in

Friends : une série sexiste et homophobe ?

Il suffit d’entendre le début de la chanson I’ll be there for you de The Rembrandts pour que nous soyons déjà d’humeur à nous souvenir et à regarder un épisode de «  », qui est sans aucun doute l’une des meilleures sitcoms des années 90. Et il ne suffit pas de dire qu’il s’agit de la meilleure, étant donné qu’il y a aussi des joyaux comme « Seinfeld » mais on peut dire sans se tromper qu’il s’agit, sans aucun doute, de l’œuvre la plus influente de ces trente dernières années.

Friends est elle une série sexiste et homophobe

17 ans après avoir assisté à la fin de la série (diffusée en France sur ), grâce à sa disponibilité en streaming, un nouveau débat s’est ouvert autour de tous les préjugés et attitudes sexistes et homophobes qui existent dans Friends. Bien que le débat ne soit pas nouveau, il est actuellement animé par une toute nouvelle génération de nouveaux téléspectateurs. Parmi eux, de nombreux milléniaux « tardifs » (ceux nés au milieu des années 90) qui ont vu la série pour la première fois la voient d’un œil neuf et n’ont pas hésité à pointer du doigt tout ce qui ne va pas.

Une série des années 90, avec des préjugés des années 90 ?

Pour mieux comprendre le contexte social de Friends, il serait bon de se tourner vers une série actuellement diffusée sur Netflix : The Assassination of Gianni Versace. Dans ses deux premiers épisodes (dont l’action saute entre 1994 et 1997), nous pouvons clairement voir l’homophobie existante à l’époque.

Un rejet de l’homosexualité dont les créateurs de Friends sont moyennement conscients. Et ils ont même tendance à les retourner avec des intrigues comme l’hétérosexualité nouvellement découverte du mari patineur gay de Phoebe (Lisa Kudrow) ou, surtout, avec la normalisation totale du fait que la première ex-femme de Ross (), Carol (Jane Sibbett), soit lesbienne et épouse Susan. Tout cela à une époque où le mariage gay était loin d’être une réalité aux États-Unis.

Carol et Susan, couple lesbien dans Friends

Mais dans quelle mesure Friends est-elle offensante ou pouvons-nous simplement le justifier comme étant un produit de son époque ? Vingt ans se sont écoulés depuis sa création et la plupart de ses épisodes se déroulent au milieu/à la fin des années 90 et reflètent donc des choses très marquées par leur époque et qui, aujourd’hui, en raison de l’évolution de la société sur de nombreux points, auraient été inacceptables.

Il est fort probable que s’ils avaient été réalisés aujourd’hui, de nombreuses blagues ne seraient pas faites (comme le phénomène de séries comme ). Dans de nombreux cas, parce que la société a depuis lors approfondi ces sujets « minoritaires ». Cependant, l’une des principales sources de difficulté a été la manière de traiter le personnage du père de Chandler (Matthew Perry).

Le père de Chandler dans Friends

C’est l’un des traumatismes récurrents de l’enfance de Chandler : c’est le divorce de ses parents couplé aux particularités de chacun d’eux. Plus précisément, le fait que son père soit transsexuel (dans la série, le point de transformation n’est pas clair, mais il s’identifie à Helena, jouée par Kathleen Turner) était peut-être plus que ce que les scénaristes pouvaient mâcher et ils n’ont pas réussi à bien le canaliser.

Sans trop se défendre, la raison de ce faux pas est peut-être la grande ignorance à l’époque de cette réalité. Mais à l’époque et encore aujourd’hui, alors que la société est encore quelque peu balbutiante en termes de compréhension du large spectre du genre.

La série joue sur l’insécurité

La série Friends doit être comprise pour ce qu’elle est : une sitcom sur les amis et, en fait, c’est l’une de celles qui reflètent le mieux la dynamique qui existe dans un groupe d’amis : les querelles et les médisances qui naissent souvent de nos propres insécurités, des images que nous projetons à l’extérieur.

Et oui, parfois à partir de nos propres préjugés : c’est pourquoi ils sont souvent à la limite de l’offense, ce qui à l’époque n’était pas si offensant car, heureusement, nous avons connu une grande évolution en termes d’égalité et, accessoirement, nous avons élevé les normes.

Joey et Chandler dans Friends

Un aspect que l’on retrouve surtout dans la dynamique entre les personnages masculins : la série explore tout un spectre de l’image projetée par la société de ce que doit être un homme, du rôle qu’il doit jouer et de ce qui se passe lorsqu’on s’écarte de la ligne tracée. C’est pourquoi il y a toujours une blague quand quelqu’un fait quelque chose de minimalement « féminin ». Mais l’intention de la blague est de taquiner, pas d’offenser.

