Le « siège de Paris » : Les agriculteurs en colère vont le faire savoir bientôt, mais quand ?

       

La frustration des cultivateurs ne faiblit pas. Annonçant un « blocus indéfini de Paris dès lundi après-midi », la FNSA et les Jeunes Agriculteurs de la région parisienne ont publié une déclaration le samedi 27 janvier.

Les organisations agricoles préviennent : « Toutes les routes principales vers Paris seront investies par nos membres ». Ils prévoient une mobilisation massive dans au moins douze départements. Bien que cette initiative marque une escalade, elle n’implique pas encore l’ensemble du pays.

Les départements de l’Aisne, de l’Aube, de l’Eure-et-Loir, de l’Eure, d’Île-de-France, de la Marne, du Nord, de l’Oise, du Pas-de-Calais, de la Seine-et-Marne, la Seine-Maritime et la Somme seront les premiers à agir, annoncent les syndicats, laissant présager des actions futures encore plus étendues.

« Nous utiliserons le week-end pour nous reposer et affiner notre stratégie pour les jours à venir », déclare Pierrick Horel, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs (JA), à l’AFP.

Avant cette annonce, les agriculteurs du Lot-et-Garonne, particulièrement actifs, avaient projeté de bloquer le marché de Rungis. Véronique Le Floch, dirigeante de la Coordination Rurale, confirme sur Franceinfo, l’intention de plusieurs groupes de commencer un « blocus sur Paris » le même jour.

Les déclarations du nouveau Premier ministre n’ont pas suffi à apaiser les agriculteurs. Les principales organisations agricoles, dont la FNSEA, la Coordination rurale et la Confédération paysanne, ont rapidement réagi, encourageant la poursuite des actions tout en laissant la liberté aux sections locales de décider de leurs mouvements. Cependant, l’ensemble du secteur agricole n’est pas uni dans ses réactions.

Une Semaine Cruciale pour le Gouvernement et les Agriculteurs

Après les annonces de Gabriel Attal, certains, comme Joël Tournier, porte-parole du mouvement à Carbonne, expriment une certaine satisfaction : « On a été écoutés et certaines de nos demandes ont été prises en compte », bien que des imperfections subsistent, rapporte Le Monde. De plus, la levée des barrages routiers est un signe d’apaisement, en particulier à Carbonne, où le premier blocage a été entièrement levé.

Entre-temps, Gabriel Attal continue ses efforts de terrain. Il est attendu ce dimanche dans une ferme en Indre-et-Loire et doit prononcer mardi sa déclaration de politique générale, marquant une semaine potentiellement décisive pour le mouvement.

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a ordonné un « déploiement défensif majeur » pour prévenir le siège de Paris. Il envisage de protéger le marché de Rungis et les aéroports, tout en empêchant toute intrusion dans la capitale. Le ministre appelle néanmoins les forces de l’ordre à agir « avec la plus grande retenue », intervenant uniquement en cas de menace pour l’intégrité des personnes ou de risque de dommages importants aux biens publics ou privés.

       

Urban Fusions est un média indépendant, il a besoin de VOUS pour se faire connaître ! Aidez-nous en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Réagissez à cet article