Les APL et allocations familiales, c’est terminé pour ces étrangers ! Vérifiez si vous y avez encore droit

En 2024, des changements majeurs interviennent dans l'attribution des allocations familiales et de l'APL. Un groupe spécifique de bénéficiaires va désormais se voir exclu de ces aides.

       
Voir Cacher le sommaire

En raison de la récente législation sur l’immigration, les bénéficiaires des prestations non contributives, y compris l’APL, risquent de perdre leurs droits cette année. Découvrez ce qui change pour ces aides en 2024 !

APL : Une nouvelle loi, de nouvelles conditions

La récente « loi sur l’immigration » affectera plusieurs ménages en France dès cette année. Un amendement relatif à ce sujet a été approuvé par le Sénat, suscitant de l’inquiétude parmi les étrangers. Les aides familiales et l’APL subissent une refonte significative.

Auparavant, l’APL et autres aides sociales étaient accessibles presque sans restriction. Cependant, de nos jours, de nombreux étrangers se verront refuser ces aides.

Jusque-là, l’APL a soutenu de nombreux résidents étrangers, en aidant les foyers modestes à couvrir leurs frais de logement. Toutefois, des conditions plus strictes sont désormais imposées.

Chaque allocation familiale prend en compte la situation individuelle et professionnelle du demandeur. Le montant des aides, y compris l’APL, est calculé sur la base des revenus du ménage.

Les étrangers sont les plus touchés

La nouvelle loi sur l’immigration restreint l’accès à diverses prestations gouvernementales, notamment les allocations familiales, l’APL, la PCH pour les handicapés et le DALO.

Désormais, un critère principal s’applique : les étrangers ne peuvent bénéficier de l’APL et des autres prestations que s’ils résident en France depuis au moins 5 ans, à l’exception des ressortissants de l’Union Européenne.

Cette réforme, particulièrement en période d’inflation, pourrait sérieusement affecter le pouvoir d’achat des bénéficiaires de l’APL et fait l’objet de controverses.

Laurence Rossignol, sénatrice, critique cette règle, soulignant l’impact sur le bien-être des enfants de familles étrangères régulières, qui cotisent et travaillent en France.

APL : Cas d’exception

Malgré les réformes, certaines allocations, telles que l’AAH, restent inchangées et connaissent même une augmentation en avril.

Une nouvelle règle s’applique aux bénéficiaires de l’APL résidant temporairement hors de France : ils ne doivent pas s’absenter du pays plus de 3 mois entre le 1er janvier et le 31 décembre.

       

Urban Fusions est un média indépendant, il a besoin de VOUS pour se faire connaître ! Aidez-nous en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Réagissez à cet article