in

Belgravia (Chérie 25) : c’est quoi cette série à la Downton Abbey ?

Ce samedi 17 avril à 21h05, diffuse , une britannique créée par Julian Fellowes. C’est une adaptation en six épisodes de son roman de 2016 du même nom. De même que le succès international de Julian Fellowes, , Belgravia est un drame historique d’époque sur des familles rivales en Angleterre, avec des drames aussi bien en haut qu’en bas impliquant leurs serviteurs.

Belgravia débute en 1815 à Bruxelles, à la veille de la bataille de Waterloo, lorsque l’armée britannique affronte Napoléon Bonaparte. La série est centrée sur Anne Trenchard (Tamsin Greig), dont la fille Sophia (Emily Reid) entretient une liaison malencontreuse avec le beau comte Edmund Bellasis (Jeremy Neumark Jones). L’histoire se déroule ensuite à Belgravia, à Londres, des années plus tard, lorsque le secret qu’Anne garde sur Sophia et Edmund menace de bouleverser les puissantes familles de la haute société.

Belgravia, mini-série britannique de Julian Fellowes sur Chérie 25

Les fans de Downton Abbey trouveront dans Belgravia de nombreux éléments dramatiques croustillants à se mettre sous la dent. Avec un casting entièrement britannique, de nombreux acteurs de Belgravia seront familiers aux amateurs de films et de séries télévisées britanniques, ainsi que de plusieurs séries télévisées et films américains notables.

Belgravia brise les barrières sociétales pour un effet extrêmement satisfaisant

Dans les premiers instants de la série originale en six parties Belgravia, Anne Trenchard (Tamsin Greig) reconnaît l’absurdité de la présence de sa famille à un bal alors que leur pays est au bord de la guerre. Belgravia est avant tout un divertissement (et un excellent divertissement) mais c’est aussi une critique mordante de la honte injustifiée engendrée par les préjugés qui nous séparent de ceux que nous aimons.

Adaptée par Julian Fellowes à partir de son propre roman de 2016, cette mini-série joliment montée se déroule en grande partie à Londres dans les années 1840, mais elle ne semble pas différente de la haute société new-yorkaise des années 1870 dépeinte par Edith Wharton dans Le Temps de l’innocence, un monde en équilibre si précaire que son harmonie pouvait être brisée par un murmure. Le simple fait de se tenir la main est porteur d’une tension érotique plus forte que la plupart des scènes de sexe, car les jeunes amants défient hardiment leur condition, choisissant de privilégier leur bonheur plutôt que les attentes de leurs aînés.

Dans son prologue de vingt minutes, Belgravia relate les heures qui précèdent la sanglante bataille de Waterloo en 1815, alors que Sophia (Emily Reid), la fille de Trenchant, met en garde sa mère contre un autre type de snobisme. La crainte d’Anne qu’aucun bien ne puisse résulter de la relation amoureuse de Sophia avec Lord Edmund Bellasis (Jeremy Neumark Jones), un homme d’un rang bien supérieur au sien, est rapidement éclipsée par le bilan bouleversant de la guerre. Bien que le carnage reste invisible, la maison des Trenchard tremble visiblement, comme si elle attendait une tragédie inévitable destinée à bouleverser la vie de ses habitants.

