et augmenter la dose de suspense.

Malgré ces changements substantiels, il ne fait aucun doute qu’Invincible est extrêmement fidèle à l’œuvre imprimée, ne s’en éloignant que pour optimiser sa narration et insuffler à l’ensemble un rythme supplémentaire qui invite à dévorer les épisodes les uns après les autres presque sans sourciller.

Cette capacité à accrocher est grandement renforcée par un ton hérité du dessin animé, qui se targue d’un sens de l’humour enviable et s’abreuve des tropes du sous-genre pour virer vers la satire avec beaucoup d’intelligence, et avec une formidable légèreté également présente dans leurs dialogues réussis.

L’animation est tout aussi respectueuse du travail de Cory Walker et Ryan Ottley – bien qu’avec quelques variations dans le design des visages – spectaculaire dans ses décors vibrants, et ne lésine pas lorsqu’il s’agit de devenir violent et explicite quand la situation l’exige.

Le tout est complété par la remarquable bande-son de John Paesano et une collection de voix de premier ordre – dont des noms comme J.K. Simmons, Steven Yeun, Sandra Oh ou Walton Goggins-, le résultat est une adaptation exemplaire sous de multiples aspects qui remplit deux objectifs principaux : satisfaire les connaisseurs de l’aventure de Mark, Eve et compagnie sur la base d’une fidélité et de suffisamment de changements pour retenir leur attention, et attirer un public néophyte qui, sûrement, appréciera comme le plus grand nombre une épopée super-héroïque unique en son genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.