Juste la fin du monde : un drame familial bouleversant ce soir sur Arte

Juste la fin du monde, film de Xavier Dolan de 2016

Xavier Dolan a réalisé un film sur les problèmes de communication dans une famille. Pour le public, le drame met les nerfs à rude épreuve. Mais ça vaut quand même largement le coup de regarder Juste la fin du monde, un drame familial bouleversant et c’est diffusé ce soir à 20h55 sur Arte.

Juste la fin du monde, film de Xavier Dolan de 2016

La maison doit être un havre de paix où l’on peut revenir après les tempêtes de la vie. Ça pourrait être comme ça, mais ça ne l’est pas. Pas dans le drame de Xavier Dolan, Juste la fin du monde. A la maison, la douleur attend. S’adosser tranquillement à une chaise de café ne fonctionne pas pour le spectateur du film. Le réalisateur laisse son ensemble de haut calibre faire monter la pression verbalement et reste très proche de la caméra.

Les problèmes de communication dans la famille font partie de la vie quotidienne. Mais Xavier Dolan ne serait pas le jeune réalisateur entêté connu pour des films comme Laurence Anyways ou Mommy s’il ne pouvait pas en faire quelque chose de plus grand. Son film est basé sur une pièce de théâtre qu’Anne Dorval, l’une de ses actrices régulières, lui a signalée il y a de nombreuses années.

Le drame, cependant, a mis des années à mûrir avec et sur lui. Xavier Dolan a d’abord dû accéder aux insuffisances déchirantes des personnages concernés. Il s’est avéré décisif pour sa production que le franco-canadien conserve le langage particulier de l’auteur Jean-Luc Lagarce, avec toutes ses répétitions, ses erreurs grammaticales et ses flous. C’est un grand défi pour la patience des spectateurs.

Un retour surprenant

Dans Juste la fin du monde, Louis (Gaspard Ulliel) rentre chez lui pour la première fois après douze ans d’absence. Pour son départ, le film ne fournit qu’une vague explication au début :

« Il y a des choses dans la vie qui vous font partir sans regarder en arrière. »

Il est donc revenu, mettant sa mère (Nathalie Baye), son frère (Vincent Cassel) et sa petite sœur (Léa Seydoux) en émoi. Cela se répercute également sur la belle-sœur de Louis (Marion Cotillard), qui a beaucoup entendu parler de ce fils que l’on croyait perdu. Dans son petit monde entre mari et enfants, Louis, qui a atteint la gloire en tant qu’écrivain, est un événement. Les retrouvailles inattendues apportent de la joie, mais cela ne dure pas longtemps, car les vieux schémas resurgissent. En outre, la famille s’interroge sur la raison pour laquelle Louis, entre tous, revient soudainement dans leur vie, apparemment sans raison. Le spectateur connaît la raison : Louis va bientôt mourir. L’histoire est centrée sur la façon dont il annonce la triste nouvelle à ses proches.

Mais alors qu’il s’agirait de parler de choses importantes, il y a beaucoup de bavardages – tantôt à propos du poulet, tantôt à propos de la serviette et puis à propos du fait que Maman parle déjà des dimanches ritualisés dans la famille. Pourquoi alors les mêmes histoires, encore et encore, sont-elles demandées à un moment donné dans la pièce ?

« Parce que c’est la vie. »

Dolan montre de nombreux mécanismes bien observés qui ne sont donc pas propres à cette famille.

L’approche non conventionnelle de Xavier Dolan

Malheureusement, tous les personnages sont antipathiques en raison de leur incapacité presque exagérée à communiquer entre eux. Même Louis, l’homme du langage, semble l’avoir perdu. Il ne fait qu’observer et se sent menacé par les bégaiements et les cris des autres. On ne peut pas lui en vouloir.

De même, les gros plans constamment utilisés, à peine éclairés, irritent et écorchent les nerfs du spectateur. Mais c’est probablement l’intention de Dolan. On peut reprocher à l’éternel prodige d’avoir poussé son excellente distribution à surjouer et d’avoir réalisé l’histoire de manière trop prétentieuse. Mais on peut aussi y voir une tentative de créer chez le spectateur des sentiments qui correspondent à l’attitude de Louis envers sa famille. A propos, l’auteur Jean-Luc Lagarce est mort du SIDA en 1995 à l’âge de 38 ans.

JUSTE LA FIN DU MONDE Bande Annonce (Vincent Cassel, Marion Cotillard, Xavier Dolan - Drame, 2016)

Juste la fin du monde est diffusé ce mercredi 23 juin à 20h55 sur Arte. Vous pouvez également voir le film de Xavier Dolan en streaming sur Netflix ou sur arte.tv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.