L’action principale commence une fois que l’histoire a fait un saut de vingt-six ans en avant, où Anne et son mari James (Philip Glenister) font désormais partie des nouveaux riches, grâce aux efforts de ce dernier pour aider à construire le quartier londonien aisé de Belgravia, leur nouvelle maison. Avec l’invention du thé de l’après-midi qui prend soudainement son envol, ceux qui ont gagné leur fortune peuvent côtoyer ceux dont l’héritage est prédestiné. Cela amène Anne à se réconcilier avec la tante de Lord Edmund (une Diana Kent sous-exploitée), qui avait auparavant fait preuve d’une condescendance méprisante lors du bal fatidique, se bouchant le nez en présence de sa famille. Anne découvre qu’elle a beaucoup en commun avec Caroline (Harriet Walter), comtesse de Brockenhurst et mère d’Edmund, l’un des nombreux garçons qui ont péri à Waterloo. Sophia est décédée peu de temps après, et les souvenirs nostalgiques des mères amènent Caroline à avoir l’impression d’avoir revu son fils, une phrase qui s’avère très prophétique. Dans le premier rebondissement majeur de la série, qui met en branle le reste de la narration, nous apprenons que Sophia est morte en donnant naissance à son fils et à celui d’Edmund, un enfant conçu après leur mariage lors d’une cérémonie privée – dont la femme au cœur brisé découvrira plus tard qu’il s’agissait d’une imposture.

Belgravia, série britannique à voir sur chérie 25

Comme tant de cultures à travers l’histoire de l’humanité, la Grande-Bretagne du XIXe siècle est gouvernée par le sophisme misogyne de la pureté en ce qui concerne le jugement porté sur les femmes, ce qui oblige les Trenchard à donner leur petit-fils en adoption, en gardant sa lignée secrète afin de préserver la réputation de leur fille décédée, sans parler de leur propre statut social. En regardant la scène de Sophia sur son lit de mort, mise en scène de façon classique mais interprétée de façon déchirante, je n’ai pu m’empêcher de penser à une séquence similaire dans l’adaptation inégalée de 1951 d’Un chant de Noël de Brian Desmond Hurst, où la sœur de Scrooge le supplie de s’occuper de son fils Fred. Il ne fait aucun doute que le fils adulte de Sophia, Charles Pope, pourrait facilement être confondu avec le neveu de Scrooge, au génie exubérant, incarné par l’attachant nouveau venu Jack Bardoe. Son plus grand défaut, en fait, est d’être trop gentil et de faire confiance aux gens et aux institutions qui ont l’intention de l’écraser. Dès l’instant où il croise le regard de Lady Maria Grey (Ella Purnell), il est clair que l’histoire est sur le point de se répéter, bien que les genres soient inversés.

Le penchant de Maria pour la prise de risques s’accorde parfaitement avec la prudence inhérente de Charles, et alors qu’ils s’extasient sur leur fascination mutuelle pour l’Inde, on aspire immédiatement à ce qu’ils obtiennent la fin heureuse qui a été volée à Edmund et Sophia. Malheureusement, la cruelle mère de Maria, Lady Templemore (Tara Fitzgerald, qui incarne Frances Fisher dans Titanic), insiste pour que sa fille ne rompe pas ses fiançailles sans passion avec John Bellasis (Adam James), l’homme qui doit succéder à son oncle Peregrine (Tom Wilkinson) – le père d’Edmund, en tant que comte de Brockenhurst. En ronronnant ses répliques comme George Sanders tout en affichant un sourire carnassier, James est une menace spectaculairement efficace, bien que le véritable méchant de la série, comme l’affirme Charles, soit la société responsable de pousser de telles crapules à des fins désespérées. L’une des raisons pour lesquelles les histoires à suspense britanniques surpassent toutes les autres est peut-être qu’elles comprennent profondément la retenue nécessaire pour dissimuler ses émotions turbulentes sous un visage impassible tout en évitant les champs de mines subtils que recèle la conversation publique.

Lady Templemore dans Belgravia

Hitchcock savait qu’une bombe serait infiniment plus effrayante si le public savait qu’elle était placée sous une table où étaient assis deux personnages inconscients. Si la bombe avait simplement explosé sans prévenir, elle aurait produit une secousse momentanée, mais rien de plus. L’identité enfouie des parents biologiques de Charles est la bombe à retardement qui résonne dans chaque scène de Belgravia, et une fois qu’elle est dévoilée vers la fin du premier épisode, le suspense augmente dans chaque heure qui suit, pour culminer avec un final qui m’a tenu en haleine. Je dois admettre que jusqu’à la révélation initiale, je n’étais pas aussi activement impliqué dans le programme, en partie à cause de son assaut d’exposition et du nombre impressionnant de présentations de personnages. Il exige plus de patience de la part du spectateur que les drames instantanément addictifs de , « Big Little Lies » et « Little Fires Everywhere », qui utilisent tous deux leur fin respective comme une accroche au début, nous invitant à deviner comment l’histoire finit par dégénérer en une catastrophe aussi violente.

