Le Festival des Pays-Bas DGTL a « accidentellement » souscrit une assurance pandémie avant COVID-19

Des centaines de festivals et d’événements à travers le monde ont été ébranlés en raison des effets de COVID-19. Bien qu’il existe, personne n’achetait une assurance pandémie – pourquoi le feraient-ils? Ce n’est pas quelque chose que nous pensions que cela se produirait à cette échelle, et bien que cela ait pu être responsable, cela a été en grande partie une dépense inutile pour de nombreux promoteurs qui étaient déjà au seuil de rentabilité de leurs événements.

En raison du manque d’assurance, la plupart des festivals n’offrent aucun remboursement ou transfèrent des billets à des années plus tard. Les rares personnes qui offrent des remboursements bénéficient de soutiens importants de Live Nation ou AEG ou d’autres promoteurs majeurs et de parrainages de marques.

D’un autre côté, vous avez DGTL Festival aux Pays-Bas qui a «accidentellement» acheté une assurance pandémie, économisant 70% de son investissement de 2,3 millions de dollars.

DGTL a vendu 45 000 billets des mois avant que la pandémie ne soit un blip sur le radar de quiconque. Après avoir frappé, il a été forcé d’annuler comme tant d’autres. «À la lumière de la pandémie actuelle de COVID-19, nous, à DGTL, croyons qu’il faut mettre la santé et la sécurité de nos visiteurs, membres d’équipage, bénévoles et société avant tout. Après avoir suivi de près les conseils et les mesures de précaution du gouvernement néerlandais et des responsables de la santé, c’est avec une profonde tristesse que nous devons officiellement vous informer que la DGTL Amsterdam n’aura pas lieu comme prévu les 11 et 12 avril 2020. » La déclaration reflétait celle de centaines d’autres à l’époque.

VOIR AUSSI  Skrillex passe au B2B avec Noisia pour le prochain ensemble d'utopies à distance

Mais il y avait une doublure argentée.

«Lorsque nous avons renouvelé nos polices d’assurance, un de mes employés a en quelque sorte coché accidentellement la case« pandémie »du formulaire d’assurance», a déclaré Tom Veldhuis, cofondateur d’Apenkooi Events, au New York Times. «Nous récupérons environ 70% de notre investissement de 2,3 millions de dollars. Sinon, cela aurait été un coup dur. »

Ce genre de chance n’est pas du tout courant, mais c’est quand même de la chance.

Tous les festivals aux Pays-Bas sont actuellement annulés par arrêté du Premier ministre Mark Rutte jusqu’au 1er septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.