in

Baghdad Central (Arte) : un irakien à la recherche de sa fille enlevée dans la série britannique

On regarde ou on zappe Baghdad Central sur Arte ?

Ce jeudi 8 avril à 20h55 sur Arte, découvrez Baghdad Central, une série britannique dramatique sur la guerre en Irak racontée du point de vue des Irakiens. La série relate l’histoire d’un ancien policier incarné par Waleed Zuaiter, qui se laisse recruter pour travailler pour les forces américaines et britanniques, dans l’espoir que cela l’aidera à retrouver sa fille kinappée. Reste à savoir si la série tient ses promesses.

Attention spoilers sur la série Baghdad Central

La série débute dans un marché animé de Bagdad en mars 2003 alors que les Etats-Unis sont sur le point d’envahir Bagdad, la ville natale de Muhsin Kadr al-Khafaji (Waleed Zuaiter). Sawsan (Leen Lubany), sa fille, n’aime pas Sadaam Hussein et nourrit l’espoir de la démocratie. Bientôt les bombes vont commencer à tomber, des explosions orangées commençant à envahir le ciel nocturne.

Ensuite, on se retrouve 8 mois plus tard alors qu’une coalition américaine est aux commandes. Muhsin est maintenant un ancien policier, il vit dans un appartement miteux et s’occupe de sa fille cadette, Mrouj (July Namir), qui est malade et a besoin de dialyses régulières. Le téléphone sonne. Sawsan est partie pour ses cours à l’université il y a deux jours et n’a pas été revue depuis. Il commence à fouiller et apprend qu’elle travaillait comme traductrice pour les Américains. Mrouj a gardé le secret et a la liasse de dollars américains pour le prouver. Il essaie de faire pression sur le professeur de Sawsan, Zubeida Rashid (Clara Khoury), qui sait quelque chose mais ne le dit pas. Pendant ce temps, l’une des amies de Sawsan, Sanaa (Nora El Koussour), apparaît très meurtrie ; son cousin, un militant irakien, a enlevé un Américain avec lequel elle a une relation amoureuse.

Une nuit, la porte de Muhsin s’ouvre en trombe. Des soldats américains s’agenouillent sur son visage, le menottent, l’emmènent dans un centre de détention et le torturent brutalement, comme ils ont l’habitude de le faire. Il est accusé d’être un chef de milice, ce qui, franchement, sent la merde de yak. Il est traîné dans le bureau de Frank Temple (Bertie Carvel), un sac cynique de merde de yak qui force Muhsin à travailler pour les forces d’occupation, parce qu’être un connard est leur travail à tous les deux, bien qu’avec quelques différences dans le concept et l’exécution. Il y a la sécurité, la médecine et tout le reste pour lui s’il accepte, dit Temple. Muhsin rentre chez lui, regarde sa fille malade, puis, avec autant de détermination que de résignation, pousse son fauteuil roulant dans la zone verte.

L’avis d’Urban Fusions

Le premier épisode de Baghdad Central offre une narration vive, des personnages forts et une oreille attentive aux dialogues cauteleux. Muhsin est à la fois une personne triste et un dur à cuire plein de ressources, et ce qui nous pousse à le soutenir – outre sa mission manifestement juste – c’est le fait que nous ne savons pas encore de quoi il est capable. La série repose sur la performance de Waleed Zuaiter, dont le personnage se situe entre confiance et désespoir.

La série tisse avec soin des tons cyniques et sincères : La séquence de torture est brutale et réaliste – les Américains saisissent littéralement sa moustache et l’arrachent – tandis que Corey Stoll joue le rôle d’un capitaine de l’armée américaine qui cache probablement quelque chose d’affreux sous son sourire en coin. (Les Occidentaux, en fait, sont dépeints comme des abrutis misanthropes, et il est amusant de voir les stéréotypes circuler dans la direction opposée pour changer). Le personnage de Zubeida offre un teasing convaincant pour un potentiel sous-texte féministe : « Les femmes dans l’Irak d’aujourd’hui ont l’habitude de disparaître », dit-elle. C’est difficile à regarder, puis c’est facile à regarder, puis difficile à regarder à nouveau. Mais Zuaiter gère tout cela de façon agréable, ancrant ce qui est, jusqu’à présent du moins, un drame serré et bien conçu.

Les trois premiers épisodes de Baghdad Central sont diffusés sur Arte le jeudi 8 avril à partir de 20h55, les trois suivants (et derniers) seront diffusés le jeudi 15 avril toujours sur Arte. La série est également disponible en intégralité sur arte.tv du 1er avril au 7 mai 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.