The Block est l’émission de radio centrée sur le noir dont nous avons besoin en ce moment

Il y a quelque chose à propos de la radio.

Même si le streaming semble éclipser tous les autres supports d’écoute, pour les artistes, il y a toujours un impact indéniable sur la radio. Mais pour les musiciens qui sont plus marginaux que traditionnels, la radio peut sembler hors de portée. La dernière offre de CBC Music, The Block, répond à ce problème avec une programmation nocturne conçue pour amplifier les voix sous-représentées. Plus précisément, The Block fera de la place aux artistes noirs et aux genres d’origine noire.

À partir du 1er février à 19 h, l’animatrice de chaque semaine, Angeline Tetteh-Wayoe guidera les auditeurs à travers les genres et les époques, jouant de tout, des coupes profondes plus anciennes aux nouveaux succès, avec un clin d’œil à leurs premières influences, le tout en mettant l’accent sur le noir. Dans un communiqué de presse, CBC a qualifié The Block de «foyer de la musique d’origine noire».

Bien que cela soit révolutionnaire pour les artistes noirs, il faut s’attendre à ce que certains se demandent pourquoi cela est même nécessaire, car il n’est pas impossible pour les artistes noirs de jouer à la radio.

C’est vrai: ce n’est pas impossible. En fait, à tout moment, vous êtes très susceptible d’entendre un artiste noir ou un genre d’origine noire sur une station pop donnée. Mais il existe encore des barrières systémiques pour faire entendre les artistes noirs et leurs chansons (sauf Drake et The Weeknd).

Lors d’un appel téléphonique avant le lancement de The Block, Tetteh-Wayoe a expliqué: «En tant que station de radio commerciale, vous devez convaincre les annonceurs de faire de la publicité sur votre plateforme. Si la majorité des musiciens de votre plateforme étaient des musiciens noirs, vous seriez alors confronté au racisme au moment de l’achat avec des entreprises qui ne veulent rien avoir à voir avec les Noirs. Pour les stations destinées au public noir, elle dit: «c’est juste un fait avec lequel les vendeurs doivent faire face.»

Cela a atteint son paroxysme sur les ondes de Toronto en 2016 lorsque la station de hip-hop FLOW 93.5 a été temporairement renommée en station pop de retour. Ils ont rapidement ajouté le hip-hop contemporain à leur programmation et, en 2019, sont revenus à leur image de marque d’origine.

Et avant que G98.7FM ne soit mis en vente, c’était la seule station de radio appartenant à des Noirs de Toronto. Bien qu’il y ait eu des rapports d’intérêt, aucune offre de groupes appartenant à des Noirs n’a été soumise et il a été vendu à la fin de l’année dernière. Bien que le nouveau propriétaire ait exprimé son intérêt à maintenir la mission de la station de desservir les communautés noires de la RGT, l’avenir de G98.7FM en tant que station axée sur les Noirs demeure incertain.

Donc, bien qu’il y ait depuis longtemps des émissions axées sur les Noirs à la radio au Canada, elles se sont senties et ont été très révocables; comme il ne peut être apprécié qu’au gré de ses bienfaiteurs.

Bien que les artistes noirs au Canada aient réussi malgré cela, avec un nouveau foyer sur CBC Music, le soutien semble plus tangible.

Pour Tetteh-Wayoe, c’est en retard. «Ce ne devrait pas être 2021 lorsque le Canada aura un programme de musique axé sur les Noirs», a-t-elle déclaré. «C’est bien en retard.»

Pour apprendre notre chemin dans The Block, nous avons rencontré Tetteh-Wayoe quelques semaines avant le lancement de l’émission. La conversation, légèrement modifiée et condensée pour plus de clarté, est ci-dessous.