Chandler, par exemple, panique à l’idée que les gens le considèrent comme homosexuel, précisément à cause de ses propres schémas. Ce qu’il faut souligner, c’est que ce sont eux (les garçons) qui ont eu ces « drames », puisque le monde dans lequel ils évoluent ne les a pas considérés comme conflictuels. Le fait que les gens pensent parfois que lui et Joey (Matt LeBlanc) sont un couple et que cela semble la chose la plus normale du monde le montre bien. Une chose qui dérange beaucoup moins l’aspirant acteur que l’autre.

Cette question du sexisme et des rôles de genre, nous pouvons parfaitement les appliquer à Ross. Au-delà de la relation avec Carol, la limite qu’il semble fixer se situe au niveau des jouets de son fils Ben et de la façon dont il réagit au fait qu’il aime jouer avec une Barbie en l’invitant à jouer avec ses GI Joe. Les autres personnages veulent que Ben joue avec ce qu’il veut, pas lui. Les autres personnages veulent que Ben joue avec ce qu’il veut, pas lui.

Baby sitter masculin dans Friends

De plus, en utilisant les préjugés de Ross, ils explorent parfois la source de ces insécurités. Un excellent exemple est l’épisode dans lequel Rachel () engage une nounou pour Emma, ce qui ne fait pas rire le père qui le voit trop sensible.

Un épisode, déjà des dernières saisons, dans lequel les scénaristes expliquent d’où viennent tous ces éléments à travers une conversation entre la baby-sitter, jouée par Freddy Prince Jr. et Ross. Dans cette conversation, Ross confie qu’il aimait jouer avec des dinosaures et que son père n’aimait pas ça parce qu’il voulait plus de « vrais trucs de garçon ».

Le manque de diversité : le défaut des programmes des années 90

Ce qui fait aussi défaut à Friends, et parce que même pour cela c’est une série des années 90, c’est le manque de diversité raciale et sexuelle. Jusqu’à l’apparition d’Aisha Tyler dans le rôle de Charlie dans les saisons 9 et 10, il n’y avait pas de personnage secondaire récurrent de couleur dans la comédie. Il s’agit, en fait, d’un problème endémique de la fiction télévisuelle et, plus précisément, des sitcoms des « années 90 », qui existe encore aujourd’hui dans de nombreuses sitcoms majoritaires.

Aisha Tyler dans Friends

Entre les années 80 et 90, le parti pris racial dans les sitcoms était très évident : soit ils étaient « blancs » et il n’y avait pas de noirs (« Trouble’s Growing »), soit l’inverse (« Things at Home »). Bien sûr, cette coupure familiale « justifiait » cela dans une certaine mesure, mais dans le genre « Friends », il n’y avait pas autant d’excuses et c’était l’une des critiques que Friends avait pendant longtemps.

Un féminisme de haut vol

Une autre question qui revient souvent lorsqu’on regarde la série avec les yeux d’aujourd’hui est de savoir si la série est sexiste. Il est vrai qu’elle a ses mauvais côtés, quelques touches sexistes notamment dans certains « baveux » dès qu’une jolie fille apparaît dans le Central Perk. Mais quand même, lorsque Joey, Chandler et Ross commencent à faire leurs trucs de « mâle alpha », la série a déjà souligné à quel point ils étaient ridicules.

Non seulement ils ne renversent généralement pas ces préjugés, mais les filles de « Friends » sont responsabilisées tout au long de la série. S’il est vrai, et terrible, que Monica (Courteney Cox) est atteinte de grossophobie, en revanche, personne ne se soucie qu’elle ait une vie sexuelle active. Bien que les producteurs aient eu peur qu’elle ne froisse le public à cause de cela.

Les filles de la série étaient au même niveau que les garçons en termes de liberté et de sexualité dans leurs relations. En outre, dans ce contexte, l’une des relations les plus problématiques est peut-être celle qui existe entre Rachel et Ross, ce dernier étant dépeint comme un être toxique et jaloux.

Phoebe est sa propre patronne, c’est une femme indépendante qui n’est liée à rien et si nécessaire elle en parlerait à ses amis, nous voyons aussi la camaraderie et la sororité lorsque Paolo lui touche les fesses et que ce comportement est censuré, soutenant la victime sans hésitation ; Monica est très autoritaire et décide de quitter Richard parce qu’elle veut avoir des enfants et lui non ; Rachel quitte une vie confortable et stable pour construire son avenir à partir de rien et passe de serveuse à cadre dans le monde de la mode …

Dans les plus de deux cents épisodes de Friends, nous trouverons certainement de nombreux exemples de situations qui, aujourd’hui, nous font bondir, mais aussi une grande majorité de situations dans lesquelles ils prennent un préjugé de l’époque et le retournent ou présentent des problèmes de normalité totale qui, à cette époque, étaient loin d’être considérés comme normaux.

Generique Friends HD

Pour rappel, l’intégralité de la série Friends est dispo en streaming sur Netflix. Quant à l’épisode spécial Friends : The Reunion, il est disponible sur Salto.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.