in

Thunder Force (Netflix) : le film de super-héros avec Melissa McCarthy et Octavia Spencer

Dispo sur Netflix à partir de ce vendredi 9 avril, Thunder Force essaie de donner une nouvelle tournure au film de super-héros.

Certaines personnes n’ont pas le moindre intérêt pour les histoires de super-héros, mais cela ne veut pas dire que ces personnages ne sont pas les plus grandes stars d’Hollywood depuis quelques années maintenant. Naturellement, ils ont également trouvé leur place sur Netflix avec des titres comme « Daredevil », « The Umbrella Academy », « Origines secrètes » ou « The Old Guard ». La plateforme n’a aucune raison de les laisser de côté et ce vendredi 9 avril, nous avons la preuve qu’elle va continuer à les stimuler avec la sortie de Thunder Force.

En fait, le fait d’être un film de super-héros était sur le papier la grande différence entre Thunder Force et Tammy, The Boss, Mère incontrôlable à la face et Superintelligence, les quatre précédentes collaborations du cinéaste Ben Falcone avec l’actrice Melissa McCarthy, avec la coïncidence que les deux sont mariés depuis plus de 15 ans dans la vraie vie. Pour ma part, je n’ai jamais été particulièrement intéressé par leurs précédents travaux et je crains qu’il n’y ait pas grand-chose à célébrer dans ce film.

Des Super-héroïnes de « bas » vol

Thunder Force est basé sur les retrouvailles entre deux amies d’enfance qui s’étaient perdues de vue il y a de nombreuses années. Un accident a fait que le personnage joué par McCarthy a acquis des superpouvoirs qui auraient dû appartenir à Octavia Spencer. Ainsi, au lieu d’une super-héroïne dotée d’une grande force et de la capacité de devenir invisible, nous avons McCarthy avec le premier pouvoir et Spencer avec le second.

Ici, on peut déjà dire que Falcone, qui pour la première fois de sa carrière a écrit seul le scénario d’un de ses films, se soucie beaucoup de la plausibilité des situations qu’il présente – il est alarmant de voir à quel point on ne croit pas la colère de Spencer face à ce qui a brisé le rêve pour lequel il travaillait depuis tant d’années -, misant – presque – tout sur l’humour. Ce n’est pas forcément un mauvais pari, mais quand ça marche, ce qui est rare, c’est plus grâce à la façon dont les acteurs l’abordent que parce que ce qui se passe ou se dit est drôle en soi.

Il est vrai que nous avons affaire à ce qui s’apparente à un passe-temps de McCarthy pour se montrer, mais même là, on a l’impression qu’il ne veut pas faire plus d’efforts que nécessaire. Le film sait qu’il est drôle et pense que c’est suffisant pour faire passer un scénario en demi-teinte, qui a de temps en temps une idée mignonne – l’incapacité du méchant à se souvenir des noms de ses tueurs à gages – mais qui donne toujours l’impression de ne pas avoir reçu l’attention nécessaire pour construire un film.

Du fait que Octavia Spencer semble pendant longtemps plus être l’acolyte de Melissa McCarthy que la co-star de la série au fait que la mission à laquelle ils sont confrontés ressemble plus à une intrigue épisodique, presque comme un remplissage pour une série télévisée. Il ne lui reste plus que trois éléments auxquels s’accrocher pour faire passer un bon moment au spectateur : le spectacle visuel, la comédie et l’alchimie entre ses acteurs.

Pas au niveau de Marvel ou de DC

Dans la première partie, ne vous attendez pas à quelque chose qui s’approche du niveau d’un film de Marvel ou de DC, car le spectacle est ici un ajout, quelque chose de nécessaire en raison des particularités de l’histoire, mais auquel on ne prête pas beaucoup d’attention. Au mieux, on peut dire qu’il est fonctionnel à ce stade, et qu’il est surtout un complément à son côté comique plutôt que de nous offrir des scènes d’action notables. Rien de plus, mais je n’en attendais pas plus de ce côté-là non plus.

La comédie tend à la simplicité, subordonnant tout au talent d’un McCarthy plus sobre qu’à d’autres occasions mais qui aurait apprécié d’avoir un meilleur matériel pour briller comme par exemple dans « Le mariage de mon meilleur ami ». Il est juste de reconnaître que dans Thunder Force, il est clair qu’elle a beaucoup plus d’atomes crochus avec Jason Bateman, aussi fou que tout ce qui se passe entre leurs personnages, qu’avec un Spencer qui ne semble jamais être tout à fait à l’aise à l’écran pour donner de la droiture.

Au-delà, le plus dévoué à la cause est Bobby Cannavale dans le rôle du maire maléfique de la ville. Il fait vraiment comprendre qu’il s’amuse avec son personnage, et cela anime la série dans presque toutes ses apparitions. Non pas que ce soit quelque chose de particulièrement mémorable – tout est tellement basique dans Thunder Force sous toutes ses facettes qu’il y a de la place pour plus – mais au moins là, le film atteint son objectif de divertir le spectateur.

L’avis d’Urban Fusions en bref

Au final, on se retrouve avec une comédie d’action qui n’est pas très drôle et qui n’est jamais excitante, non pas qu’elle essaie souvent de l’être, mais il y a quelque chose comme ça dans la dernière ligne droite. C’est l’un de ces films que l’on voit et que l’on oublie au bout d’un moment tant il est médiocre dans son ensemble. Si vous êtes un grand fan de Melissa McCarthy, peut-être que cela vous suffira, mais pour le reste d’entre nous, je n’ai guère de raisons de le recommander, même pour un court moment où vous n’avez pas envie de vous creuser la tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.