in

Ant-Man : un film Marvel léger mais de qualité

diffuse ce dimanche 11 avril à 21h05 , l’occasion pour nous de revenir sur ce long-métrage de 2015.

Beaucoup se sont retournés contre Marvel lorsque Edgar Wright a décidé de quitter une société avec laquelle il travaillait depuis huit ans pour faire décoller Ant-Man. De plus, le fait qu’il ait fait allusion à des divergences créatives avec Marvel et à la folie qui s’en est suivie pour trouver un autre réalisateur et modifier le scénario à la convenance de la société afin de ne pas repousser la date de sortie prévue ne présageait rien de bon. A sa sortie, on pensait qu’on allait assister au premier échec majeur de Marvel.

Je dois admettre que cela m’a fait perdre beaucoup d’espoir dans le projet, mais les choses se sont améliorées dès que la première bande-annonce est apparue et depuis, il est clair que lorsque je l’ai vu, je devais l’apprécier pour ce qu’il était et non pour ce qu’il aurait pu être. En gardant cela à l’esprit, Ant-Man a fini par être un excellent divertissement léger et cohérent qui, certes, n’est pas au même niveau que les meilleurs films de Marvel, mais je le trouve supérieur à  » Avengers : L’ère d’Ultron « , leur grande sortie de 2015.

Un plaisir à regarder du début à la fin

La première chose à savoir sur Ant-Man est qu’il s’agit du film le plus minimaliste de Marvel, ce qui ne veut pas dire que l’action et les moments spectaculaires, tous, bien sûr, impeccables sur le plan visuel, sont laissés de côté. Le fait est qu’ici se manifeste une plus grande préoccupation pour une histoire très bien définie et s’engage également à donner plus d’air aux personnages pour qu’ils respirent et aient une plus grande entité propre.

La forte présence de l’humour en est la principale conséquence et il serait bien que l’on puisse remarquer que tant de personnes ont participé au scénario qu’il est impossible de les citer toutes, bien qu’au final, seuls Wright, Joe Cornish, Adam McKay et soient crédités. Heureusement pour tout le monde, l’humour reste le même tout au long du film et cela fonctionne presque toujours, surtout lorsqu’il s’agit du personnage de Michael Peña, qui prend le contrôle de presque toutes les scènes auxquelles il participe.

Comme il est logique, cela permet à Peyton Reed de miser sur un ton léger, loin de toute grandiloquence, ce qu’il parvient même à maintenir dans sa dernière ligne droite, puisque là, l’humour continue d’avoir une importance notable et ne tombe à aucun moment dans l’erreur de plusieurs films Marvel de saturer plus que nécessaire les scènes d’action. Ici, il y a aussi des combats, mais en respectant l’approche d’Ant-Man jusque-là, réussissant ainsi à laisser un meilleur goût dans la bouche du spectateur que d’autres titres Marvel avec des moments plus lumineux mais avec un ensemble plus déséquilibré.

Un scénario plutôt limité

Ce qui déplaît à certains spectateurs, c’est que Ant-Man est aussi le film dont le plafond est le plus limité de tous les films de Marvel à ce jour. Toutefois, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose, car l’univers cinématographique Marvel a tendance à s’éparpiller, ce qui l’empêche de réaliser pleinement son potentiel. D’autre part, le film de Reed est tout près d’atteindre son plafond et seuls certains détails, sans grande importance, l’en empêchent.

Sa propre condition d’histoire de vols et de casses réduit déjà le spectre de l’histoire, et en plus il y a plusieurs moments où tout est un peu plus accéléré que souhaitable. Cela empêche certaines scènes ou même les relations entre les personnages d’aller un peu plus loin, mais en échange on obtient un rythme très agile qui ne donne pas la moindre chance de s’ennuyer. C’est une réussite de la part de Reed, car sa mise en scène fonctionnelle fonctionne bien avec le ton léger dominant, ce qu’il ne ferait peut-être pas aussi bien autrement.

Ce que Ant-Man fait presque parfaitement, c’est de fonctionner comme une aventure de présentation d’un nouveau super-héros sans vouloir donner une importance excessive au fait de faire partie du MCU. Évidemment, il y a des éléments qui le situent dans la même lignée, et qui introduisent même certaines choses face aux super-héros à venir, mais tous, à l’exception de l’excellente deuxième scène de post-crédits, font partie de l’histoire du film et sont parfaitement intégrés pour maintenir son caractère unique, car ce même je suis convaincu qu’il n’aurait pas fonctionné avec d’autres super-héros.

+1 pour la performance de Paul Rudd

Je sais pas vous mais moi j’ai toujours aimé Paul Rudd et il a démontré à plusieurs reprises qu’il pouvait nous offrir des performances très estimables. D’ailleurs, si vous n’avez pas vu Fausses Apparences, je vous recommande de le faire dès que possible. Dans Ant-Man, sa performance est basée sur la démonstration d’un grand charisme et l’élévation de son charme pour qu’il nous soit impossible de ne pas sympathiser avec Scott Lang. En fait, il parvient même à nous intéresser à sa vie de famille saturée de clichés, bien que le mérite en revienne également à la jeune Abby Ryder Fortson.

De plus, Marvel a plutôt bien choisi les seconds rôles, du mentor au passé difficile joué par à une qui parvient à empêcher un personnage d’intérêt limité de se perdre. Corey Stoll se livre également beaucoup mieux que prévu, et ce n’est pas que je doutais de son talent, mais je doutais que Marvel lui ait donné un méchant intéressant, car c’est l’un des grands maux de leurs films. Certes, il ne va pas devenir l’un des meilleurs méchants du cinéma de super-héros, mais ses motivations sont bien définies et ce mélange entre homme d’affaires impitoyable et fou dangereux est quelque chose que Corey Stoll parvient à équilibrer assez bien.

L’avis d’Urban Fusions en bref

Dans l’ensemble, Ant-Man est un excellent divertissement qui fonctionne à merveille comme le film qu’il veut être, même s’il est évidemment très loin de ce qu’Edgar Wright aurait pu nous donner. C’est dommage que nous n’ayons jamais l’occasion de voir cette version, mais ce que vous allez (re)voir ce soir sur TF1 est très intéressant et a réussi à se hisser dans le deuxième groupe de mes films Marvel préférés, juste après : Le Soldat de l’Hiver, Les Guardiens de la Galaxie et Avengers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.