La Voie du tablier (Netflix) : quand la masculinité en prend un coup

Adapté de la série manga de Kousuke Oono, La Voie du tablier (The Way of the Househusband), actuellement diffusé sur Netflix depuis ce 8 avril, est comme un antidote à une vie entière de tropes de gros durs. Prenant le point de départ habituel d’un homme de main redouté des Yakuzas et le retournant complètement, cette trop brève adaptation offre cinq épisodes aérés sur l’art ménager d’un point de vue unique et ridiculement macho.

L’homme au foyer, personnage principal portant le « tablier » est Tatsu, autrefois un criminel redouté connu sous le nom de « Dragon Immortel », et aujourd’hui un Dieu domestique au service éternel de sa femme carriériste, Miku. La blague, qui est répétée sous diverses formes tout au long de plusieurs chapitres numérotés, est que Tatsu n’a pas vraiment changé malgré son changement de carrière. Il applique la même expertise sérieuse et mortelle au bricolage, à la cuisine et au nettoyage qu’à la lutte, mais il semble étrangement inconscient de la façon dont les autres perçoivent sa légendaire réputation de tueur. Dans une séquence, il s’assoit avec un vendeur de couteaux au porte-à-porte terrifié pour « tester » sa marchandise, et c’est vraiment drôle de voir à quel point l’ensemble des prémisses s’emboîte parfaitement.

Cela fait partie du point essentiel de La Voie du tablier, qui est qu’il n’y a pas vraiment de différence entre être un exécuteur mortel et un mari dévoué. Les deux requièrent beaucoup de compétences et d’attitudes identiques, ce qui signifie que la série fonctionne non seulement comme une comédie mais aussi comme une subversion des idées reçues sur la virilité. La chute de la plupart des blagues est que ce n’est pas Tatsu qui est ridicule, mais tous les autres qui continuent à trouver la façon la plus évidente de catégoriser sa façon spécifique de faire les choses.

La Voie Du Tablier | Trailer Officiel | Netflix VF

Parmi les « autres », on trouve Miku, le père de Tatsu, les membres de son ancienne bande – en particulier Masa, qui est tellement impressionné par ses talents de ménager qu’il devient son apprenti dans l’espoir de développer un degré similaire de force masculine – et d’anciens rivaux, avec l’un desquels Tatsu règle ses différends en s’engageant dans un concours de cuisine improvisé qui sera décidé par les médias sociaux. Cet éventail de points de vue est suffisant pour que la structure des vignettes de la première saison, largement dépourvue d’intrigue, soit intéressante, même sans narration globale ou objectif final.

Il y a aussi des anachronismes délibérés dans l’art de La Voie du tablier, avec de nombreuses images tirées directement du manga, et une animation réelle réduite au minimum, avec seulement des bouches bavardes et des yeux mobiles trahissant le fait qu’il ne s’agit pas d’une adaptation intégrale de la page. Ce n’est pas le style visuel le plus techniquement impressionnant que vous ayez jamais vu, certes, mais il est tellement en accord avec les idées et les thèmes de la série que vous ne pouvez pas vous empêcher d’en être charmé – ce dernier point peut être dit de la série dans son ensemble.

La Voie du tablier est dispo en streaming sur Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.