The Block Island Sound : un film d’horreur ambigu à découvrir sur Netflix

Depuis le 11 mars, on peut voir sur Netflix un nouveau film d’horreur intitulé The Block Island Sound, des scénaristes et réalisateurs Kevin et Matthew McManus. Alliant horreur et science-fiction, le long-métrage se concentre sur les événements étranges qui se produisent sur l’île dont le film porte le titre, notamment la mort soudaine de poissons et d’oiseaux ou le comportement étrange de certains humains, à cause d’une rumeur de la litanie qui alimente la paranoïa.

Un film d’horreur simple qui tente de s’appuyer sur le drame et sur un groupe de personnages auxquels on accorde suffisamment de temps, mais qui ne s’intègre pas tout à fait à tous les éléments telluriques d’autres propositions similaires, comme le troublant  » Long Weekend de 1978, dans lequel le mystère et l’atmosphère parviennent à imprégner chaque image.

Le mystère de l’île

Block Island Sound raconte l’odyssée de Larry Lynch, joué sur un ton monotone par Chris Sheffield, qui commence lorsque son père pêcheur Tom, un Neville Archambault surdoué, se met à agir de façon plutôt étrange jusqu’à ce qu’il disparaisse du jour au lendemain. Peu de temps après, des choses étranges commencent à lui arriver aussi. Sa sœur Audry (Michaela McManus), biologiste marine, essaie de l’aider à comprendre ce qui se passe, tandis que son ami Kurt (Jim Cummings), théoricien du complot, semble avoir quelques réponses.

The Block Island Sound - Official Trailer

L’île du film, au large du Rhode Island, émet parfois une sorte de grincement profond et inquiétant, qui résonne dans les ondes statiques des radios et des talkie-walkies, un genre de son que l’on pourrait attribuer à la faune locale et sur lequel se concentre le mystère, un peu comme dans les films où les menaces ondulatoires affectent le raisonnement, comme The Signal (2007) ou Pontypool (2008).

La différence est que dans le cas de ces films, également des productions indépendantes qui profitent de leur prémisse bon marché pour poser une horreur intangible aux accents presque cosmiques, il y a un désir d’une horreur plus directe et efficace. Dans « Block Island Sound », il y a une poignée de personnages dont le récit est brouillé par des dialogues pas particulièrement bien écrits et une introspection dramatique qui n’est jamais tout à fait en phase avec les thèmes fantastiques qu’elle propose.

Un projet de festival mal ficelé

Alternant un certain suspense psychologique avec le ton d’un cinéma indépendant mumblecore presque d’époque, des lieux du quotidien, la relation entre des frères et sœurs émotionnellement distants, quelques intrigues avec de vagues intérêts amoureux et un certain réalisme de la classe ouvrière d’une petite ville américaine, le film prépare bien le terrain pour que sa patine surnaturelle fonctionne, mais laisse trop de vapeur dans les relations conflictuelles et les luttes personnelles ineptes qui dominent complètement le ton.

À l’instar de films similaires de l’année dernière, comme The Beach House (2019), la situation climatique actuelle est utilisée par les frères McManus pour colorer un thriller paranoïaque frémissant, mais ce qui finit par se produire, c’est qu’il joue si consciemment sur la fausse piste, il semble qu’il s’agisse d’une chose, mais il y a une révélation qui se retourne, télégraphiant certains éléments avec un poids ultérieur pour répéter le dialogue en voix off, enlevant la sensation d’énigme, laissant les éléments sans réponse pour créer plus de frustration que de curiosité déroutante.

L’avis d’Urban Fusions sur The Block Island Sound

Il y a quelques commentaires sur la façon dont nous avons tendance à éviter les vérités ou à ignorer les réalités inconfortables qui nous entourent, mais la vérité est que cela ne justifie pas l’approche antipathique de son protagoniste. L’ambiguïté de The Block Island Sound n’est pas brillante mais arbitraire, non pas tant parce que le grand mystère surnaturel n’est qu’à moitié résolu, ce qui pourrait être la meilleure caractéristique du film, mais parce que son drame familial peu excitant et ses conflits de personnages s’avèrent stériles dans une fin de voyage qui suggère qu’il n’y avait pas beaucoup d’idées au départ.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.