in

Jackie (Arte) : Natalie Portman incarne l’élégante première dame des Etats-Unis dans le film de Pablo Larain

Le film Jackie de Pablo Larain est diffusé ce dimanche 25 avril à 20h55 sur . Le sur l’ancienne première dame emblématique Jacqueline Bouvier Kennedy et son vécu juste après l’assassinat de son mari le 22 novembre 1963, met en vedette dans le rôle de Jackie Kennedy.

film Jackie avec natalie protman

Si vous pensez regarder Jackie pour avoir un portrait glamour du personnage derrière un grand président, dans lequel se délecter du décor, des costumes et des aspects romantiques de la vie de la première dame, vous obtiendrez plutôt une vision postmoderne de Jacqueline Kennedy, dans laquelle son élégance et son image sont vues de l’intérieur, en utilisant l’arc temporel bouleversant des jours qui ont suivi l’assassinat de son mari.

Par conséquent, le personnage est dépeint comme une boule de nerfs, désorientée, effondrée et désemparée. Le scénario organise l’architecture de l’histoire autour de plusieurs interviews enregistrées, dont la fameuse visite de la Maison Blanche par CBS. Le réalisateur l’agrémente de séquences magnifiquement filmées, mêlant avec art des images d’archives de l’époque dans un montage fragmenté qui évite la chronologie, ce qui n’offre aucun avantage narratif apparent.

Natalie Portman, sublime dans le rôle de Jackie Kennedy

Les images se chevauchent avec les accents mélancoliques et arides de la partition de Mica Levi, qui ressemblent parfois à des complaintes et parviennent à créer une atmosphère étrange, très inhabituelle pour un biopic. Les principaux acteurs, Sarsgaard et Gerwig, se démarquent assez bien, mais le catégorique Crudup et le récemment disparu John Hurt font tellement d’ombre par leur présence que les autres deviennent presque anonymes.

Mais, bien sûr, tout le film tourne autour de la performance intense de Natalie Portman. Comme vous, nous n’avons pas connu personnellement la Première Dame, et c’est donc un peu un mystère que l’interprétation sérieuse et contrainte de cette femme en privé ait quelque chose à voir avec la vision que propose l’actrice. À mi-chemin entre une épouse de Stepford et une publicité pour des médicaments antidépresseurs, sa Jackie est un personnage à part entière, accompli et rond, mais elle laisse parfois échapper quelques notes d’imposture dans sa voix.

C’est peut-être à cause du ton général. Par moments, il ressemble plus à une pièce de théâtre qu’à un film, malgré des séquences extérieures intéressantes comme le voyage après le meurtre ou la marche hypnotique entre les tombes, tout est très comprimé dans le microcosme de la première dame, à tel point que Pablo Larraín semble parfois ne pas vouloir la montrer comme une femme de chair et de sang, mais comme l’hologramme d’une personne. Une vision de Jackie très éloignée de ce que beaucoup de ses disciples pourraient souhaiter.

biopic de jackie kennedy avec natalie portman

L’avis d’Urban Fusions sur le film Jackie

Le film s’évertue à souligner l’effort d’une femme pour rendre le souvenir de son mari immense et à projeter l’idée du gentleman impeccable que l’on rumine encore aujourd’hui. Mais il ne nous offre pas vraiment d’indices sur sa vaste culture ou sa connaissance de la politique. Pablo Larraín s’attache cependant au concept de Camelot, en faisant écouter à Jackie, de manière obsessionnelle, l’enregistrement de Richard Burton de la chanson titre de la du même nom. Une interprétation biographique exagérée et quelque peu redondante.

Entre les notes sur le rôle du personnage dans l’histoire, on peut se demander où se trouve la véritable tension ou le drame de la pièce. Il n’y a pas de transformation apparente du personnage, et à peu près à la moitié du film, nous semblons n’avoir droit qu’à un étrange spectacle d’imitation et à une promesse macabre de voir le meurtre à travers les yeux de la veuve. Un secret que Jackie a emporté dans sa tombe, ici montré comme un climax soi-disant exorcisant, qui sent le ressort morbide qu’ils n’ont pas pu résister à montrer.

Il est difficile de ne pas être mitigé à propos de Jackie. Portrait complexe d’une personnalité prise en étau entre une perte personnelle et le regard du public, il est en même temps hautement spéculatif. Il y a quelques trouvailles, comme son ton mortuaire, son rythme chuchotant, modéré par l’atmosphère inquiétante qui établit une température émotionnelle sans précédent, mais son développement, par moments, vous fait perdre l’intérêt et à la fin vous avez le sentiment d’avoir assisté à une expérience intéressante, mais manquant d’une concentration assez puissante pour lui donner un sens.

Jackie est diffusé sur Arte ce dimanche 25 avril à 20h55 et dispo sur arte.tv jusqu’au 1er mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.