in

Halston sur Netflix : un biopic de mode élégant créé par Ryan Murphy

La série tant attendue, Halson, est dispo sur Netflix. Il s’agit d’un biopic sur le créateur de mode Halston, créé par Ryan Murphy pour la plateforme de streaming.

Dans , la nouvelle série Netflix, incarne le créateur de mode titulaire, à la tête d’un casting comprenant Bill Pullman, Krysta Rodriguez et une performance exceptionnelle de Gianfranco Rodriguez.

Ewan McGregor dans le rôle de Halston

Le créateur de mode Halston avait l’œil de Botticelli pour la beauté et la tête de Boris Johnson pour les chiffres. Il s’est fait connaître en 1961 en créant le chapeau à oreiller que Jackie O portait lors de l’investiture de John F. Kennedy et a continué à redéfinir le style américain avec ses créations épurées et minimalistes. Puis, au sommet de sa gloire, il a perdu le contrôle de sa maison de couture et même son propre nom à cause d’une série de terribles décisions commerciales et de ses dépenses personnelles somptueuses. Au moins, tout cet argent n’a pas été gaspillé : il a permis d’acheter une quantité absolument énorme de cocaïne et d’orchidées.

L’histoire de la vie d’Halston est maintenant traitée par sur Netflix, bien que « traitement Ryan Murphy » ne soit pas tout à fait exact. Le style visuel souvent laudatif dont Murphy a fait sa signature avec des séries comme Ratched et The Politician est ici mis en veilleuse. Et pour cause. D’un point de vue esthétique, ce n’est pas vraiment une série Ryan Murphy – c’est le spectacle Halston. Ce n’est pas seulement à cause des vêtements emblématiques, mais aussi des fabuleux intérieurs du créateur, qui sont recréés avec amour tout au long de la série, de sa première boutique new-yorkaise, souvent copiée, à l’époustouflant bureau de Manhattan aux murs de verre et de miroirs dans lequel il a fini par s’installer. Inutile de dire que tout cela est très chic.

Ewan McGregor est extrêmement agréable et convaincant dans le rôle d’Halston, un homme qui se crée à sa propre image, ce qui est une bonne nouvelle car il est présent dans presque toutes les scènes de la série de cinq épisodes. Il semble particulièrement apprécier l’attitude prodigue d’Halston vis-à-vis de l’argent. « Les orchidées font partie de mon processus », ronronne-t-il à un moment donné. « Vous ne pouvez pas mettre un budget sur l’inspiration. » McGregor est entouré d’un casting dynamique, dont Bill Pullman dans le rôle de David Mahoney, le magnat aux yeux pétillants qui promet de protéger Halston dans le grand méchant monde des affaires, avant que son idée de la production de mode ne s’avère être plus Henry Ford que Tom Ford. Krysta Rodriguez s’amuse comme une folle dans le rôle de la meilleure amie et muse d’Halston, Liza Minnelli, sur scène et en dehors, même si l’on pourrait être tenté de se demander comment le célèbre Joel Schumacher, qui mesure 1,80 m, se sentirait s’il était dépeint par Rory Culkin, une boule d’énergie de 1,80 m. Si justice est rendue dans ce film, il n’en est rien. S’il y a une justice dans le monde, Halston sera une star pour Gianfranco Rodriguez, qui a du charisme à revendre dans le rôle de Victor Hugo, le petit ami du créateur.

Ryan Murphy, comme Halston, a grandi dans l’Indiana en rêvant d’une vie glamour qui ne serait pas celle de l’Indiana. Il a décrit dans des interviews comment le styliste était l’une des rares célébrités locales lorsqu’il était enfant, et combien il était inspiré par l’idée que quelqu’un puisse réellement faire le voyage depuis le pays des champs de maïs et des églises jusqu’à la fête au Studio 54 avec Minnelli et Warhol. Le traitement que réserve Halston à son sujet est empreint de révérence, l’œuvre d’un homme qui rend un hommage sincère à l’idole de son enfance. Il donne également à Murphy l’occasion d’offrir sa propre version de l’histoire bien connue d’un artiste déchiré entre la fidélité à sa muse et le fait de gagner un tas d’argent, mais il n’y a pas grand-chose qui permette de s’interroger sur ce qui a fait tiquer Halston. Ces premières années de formation ne sont vues que dans le plus bref des flashbacks.

HALSTON | Bande-annonce officielle VF | Netflix France

On voit Halston construire sa maison de couture à partir de rien, triompher à la Bataille de Versailles (le défilé de mode historique de 1973 qui opposait les créateurs américains aux Français snobs), se battre contre les tailleurs pour obtenir la forme désirée pour son flacon de parfum et finalement devenir un nom connu de tous, mais au final, tout ce succès ne le change guère : il continue à être extravagamment grossier avec tous ceux qui l’entourent, en particulier son personnel, et à compter sur son talent pur pour le sauver de la ruine.

La série ne laisse aucun doute sur le génie d’Halston, et les séquences dans lesquelles nous le voyons créer des robes sublimes à partir de simples tissus sont souvent étonnamment émouvantes. Pourtant, malgré tout le sexe et la drogue qui l’entourent, l’histoire elle-même finit par être quelque peu aseptisée. Comme l’une des créations du personnage titulaire, Halston est propre, épuré et beau à regarder – mais vous pourriez vous surprendre à souhaiter qu’il soit un peu plus désordonné sur les bords.

Halston est dispo sur Netflix à compter de ce vendredi 14 mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.