TF1 et M6 fusionnent pour concurrencer Netflix, Amazon, et les autres plateformes de streaming

Fusion TF1 et M6

Annoncé officiellement le 17 mai dernier, le groupe TF1 a décidé de racheter 30 % des parts de M6. Une fusion qui devrait être effective dans les prochains mois. Une annonce qui a fait le tour du net et notamment des réseaux sociaux puisque cette décision a été prise selon les responsables du groupe TF1 pour contrer le monopole des plateformes de streaming américaines sur le marché.

Fusion TF1 et M6

Qu’est-ce qui va donc changer pour les téléspectateurs ?

Après l’annonce de cette fusion entre les deux géants français du divertissement, les téléspectateurs ont spéculé sur les réseaux sociaux sur les changements qu’il va y avoir. On a eu droit à des idées assez fantaisistes de nouveaux noms pour les émissions phares des deux chaines de télé comme : L’Amour est dans Koh-Lanta, Qui veut gagner des maisons à vendre, Danse avec le meilleur pâtissier, et encore bien d’autres.

Mais, pour rassurer les téléspectateurs, il ne s’agit là que d’une façon pour les internautes de s’amuser, car suite à l’annonce de ce mariage aucun changement ne sera apporté que dans plusieurs mois encore comme l’a indiqué dans une interview, Philippe Bailly, président du cabinet NPA Conseil et spécialisé dans l’économie de l’audiovisuel, il a ainsi indiqué que :

« Pour le téléspectateur, comme d’ailleurs pour l’ensemble des professionnels, il n’y aura aucune conséquence avant la fin 2022, compte tenu des mécanismes de contrôle par le CSA et par les autorités de la concurrence ».

On en saura donc plus le moment venu quand la fusion sera effective. Toutefois, ce qui est sûr pour le moment, c’est que les responsables de TF1 et de M6 nous réservent beaucoup de choses en matière de contenu vu que ce mariage est destiné avant tout à contrer les plateformes américaines de streaming comme le géant Netflix.
On sait également que si ce projet est approuvé par le CSA et l’Autorité de la concurrence, les hauts responsables devront donc faire des choix. En effet, la loi n’autorise que sept diffusions sur les ondes hertziennes à un même groupe de télévision et le souci est que les deux chaines en détiennent dix.


Sur ce point, Philippe Bailly a ajouté dans son interview que la nouvelle chaine qui sortira de cette union devra renoncer à la licence de TNT payante de Paris Première en précisant :

« ce qui n’empêchera pas la chaîne de poursuivre dans les bouquets Bouygues Telecom, Canal+, Free, Orange ou encore SFR »

Le président du cabinet NPA Conseil a également indiqué que TF1 Séries Films pourrait également rendre l’antenne définitivement.

VOIR AUSSI  Mention particulière, bienvenue dans l’âge adulte de Laura sur TF1 ce soir

Une union qui ne va pas plaire à tout le monde

Eh oui, cette union de TF1 avec M6 ne va pas plaire à tout le monde, notamment les annonceurs qui sont déjà effrayés par cette ultra domination.
Les publicitaires qui avaient l’habitude de négocier avec plusieurs chaînes se retrouveront donc coincés avec une seule chaine, qui sûrement imposera des prix encore plus élevés.
Mais il n’y a pas que les annonceurs qui sont inquiétés par cette fusion, il y a également le monde du sport.

TF1 et M6 fusionne

Par exemple pour le football, TF1 et M6 se partagent actuellement la diffusion des matchs des Bleus jusqu’en 2022, et tout ça pour un montant de 140 millions d’euros. Et donc, si les deux chaines qui étaient auparavant concurrentes fusionnent, ils n’auront plus besoin de payer la même somme pour pouvoir diffuser les Bleus. En conséquence, cela conduira inévitablement à la baisse des revenus de la Fédération Française de Football.

Sinon, comme indiqué plus haut, il faudra encore attendre l’approbation du CSA et de l’Autorité de la concurrence pour que ce grand projet aboutisse. On pourra peut-être qui sait, voir la naissance d’une nouvelle plateforme de streaming française « TF1-M6 » qui pourra concurrencer enfin les géants américains comme Netfflix, Amazon Prime Video ou Disney+.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.