Si vous avez aimé Little Fires Everywhere, il y a de fortes chances que vous soyez également captivé par Belgravia, qui partage de nombreux thèmes et éléments clés de la série, tels que la division des classes, les secrets cachés, les enfants séparés de leurs parents et les personnages qui ne parviennent pas à se laisser faire. C’est l’ardent besoin d’Anne d’informer Caroline au sujet de Charles, au début du deuxième épisode, qui engendre une nouvelle série de complications, tout en alimentant l’amertume de son fils Oliver (Richard Goulding). Julian Fellowes et le réalisateur John Alexander font un excellent travail pour mettre en lumière la tragédie sous-jacente, même au sein de leurs personnages les plus retors, comme la misérable épouse d’Oliver, Susan (Alice Eve), qui n’est que trop heureuse de tomber dans le lit de John afin de grimper dans l’échelle sociale. Déterminé à rembourser la dette de jeu de son père sans espoir, un révérend drôlement véreux (James Fleet), John n’hésite pas non plus à profiter de divers serviteurs qui sont prêts à trahir leurs employeurs si cela leur permet de s’assurer une petite fortune personnelle.

Anne Trenchard dans Belgravia

Il est un peu décevant que Belgravia n’ait pas le sens de l’humour magistralement entretenu par Maggie Smith dans Downton Abbey, surtout si l’on considère les talents de comédien de Greig, bien qu’il y ait une bonne part de rires, à la fois intentionnels (comme avec un gag courant sur des papiers d’affaires interdits dans un club d’élite) et involontaires (une rencontre redoutée a lieu au bar du Corbeau Noir sur All Hallows Lane) Walter est particulièrement amusant lorsqu’il profite de l’occasion pour démonter les tabous, rejetant les accusations de Lady Templemore selon lesquelles elle a corrompu sa fille en répondant joyeusement « J’espère bien ». La partition, généralement excellente, de John Lunn fait écho aux thèmes immortels de Pino Donaggio pour Carrie dans son utilisation des cordes pour accentuer la tension croissante, bien que toutes les révélations gardées pour les épisodes ultérieurs ne soient pas si difficiles à deviner. Cela étant dit, elles sont, pour la plupart, extrêmement satisfaisantes, ce qui donne lieu à un épisode final qui consiste en un dénouement cathartique et une pièce à suspense après l’autre.

Ce qui rend cette série douce-amère, en fin de compte, c’est le fait qu’il s’agit davantage de la réparation d’une famille que de la refonte d’une société brisée, bien que son commentaire social aille au-delà des spécificités de son intrigue. La lumière la plus vive qui brille à travers la décadence trouble de cette histoire épique est Maria, qui se moque de la classe sociale de Charles ou même de sa réputation lorsqu’il s’agit de ses sentiments pour lui. Dès qu’elle le regarde, Maria dégage toute la certitude qu’Edmond ressentait dans sa nouvelle vie avec Sophia, l’incitant à réaliser que « je suis là où je veux être ». Les périodes de crise ont le potentiel de nous amener tous vers un nouveau sentiment de clarté, et il y a de fortes chances que « Belgravia » puisse vous guider vers le vôtre. Elle vous laissera également le sourire aux lèvres, ce qui peut être une raison suffisante pour la regarder.

Belgravia est diffusée sur Cherie25 à compter du samedi 17 avril 2021 à 21h05. Vous pourrez voir les 2 premiers épisodes de la série, puis chaque samedi suivant, deux autres épisodes seront diffusés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.