Blindspotting : la série de StarzPlay est une incroyable comédie à voir de toute urgence

blindspotting-serie-starzplay

Disponible depuis le 13 juin sur StarzPlay, la série Blindspotting reprend la suite du film du même nom réalisé par Carlos Lopez Estrada (« Raya et le dernier dragon ») et scénarisé par Daveed Diggs (« Hamilton ») et Rafael Casal et l’enrichit de nouveaux personnages.

blindspotting-serie-starzplay

Co-créée et scénarisée par Diggs et Casal, avec le personnage de ce dernier (Miles) servant de déclencheur pour la prémisse, c’est l’histoire d’Ashley (Jasmine Cephas Jones) dont le partenaire se retrouve en prison et qui se retrouve à prendre toutes ses affaires pour emménager temporairement chez la mère (Helen Hunt) et la sœur (Jaylen Barron) de Miles.

La première chose qui ressort est la nature rythmique de la fiction dans le sens où le hip hop, non pas en tant que style de musique mais en tant que culture, imprègne le métrage. Il y a des soliloques qui confèrent une certaine théâtralité ainsi que d’autres types de danse et de performances musicales qui donnent une touche électrisante et festive à la comédie.

Mais, tout comme nous devons louer cet engagement à mélanger les langages de différents médias/arts, ce sont les aspects techniques où la série boite le plus. Dans ses moments « conventionnels » (pour les distinguer en quelque sorte), on trouve des séquences pas trop prévues, des ratés ici et là et même quelques dialogues qui ne fonctionnent pas tout à fait à l’écran.

serie-blindspotting-starzplay

Blindspotting n’ignore pas des questions telles que le racisme systémique, la drogue, la criminalité et les débats à ce sujet, mais lorsqu’elles sont abordées, c’est de manière très superficielle, comme si elles étaient verbalisées plus par obligation que parce qu’elles avaient vraiment (ou voulaient, ce qui est une autre question) quelque chose à dire. Diggs et Casal, en ce sens, sont plus intéressés par la mise en place de métaphores visuelles (évidentes) que par le fait d’en parler.

Mais ce manque de profondeur est pardonné dans une certaine mesure parce que le monde dans lequel nous sommes plongés est tellement amusant : la contrepartie d’Ashley est sa « belle-sœur » Trish, une strip-teaseuse qui veut monter une entreprise innovante de divertissement sexuel ; une Helen Hunt inattendue qui complète merveilleusement la fiction ; le voisin qui se promène avec une rallonge branchée sur son moniteur de cheville pour pouvoir se déplacer partout où on le laisse…..

Blindspotting | Bande-Annonce Officielle | STARZPLAY

Blindspotting contourne assez bien un autre écueil que les comédies télévisées ont tendance à rencontrer, à savoir que le manque de tournage leur est fatal. Bien que presque tous les personnages soient totalement nouveaux, on peut dire que tout vient de quelque chose de précédent, de sorte que les ajustements sont faits beaucoup mieux que si nous venions du début. Cela signifie également que vous vous familiarisez rapidement avec le gang et leurs situations.

Bien que l’on remarque parfois que le mélange particulier de styles et de langues ne s’accorde pas tout à fait, cette hétérogénéité est un bon atout pour cette nouvelle série de Starzplay. Si l’on ignore ces défauts de cohésion du produit final, la série Blindspotting est une fiction vibrante, électrique et heureusement fraîche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.