in

Qui a tué Sara ?, la série Netflix est un thriller divertissant réunissant mystère, drame et érotisme

Qui a tué Sara ? est la nouvelle série mexicaine de Netflix sortie le 24 mars. Créé par José Ignacio Valenzuela, il s’agit d’une proposition curieuse, presque un hybride entre le thriller et le feuilleton sur un homme qui retrouve sa liberté après avoir passé 18 ans en prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Il va maintenant chercher à clarifier ce qui est réellement arrivé à sa sœur, cherchant également à se venger de la famille responsable de tous ses maux.

C’est pourquoi les sauts temporels sont constants dans Qui a tué Sara ? pour essayer de jouer avec l’incertitude du spectateur sur ce qui a causé la mort du personnage joué par Ximena Lamadrid. En fait, la série semble plus intéressée par les détails de ce qui s’est passé que par le fait de vraiment jouer le désarroi sur l’identité du responsable, ce qui détonne un peu avec sa tendance à l’excès et à l’abondance de rebondissements, pensant probablement que ces temps de narration sont vitaux pour ne pas perdre l’attention du spectateur.

Un cocktail insolite

Dès les premières minutes de Qui a tué Sara ?, la tension interne qui marque la série est frappante, quelque part entre le thriller pur et le soap opera plus déchaîné. Au niveau des visuels, tout semble pencher plutôt dans la seconde direction, optant pour un style lumineux et un peu plat sans doute pour mettre en valeur la vie luxueuse de certains des protagonistes mais qui ne colle pas tout à fait avec le mystère qui nous est posé. C’est comme si la série voulait être quelque chose qui ne correspond pas tout à fait à ce que les scénarios proposent.

Et il est vrai que dans chaque feuilleton, il y a généralement un peu de thriller, mais c’est quelque chose qui surgit généralement en cours de route, avec des hauts et des bas assez clairs pour que d’autres genres – en particulier la romance, mais il y a généralement de la place pour d’autres – gagnent en présence selon les besoins de l’occasion, mais ici, dès le premier moment, c’est le pari parce qu’il est la colonne vertébrale et n’est jamais laissé en arrière-plan. Du moins pendant les six épisodes que j’ai vus, et je doute que cela change dans la dernière ligne droite.

De cet allié inattendu du protagoniste dans une intrigue qui semble plus typique du début de deux décennies auparavant à tous les secrets cachés par les membres de la famille Lazcano, « Qui a tué Sara » parie à tout moment sur l’intensité pour essayer de garder le spectateur intéressé par ce qui se passe. C’est là qu’elle réussit, car il est très difficile de s’ennuyer avec la série, même si ses responsables ne finissent jamais par trouver une façon idéale d’explorer ce qu’elle raconte.

Une série déséquilibrée mais sans complexe

Il y a des moments où il est trop affecté, tandis que dans d’autres, il reste dans un no man’s land transmettant la gravité de la situation. Cela nous conduit au fait que nous sommes face à une série manifestement déséquilibrée, qui s’appuie davantage sur des événements qui se produisent constamment – qu’il s’agisse de trahisons, de sexe ou de vérités révélées -, qu’ils contribuent ou non réellement à l’évolution de la série, qu’ils soient inutiles ou que le rebondissement qu’ils proposent soit déjà vu depuis longtemps.

Alors que reste-t-il pour une série qui se promène à tout moment entre deux styles apparemment opposés en faisant plusieurs faux pas ? Le rythme. Parfois, on a juste envie de passer un moment divertissant, sans trop se soucier de la manière de l’obtenir, et là, « Qui a tué Sara ? » y répond précisément par le fait de ne jamais finir par opter ouvertement pour vouloir être quelque chose de très concret.

Il est vrai que cela ne permet pas aux acteurs de briller, où il n’y a pas une grande différence entre ceux qui le font mieux et ceux qui ne transmettent presque rien au spectateur parce qu’ils ont tendance à atteindre cette uniformité que dans la narration ils essaient d’éviter à chaque pas. Personnellement, la présence de Ginés García Millán était ma principale motivation pour lui donner une chance et je ne peux pas dire qu’il brille, surtout par rapport à ses co-stars.

Ce qui résulte de tout cela aurait pu facilement être un non-sens sans tête ni pieds, car il entre aussi sans complexe dans l’invraisemblable sans vraiment s’en réjouir, mais comme une ressource pour que tout avance. Et il est curieux qu’ils soient en même temps des coups d’effet narratifs mais qu’ils soient abordés de telle manière qu’ils semblent vouloir le faire passer en douce comme une extension naturelle de ce qui a été exposé jusqu’alors, quelque chose de plus difficile à accepter dans certains cas que dans d’autres.

L’avis d’Urban Fusions en bref

Je ne peux pas dire que Qui a tué Sara ? soit une grande affaire et je suis convaincu que certaines personnes finiront par en être désespérées, mais cela ne veut pas dire que ce cocktail apparemment impossible ne m’a pas diverti. Pas assez pour le regarder en une seule fois, mais après avoir vu le premier épisode, j’ai fini par en regarder trois, malgré ses limites évidentes sur certains aspects. Il faudra bien faire quelque chose alors que mon plan initial était de regarder un épisode et ensuite un film…

Et pour ceux que ça intéresse, on vous explique la fin de Qui a tué Sara ?.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.