in

Raya et le Dernier Dragon : 4 choses que les parents doivent savoir sur l’animé

A partir de quel âge un enfant peut-il regarder Raya et le Dernier Dragon ? voici 4 choses que les parents doivent connaître sur le film d’animation de Disney

Raya est une jeune femme courageuse et optimiste qui a une tâche importante à accomplir. Elle et sa famille sont les gardiens de la « Pierre du Dragon », une relique brillante de l’ancien monde créée par des dragons magiques et qui protège son royaume asiatique, Kumandra, du mal. Sans elle, le peuple de Kumandra périrait.

Choses à savoir sur Raya et le dernier dragon

Malheureusement pour Raya, le reste de Kumandra le veut aussi. Parmi eux, une femme rusée nommée Namaari, qui trompe Raya afin d’avoir accès à la gemme en croyant qu’elle lui apportera, à elle et à son peuple, prestige et influence. Puis, au cours d’une bagarre pour la pierre, celle-ci se brise en plusieurs morceaux, affaiblissant son pouvoir et mettant en doute l’avenir de Kumandra.

Mais Raya a un plan. Elle va partir à l’étranger à la recherche du dernier dragon de la planète, Sisu, qui aurait aidé à créer la gemme et possède encore les pouvoirs qui pourraient sauver Kumandra. Raya réussira-t-elle ?

Tout cela fait partie du nouveau film de Disney Raya et le dernier dragon, avec Kelly Marie Tran dans le rôle de Raya, Awkwafina dans celui de Sisu et Gemma Chan dans celui de Namaari. Côté voix françaises, on a Émilie Rault dans le rôle de Raya, Géraldine Nakache dans celui de Sisu et Jade Phan-Gia dans celui de Namaari. Voici donc quatre choses que les parents doivent savoir :

1. Une histoire librement inspirée du folklore de l’Asie du Sud-Est

Folklore Asie du Sud Est dans Raya et le dernier dragon

Contrairement à l’histoire de , qui était basée sur un seul poème/chanson populaire chinois écrit il y a plus de 1 500 ans, Raya et le dernier dragon est une histoire originale qui s’inspire de récits et de traditions de l’Asie du Sud-Est, une région qui comprend 11 pays au sud de la Chine et à l’est de l’Inde. (La Chine n’est pas considérée comme faisant partie de l’Asie du Sud-Est.) Selon le Hollywood Reporter, Disney a constitué une équipe de recherche pour le projet qui s’est rendue dans sept pays : Laos, Malaisie, Indonésie, Thaïlande, Vietnam, Cambodge et Singapour.

Le film a été réalisé par Don Hall (Les Nouveaux Héros, Vaiana : La Légende du bout du monde) et Carlos López Estrada ().

« L’une des choses qui a le plus ému [Hall et Estrada] et qui a donné à l’équipe l’envie de fonder l’inspiration du film en Asie du Sud-Est, c’est le sens de la communauté qu’ils ont rencontré, le sens du ‘nous’, l’importance du ‘nous’ par rapport au ‘je' », a déclaré la productrice Osnat Shurer. « C’était si profond et si complet qu’ils sont revenus et nous avons commencé à plonger dans le reste de la beauté, les textures, les tissus, la nourriture. C’est devenu le principe de base, l’inspiration derrière ce monde fantastique de Kumandra. »

2. Un monde différent… et une vision du monde différente

monde différent dans raya et le dernier dragon

Le monde animé de Raya et le dernier dragon est coloré et impressionnant. Mais comme Moana, Mulan et d’autres films de Disney, Raya a une vision magique du monde avec son propre récit de création, de chute et de rédemption.

« Comment ce monde a-t-il pu être aussi brisé ? » demande Raya au début du film. Elle nous raconte ensuite : Il y a 500 ans, le pays de Kumandra était « entier », avec des gens vivant harmonieusement les uns à côté des autres – et des dragons, aussi. Les dragons étaient des « créatures magiques » qui apportaient au peuple de Kumandra la pluie, l’eau et la paix.

Mais ensuite les Druuns sont arrivés. Il s’agit d’un fléau sans âme qui « se répand comme une traînée de poudre » et transforme tout ce qu’il touche en pierre. (Le Druun ressemble beaucoup à un énorme essaim de mouches, si vous êtes curieux). Le Druun a vaincu tous les dragons sauf un. Les dragons ont alors concentré toute sa magie dans une gemme et ont fait disparaître le Druun. La gemme a ramené les gens, mais pas les dragons, qui sont restés des piliers de pierre.

