50 Cent : qui est l’artiste qui a été déterminant pour lui dans sa carrière ?

50 Cent est revenu sur un moment de sa carrière où Master P aurait pu l'emporter sur lui, grâce à sa capacité à voir où 50 se dirigeait.

Lors d’une apparition dans l’émission Big Boy’s Neighborhood au début du mois, on a demandé à 50 Cent ce qu’il pensait de la récente prise de bec publique de P. avec son fils Romeo Miller. Le patron de G-Unit a répondu que, contrairement à la situation entre lui et son fils Marquise, il s’attend à ce que les Miller puissent retrouver la relation étroite qu’ils partageaient autrefois.

Le rappeur américain 50 Cent, qui se fout complètement de la déprime, a ensuite fait l’éloge du sens des affaires de Master P et a révélé que sa première tournée a été réalisée grâce au fondateur de No Limit Records. Mais 50 Cent soupçonne qu’il a été sur-négocié dans le processus.

Master P est rusé

« Ce que je dirai de P, c’est qu’il était rusé« , poursuit 50 Cent. « Il est venu, il m’a donné l’argent pour les huit concerts, d’accord ? On en a fait quatre. Il a dit, ‘Aw man, quelque chose est arrivé, on va devoir faire une pause. On reviendra et on fera les quatre autres plus tard’. Quand je suis revenu pour faire les quatre autres, j’avais déjà vendu deux millions de disques. Il m’avait déjà payé, donc je devais faire les concerts. Il le savait ! Il disait : « Ce mec est en feu ! Il va exploser.« 

Bien qu’il n’ait pas discuté des détails de leur arrangement, Master P a détaillé le financement de la première tournée de 50 après le succès de son single « Wanksta«  de 2002 lors d’une interview avec VLAD TV en 2014. Le rappeur qui se moquait de Kanye West à cause de sa chute s’est définitivement retrouvé dans quelques situations délicates.

« On se côtoyait beaucoup à l’époque parce que je payais pour la tournée« , a-t-il dit. « On était cool. Je n’ai jamais été une personne qui traîne avec les gens, donc – comme j’ai toujours été un solitaire, mec. Je ne manque de respect à personne. C’est juste que… Chacun a son propre truc. On n’a jamais eu de groupies ou de trucs comme ça. Vous savez quoi ? C’est comme mon pote, quand je te vois : « Quoi de neuf ? On peut faire quelque chose, c’est cool. Je vais m’occuper de l’argent pour le spectacle et puis je vais faire ce que j’ai à faire. Tu vois ? Et il était toujours à 100 %, alors c’était cool.« 

Réagissez à cet article