Keith Richards dit que les manifestations de BLM sont «  sur le temps sanglant  »

Keith Richards a apporté son soutien à Black Lives Matter et aux manifestations qui ont balayé les États-Unis et le monde au cours de l’été.

On a demandé à Richards ses réflexions sur le mouvement dans Rolling Stone. «C’est une période sanglante», dit-il. « Je veux dire, dans ce pays [the U.S.], les choses arrivent à un point critique. C’est comme ça. Vous devez vous en occuper. Il m’est difficile d’en parler, car je ne suis pas américain. Je vis ici, je suis de cœur et d’âme, je suis l’un de vous, mais je ne peux pas intervenir. « 

Le guitariste des Rolling Stones a ajouté que les musiciens noirs étaient « la raison pour laquelle je suis ici », et a décrit ce que c’était que de voir James Brown à son apogée de près. « James pour nous, surtout pour Mick [Jagger], était une vraie attraction « , at-il dit. » C’est parce que Mick est le leader, et il doit se tenir sur une toute petite scène, et il veut bouger. Entendre James Brown et voir comment il a géré cela était génial, car James n’utilisait pas beaucoup la scène; il a utilisé un petit endroit et Mick a appris qu’il était un expert en la matière. « 

VOIR AUSSI  Tony Levin explique pourquoi le roi Crimson ne cessera jamais d'évoluer

Il a poursuivi: « J’ai toujours dit à Mick: » Vous courez trop. Vous devriez rester dans ce petit cercle parce que vous pouvez vous y déplacer.  » C’est une chose unique. James Brown avait aussi un groupe extrêmement branché. C’était très serré. Nous jouons du blues de Chicago, qui est en quelque sorte un groove différent, mais voilà: vous avez Mick, et James Brown semblait automatiquement fait du même moule vraiment. « 

Dans deux semaines, Richards rééditera Live at the Life Palladium, le 15 décembre 1988, l’album de concert qu’il sortit en 1991 lors de sa première tournée solo avec les X-Pensive Winos. La nouvelle collection ajoute trois autres chansons du spectacle et du matériel bonus.

Et même si Richards est en quarantaine aux États-Unis pendant que Jagger est en Europe, ils se sont envoyés des idées pour le nouvel album tant attendu des Rolling Stones. La première sortie de ses sessions, « Living in a Ghost Town », est arrivée en avril. « Nous communiquons de l’autre côté de l’Atlantique et attendons ensuite un vaccin », a déclaré Richards. « J’ai des milliers de chansons. J’en ai assez pour me tenir occupé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.