in ,

CANAL+ : la diffusion des nouveaux films 3 à 4 mois après leurs sorties pourrait contrer les grosses plateformes de streaming

Netflix, Amazon Prime Video, Disney+, et encore beaucoup d’autres pour ne citer que les grands géants américains sont devenus depuis quelques années les principaux canaux de diffusion des nouveautés cinéma et des séries. Et le succès mondial des plateformes de streaming a encore doublé depuis la pandémie du COVID-19. Dans ce marché presque monopolisé par les géants américains, veut changer les choses et contre-attaquer en proposant la diffusion des nouveautés 3 à 4 mois après leurs sorties en salles sur sa propre plateforme.

Groupe CANAL+

« Le cinéma français court tout droit à la catastrophe »

C’est ce que le grand patron du groupe Canal +, Maxime Saada a indiqué lors d’une interview qu’il a accord au Figaro. Selon lui, le groupe n’aurait plus aucun intérêt à produire ni à soutenir le cinéma français s’il n’y a plus d’avantages concurrentiels à en tirer.

Groupe CANAL+

En effet, d’après lui, les plateformes de streaming seront dans quelques mois en mesure de diffuser les nouveaux films en France juste 12 mois après leur sortie, au lieu des 36 mois qui sont autorisés actuellement. En plus de cet avantage sur la chronologie des médias, l’investissement apporté par les géants tels que Netflix, Amazon Prime Video ou Disney+ ne s’élèverait aussi qu’à hauteur de 50 à 60 millions d’euros, qui est très inférieur par rapport à ce que le groupe CANAL+ apporte à la production française. Sur ce point, le président du groupe a ajouté lors de son interview :

« Les plateformes américaines vont retrouver la place qu’occupait Canal+ avant 2018 et pour laquelle nous payions 200 millions d’euros annuellement »

Il a également rajouté que si aucun changement n’est fait, aucune révision ne sera également faite au niveau de la contribution financière des plateformes de streaming américaines comme Netflix qui sera toujours moindres que celle du groupe français. Qui en passant, est la principale source de financement du cinéma français. Dans le but de sensibiliser les grands noms du cinéma français, il a alors posé ce qui semblerait être un ultimatum aux grands acteurs du cinéma français afin de changer enfin les choses. Il a ainsi ajouté lors de son interview :

« Tout le monde sera perdant, si nos principaux avantages en matière de cinéma sont remis en question, il n’y aura plus de raison pour notre groupe d’investir autant dans ce domaine ».

Une seule façon de contre-attaquer

Toujours d’après le président du groupe CANAL+, la seule solution viable pour contrer le monopole des géants américains sur le marché, c’est de pouvoir proposer les nouveautés 3 à 4 après leurs sorties. Cette avance permettrait ainsi au groupe français de gagner quelques points par rapport à ses concurrents américains. Toutefois, pour rassurer le secteur des salles de cinéma qui commence tout juste à se remettre des effets de la pandémie, le président du groupe a aussi indiqué que cette diffusion ultra rapide n’aurait pas d’impact sur le nombre de spectateurs. Maxime Saada a donc conclu en indiquant que :

« Ce n’est pas parce que 5 millions d’abonnés à Canal+ sont en mesure de voir les films 3 ou 4 mois après leur sortie que cela nuira à la force d’attraction des salles ».

On attend donc de voir avec impatience ce que la suite de cette nouvelle guerre contre les géants du streaming américain nous réserve. En attendant, profitons d’abord de cette réouverture des salles de cinéma afin de voir les nouveautés qui y sont à l’affiche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.