Pourquoi pensez-vous que c’est le moment idéal pour lancer The Block?
Je dirais que c’était il y a 20 ans, mais les pouvoirs en place n’ont pas fait de place pour cela. C’était donc difficile, mais je ne vais pas le détester complètement parce que nous avions des stations comme FLOW 93.5 à Toronto. Et pour un flash dans la casserole, j’ai travaillé dans une station de radio appelée VIBE 98.5, qui était rythmique centrée sur CHR, également connue sous le nom de concentration urbaine, jouant du hip-hop et du R&B. Mais cela s’est finalement transformé en une station de musique pop. À cette époque, je pouvais affirmer que le hip-hop et le R&B faisaient déjà des incursions massives dans la sphère pop commerciale grand public. Mais ces sons étaient très unidimensionnels. Je ne jouais pas à Mobb Deep; Je ne jouais pas au Wu-Tang Clan. Vous auriez ces collaborations rap et R & B et le directeur musical ne jouerait que la version sans le couplet rap. Donc, il semblait juste qu’il n’y avait pas de place pour cela. Cela, ou les pouvoirs qui donnent l’impression que le marché qui s’y intéressait était trop petit pour qu’il soit soutenu commercialement.

VOIR AUSSI  Écoutez une nouvelle chanson ASAP Rocky intitulée «G-Unit Rice»

Selon vous, qu’est-ce qui est particulièrement spécial dans ce moment de la musique canadienne?
Je pense que c’est spécial en raison de l’accès. L’autre jour, j’avais sauté dans un Instagram Live avec ce chat nommé David «Click» Cox. Pendant quatre heures d’affilée, il a joué banger après banger, tous par des musiciens noirs canadiens, en particulier de Toronto. Tout ce truc était fait, il y avait toute cette magie et tous ces styles différents représentés, mais il n’y avait nulle part où aller. Ce n’est donc pas que cela n’a pas toujours été là, c’est que maintenant les gens ont la possibilité de le diffuser eux-mêmes.

Le streaming est idéal pour la découverte musicale, mais il peut homogénéiser ce que vous entendez. L’algorithmeLes recommandations de s sont basées sur ce que vousvous écoutez déjà, donc çaC’est spécial d’entendre quelque chose quiest organisé par quelqu’un d’autre.
Malheureusement, nous vivons maintenant dans un monde où les algorithmes organisent constamment un monde pour servir nos désirs et nous sommes alors encore plus isolés. Et qui veut que son monde devienne plus petit? Ce monde est immense. Je veux voyager mais je ne peux pas pour le moment, alors je vais partir à l’aventure dans la musique. Je vais vous emmener au Nigeria et vous jouer un Afropop qui vient de sortir de là.

Mais avec autant de choses qui sortent à un volume aussi élevé, beaucoup peuvent sonner de la même manière. Trouvez-vous cela?
Pour en revenir à la façon dont la radio choisit la musique et à la façon dont elle peut commencer à avoir un son très homogénéisé, un son particulier monte au-dessus et chaque piste qui en sort sonne comme ça. Ou un artiste particulier monte au-dessus et vous avez juste ces copies carbone de cet artiste. Lorsque nous programmons (The Block), je veux vraiment pouvoir mettre en évidence l’étendue des expressions de la musique noire. Comme dans le hip-hop, il y a tous les styles et variétés différents qui existent en dehors du trap: il y a des gens qui font encore du très bon boom bap, encore beaucoup de jazz fusion, des collaborations de créations orales, de la musique intéressante qui ne trouvera jamais son chemin vers la radio grand public.

Il y a donc un énorme changement de mentalité et je pense qu’il y a beaucoup de gens qui sont prêts pour la découverte, pour l’aventure et pour vraiment entendre une playlist de musique bien organisée. Et pour que quelqu’un de compétent et de passionné soit leur chien de route dans ce voyage. Et c’est moi.

The Block avec l’animatrice Angeline Tetteh-Wayoe sera diffusé sur CBC Music le 1er février à 19 h et sera diffusé du lundi au vendredi soir à 19 h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.