Les gens ont alors commencé à se battre pour tenter de posséder la gemme. Ils ont également tracé des frontières et se sont divisés en cinq royaumes : Cœur, Croc, Épine, Talon et Queue.

« Nous sommes tous devenus des ennemis », dit Raya.

Tout au long du film, il est sous-entendu que Raya et son peuple vénéraient les dragons. (On voit Raya et son père se prosterner devant la gemme, et on voit des gens lever la main sur leur front en signe de révérence chaque fois qu’ils voient une statue de dragon). Bien sûr, de nombreux films pour enfants présentent des visions du monde différentes de celles de la Bible. De plus, Raya et le dernier dragon contient de nombreux messages positifs. Néanmoins, il est bon de savoir dans quoi on s’engage avant d’ouvrir son portefeuille.

3. C’est un film d’animation original

film d'animation original Disney

Remercions Disney pour avoir créé une histoire originale – surtout dans un univers cinématographique où les remakes, les suites et les spin-offs dominent le grand écran. Depuis décembre 2018, neuf des 11 films d’animation/partiellement animés sortis en salles par Disney et , propriété de Disney, étaient soit un , une suite ou un spin-off.

Raya et le dernier dragon comprend une intrigue amusante, avec un clin d’œil aux scènes des films . Il célèbre des cultures uniques – des cultures que la plupart d’entre nous ne connaîtront jamais. Il met en avant une héroïne dont nous pouvons admirer les qualités : courage, honnêteté et désir de paix. Il offre également à Raya un acolyte mignon et comique, Tuk Tuk, qui ressemble à un croisement entre une punaise (roly poly) et une belette.

Certains le compareront à Mulan – un autre film qui met en scène une femme guerrière asiatique – mais les deux histoires ont peu de similitudes. Cela dit, j’ai beaucoup plus apprécié Mulan (le remake et la version animée).

4. Tout est une question de confiance

La confiance au centre de raya et le dernier dragon

Raya et le dernier dragon contient des messages sur l’amitié et la famille, mais son thème principal est la confiance. Au début du film, nous apprenons que le père de Raya souhaite que les cinq royaumes vivent ensemble en harmonie.

« Si nous ne nous arrêtons pas pour réapprendre à nous faire confiance, ce n’est qu’une question de temps avant que nous nous déchirions », lui dit-il.

Raya prend ce message à cœur, mais elle est tragiquement trahie lorsqu’elle accorde sa confiance à Namaari, une femme d’un autre district. Cela l’amène à adopter une vision cynique de la confiance et à croire qu' »on ne peut faire confiance à personne ». À la fin du film, cependant, elle change d’avis et voit l’avantage de faire confiance aux autres, même si elle risque de souffrir. Comme elle nous l’enseigne, quelqu’un doit « faire le premier pas ».

C’est un message ancré dans les Écritures. Oui, la Bible nous dit qu’il est « préférable de se réfugier dans le Seigneur que de se confier aux hommes » (Psaume 118:8), mais elle nous encourage également à aimer et à servir ceux qui nous entourent. Elle nous dit même de placer les intérêts des autres avant les nôtres. Comment pouvons-nous faire cela si nous sommes toujours méfiants et cyniques ? Notre confiance, cependant, doit être fondée sur la sagesse. Parfois, nous devons faire le premier pas.

Raya et le dernier dragon ne contient ni langage grossier ni sexualité. La violence, qui comprend des combats à l’épée, des coups de pied et même des coups de poing, pourrait troubler les enfants sensibles. Raya n’est pas le meilleur film familial de Disney de l’année. (Par exemple, Flora et Ulysse, sur Disney Plus, est meilleur). Mais si vous avez envie de manger du pop-corn en regardant un film familial, il vaut peut-être la peine d’essayer.

Raya et le dernier dragon est conseillé à partir de 6 ans par Disney+ pour certaines violences, de l’action et des éléments thématiques. Détails du contenu : langage (aucun), sexualité (aucun), violence (les dragons et les gens se transforment en pierre ; Raya participe à un combat avec épée, coups de pied et coups de poing).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.